EN DIRECT – Mort d'Elizabeth II: Charles III proclamé roi, les … – Le Figaro

Rubriques et services du Figaro
Le Figaro
Rubriques et services du Figaro
Nos journaux et magazines
Les sites du Groupe Figaro
Les princes William et Harry ainsi que leurs épouses Kate et Meghan sont apparus ensemble au château de Windsor pour saluer les Britanniques venus rendre hommage à la reine Elizabeth II.
TERMINÉ
Merci de nous avoir suivis pour la proclamation officielle du roi Charles III ce samedi, après le décès de sa mère, Elizabeth II, à l’âge de 96 ans, après un règne de 70 ans. Dimanche, le cercueil de la reine prendra la route pour le palais d’Holyrood à Édimbourg, quittant le château de Balmoral à 10h (9h GMT).
Ce samedi, l’abbaye de Westminster a annoncé sur ses réseaux sociaux qu’elle serait fermée pour les visites et pour le culte pour préparer les funérailles de la reine le 19 septembre.
«En tant qu’église royale, l’abbaye entretenait une relation particulière avec la Reine. C’est ici qu’elle a épousé le prince Philip en novembre 1947, et son couronnement a eu lieu dans l’abbaye en juin 1953. L’abbaye sera fermée pour les visites et le culte à partir de mardi (13 septembre) alors que nous nous préparons pour les funérailles nationales, qui seront diffusées en direct à la télévision, à la radio et en ligne», est-il écrit sur Twitter.

Le magazine Prince William Living couvre les nouvelles du paisible comté éponyme, près de Washington, avec son lot de véhicules renversés ou son festival d’automne, mais se retrouve au cœur d’une actualité mondiale depuis le décès de la reine Elizabeth II. Sur le moteur de recherches Google, son site – princewilliamliving.com – apparaît juste après celui de la famille royale britannique en réponse à la question «comment contacter le prince William?». Conséquence: les messages de condoléances, les dessins et les poèmes affluent depuis deux jours sur sa messagerie, une bonne âme ayant même proposé d’envoyer un accessoire pour décorer le cercueil de la défunte.
Au total, environ 80 messages sont arrivés d’Inde, du Bhoutan, du Japon, d’Égypte, de toute l’Amérique et du Royaume-Uni, selon son éditrice Rebecca Barnes. «Même les Anglais ne savent pas utiliser Google», plaisante-t-elle auprès de l’AFP. Tous ne sont pas désintéressés. Une adolescente explique être une grande fan de la famille royale et demande une invitation aux funérailles de la défunte. Un autre se présente comme une «personne très propre» et propose ses services «de ménage ou autre». Le comté de Prince William, dans l’État de Virginie, est pourtant né bien avant le prince William, premier dans l’ordre de succession depuis l’accession de son père Charles sur le trône. Formé en 1731, il a été nommé en hommage au duc de Cumberland, troisième fils du roi George II.
Les funérailles de la reine Elizabeth II auront lieu le 19 septembre à l’abbaye de Westminster à Londres à 11h (10h GMT), a annoncé samedi le palais de Buckingham. Des dignitaires du monde entier y sont attendus, pour rendre hommage à celle qui régnait depuis 70 ans et 7 mois, décédée jeudi à 96 ans dans son château de Balmoral au nord de l’Écosse. Voici le déroulé des événements annoncés samedi par le palais de Buckingham :
Dimanche 11 septembre : le cercueil de la reine quitte à 10h (9h GMT) par la route le château de Balmoral pour se rendre au palais d’Holyrood à Édimbourg, en passant par Aberdeen et Dundee. Il doit arriver à Édimbourg vers 16h (15h GMT). Il y passera la nuit dans la salle du trône. Des points d’étape ont été prévus et les personnes présentes le long du parcours ont été priées de ne pas lancer des fleurs lors du passage du convoi.
Lundi 12 septembre : le roi et la reine consort se rendent au Parlement à 9h (GMT) pour y recevoir les condoléances des présidents des deux chambres. Ils s’envolent ensuite pour Édimbourg et se rendront d’abord à Holyrood. Procession jusqu’à la cathédrale Saint-Gilles à laquelle se joindront le roi et la reine consort. Le cercueil y arrivera en début d’après midi pour une cérémonie religieuse prévue à 14h (GMT). Veillée funèbre pour la famille royale en soirée. Auparavant, le roi se sera rendu au Parlement écossais pour une séance de condoléances. Le public pourra venir se recueillir devant le cercueil qui reposera dans la cathédrale jusqu’au 13 septembre.
Retrouvez le reste du programme dans notre article : Mort d’Elizabeth II : le déroulé des funérailles
Ce samedi soir, alors que le soleil vient de se coucher, des personnes se réunissent devant le palais de Buckingham pour rendre hommage à la reine Elizabeth II de Grande-Bretagne, à Londres.
Des condoléances après le décès de la reine Elizabeth II, des félicitations pour sa nomination et le «souhait de coopérer étroitement»: Emmanuel Macron s’est entretenu samedi pour la première fois avec la nouvelle première ministre britannique conservatrice Liz Truss, a indiqué l’Élysée.
» LIRE AUSSI – Mort de la reine Elizabeth II, un roc et un symbole pour l’Angleterre
Le président français, qui sera présent aux obsèques de la reine le 19 septembre à Londres, «a de nouveau présenté ses condoléances à l’ensemble du peuple britannique suite au décès de la reine Elizabeth II. Il a dit au nom des Français leur tristesse, qui se joint à celle de leurs voisins britanniques», souligne la présidence.
Durant cet entretien, Emmanuel Macron a «félicité la première ministre pour sa désignation. Les deux dirigeants ont rappelé les liens denses et historiques qui unissent la France et le Royaume-Uni, et leur volonté de les renforcer encore davantage», poursuit l’Élysée. «Ils ont dit leur souhait de coopérer étroitement face aux défis communs, à commencer par le soutien à l’Ukraine et les réponses aux conséquences du conflit sur l’insécurité alimentaire et les prix de l’énergie», conclut le communiqué.
La première ministre Liz Truss accompagnera le roi Charles III lors d’une tournée des quatre nations de Grande-Bretagne afin de mener des journées de deuil national pour sa mère, la reine Elizabeth II, a déclaré son porte-parole samedi. «En ce qui concerne la participation de la première ministre, elle se joindra au roi lorsqu’il mènera le deuil national à travers le Royaume-Uni, en assistant aux services de réflexion en Écosse lundi après-midi, en Irlande du Nord mardi et au Pays de Galles vendredi», a déclaré le porte-parole aux journalistes.
Liz Truss, qui a été nommée premier ministre par Elizabeth II mardi, a prêté serment d’allégeance au nouveau roi lors d’une session extraordinaire au Parlement plus tôt dans la journée. Elle était également présente, aux côtés de six anciens premiers ministres, d’évêques de haut rang et de plusieurs hommes politiques, lorsque Charles, âgé de 73 ans, a été officiellement proclamé nouveau roi de Grande-Bretagne lors d’une cérémonie haute en couleurs, empreinte de faste et de tradition. Elle a ensuite rencontré Charles et d’autres ministres de premier plan au palais de Buckingham.
» LIRE AUSSI – Stéphane Bern: «Elizabeth II a couvert de son manteau d’hermine un déclin britannique»
Amassée devant l’allée qui mène au palais Saint-James, une foule de plusieurs milliers de personnes attend. Le silence est lourd, tout comme l’atmosphère, écrasée par un ciel gris et froid. Une trompette résonne, annonçant l’instant fatidique. L’assistance se fige et tend l’oreille. Les téléphones portables et appareils photos se baissent. On ne voit rien, mais on entend tout.
«Par la grâce de Dieu, nous lui portons allégeance avec affection…» Charles III est officiellement proclamé roi d’Angleterre du balcon de la résidence royale. «God save the King !» s’exclame un badaud. La foule répète, sobrement. «Hip hip !» lance un deuxième. «Hooray!» Le silence revient, comme si la foule, empreinte d’émotion, tentait de prolonger l’importance du moment. Puis, dans une retenue toujours toute britannique, on chante l’hymne national, salué chaleureusement par quelques applaudissements.
Retrouvez le récit de notre envoyé spécial à Londres : «God save the King!» au palais Saint-James, des Britanniques unis derrière leur nouveau monarque
Des membres du Régiment royal d’Écosse répètent devant la cathédrale Saint-Gilles à Édimbourg, samedi, deux jours après le décès de la reine Élizabeth II à l’âge de 96 ans.
D’après les informations de la BBC, le personnel du domaine de Balmoral, dont beaucoup ont passé une bonne partie de leur vie au service de la reine, a pu rendre un dernier hommage avant le départ prochain du cercueil du palais. Ce dernier, en chêne, a été drapé de l’étendard royal, aux couleurs rouge, jaune et bleu, et surmonté d’une couronne de fleurs.
» LIRE AUSSI – «God save the King!» : au palais Saint-James, des Britanniques unis derrière leur nouveau monarque
Demain, son corps quittera le château de Balmoral par la route jusqu’à Aberdeen, d’où il sera acheminé vers le palais d’Holyrood, résidence officielle de la monarque à Édimbourg. Puis, il sera emmené en procession jusqu’à la cathédrale Saint-Gilles, où la reine reposera pendant 24 heures, permettant au public de voir son cercueil.

Le roi Charles III vient de quitter Buckingham Palace, à Londres, après avoir rencontré cet après-midi plusieurs officiels, dont les chefs des partis d’opposition et l’archevêque de Canterbury. Il s’est brièvement rendu à Clarence House, où se trouve le secrétariat de la famille royale et a à nouveau salué le public présent.
Le prince William, héritier de la couronne, et son frère Harry, ainsi que leurs épouses respectives Kate et Meghan se sont recueillis ensemble samedi après-midi en mémoire de la reine, avant de s’octroyer un long bain de foule aux alentours du château de Windsor. C’est la première apparition publique collective des deux frères et de leurs épouses depuis le 9 mars 2020.
Réputés en froid, les deux couples vêtus de noir ont créé la surprise en marchant de front sous les applaudissements de la foule rassemblée pour rendre hommage Elizabeth II, décédée jeudi. Ceux qu’on a un temps surnommé «les quatre fantastiques» se sont d’abord recueillis devant le parterre de bouquets de fleurs déposés par centaines aux portes du château de Windsor, où la monarque a vécu la plupart du temps ces deux dernières années. Ils se sont ensuite octroyé un immense bain de foule, descendant la célèbre «Long Walk», longue avenue traversant le parc qui mène au château.
William et Kate d’un côté, Harry et Meghan de l’autre, ils ont serré des mains, discuté longuement avec la foule et accepté les fleurs qu’on leur tendait par dizaines. La présence de William et Harry côte à côte pourrait être le signe d’une réconciliation pour les deux frères réputés en froid depuis que Harry et Meghan ont annoncé en 2020 leur mise en retrait de la monarchie et déménagé aux États-Unis. Un an plus tard, le couple a confié dans un entretien choc à la télévision américaine que Kate avait fait pleurer Meghan et accuse la famille royale de racisme. Ce que niera fermement William. S’ils sont apparus ensemble, les deux frères n’ont toutefois pas fait de déclarations publiques et sont repartis dans des voitures séparées.
Le roi Charles de Grande-Bretagne s’entretient avec le chef du parti travailliste Sir Keir Starmer, le chef du parti libéral-démocrate Ed Davey et le chef du SNP Westminster Ian Blackford lors d’une audience avec les chefs de l’opposition dans la salle 1844, au palais de Buckingham, à Londres, en Grande-Bretagne, samedi.
Le prince William, héritier de la couronne, et son frère Harry, ainsi que leurs épouses respectives Kate et Meghan se sont recueillis ensemble samedi après-midi devant les fleurs déposées en mémoire de la reine au château de Windsor. Les deux frères et leurs épouses, réputés en froid depuis quelques années, ont marché tous les quatre de front sous les applaudissements de la foule rassemblée pour rendre hommage à feue Elizabeth II.

Hannah a commencé un nouveau travail il y a deux semaines. Avec sa patronne Lizzy, elle travaille plus que jamais depuis jeudi. Les clients défilent dans un flux interrompu, et tous les fleuristes londoniens sont surchargés de travail depuis la mort de la reine. À Buckingham Palace, les foules déposent des gerbes en hommage à Elizabeth II.
De notre envoyé spécial à Londres, Mayeul Aldebert.
Les funérailles de la reine Elizabeth II, décédée jeudi en Écosse, auront lieu le lundi 19 septembre à Londres, a annoncé samedi le palais de Buckingham.
Des dirigeants du monde entier sont attendus pour ces funérailles qui auront lieu à l’abbaye de Westminster à 11h00. Le roi Charles III, son fils qui lui a succédé, a déclaré un jour férié au Royaume-Uni pour l’occasion.
La reine consort Camilla et le roi Charles III se sont entretenus avec l’archevêque de Canterbury, Mgr Justin Welby, dans la salle 1844 du palais de Buckingham, à Londres, le 10 septembre 2022. Le roi Charles III s’est engagé à suivre l’exemple de sa mère, à savoir «servir toute sa vie», dans son discours inaugural à la Grande-Bretagne et au Commonwealth vendredi, après être monté sur le trône à la suite du décès de la reine Elizabeth II le 8 septembre.
Le prince William, héritier du trône, a rendu un hommage émouvant samedi à sa grand-mère la reine Elizabeth II, et promis de soutenir son père, le roi Charles III, «de toutes les manières possibles». Saluant dans un communiqué «une dirigeante extraordinaire dont l’engagement envers le pays, les royaumes et le Commonwealth était absolu», il a aussi dit sa tristesse d’avoir perdu sa grand-mère, dont il était très proche.
«Ma grand-mère a dit que le chagrin était le prix à payer pour l’amour. Toute la tristesse que nous ressentirons dans les semaines à venir témoignera de l’amour que nous portions à notre reine extraordinaire. J’honorerai sa mémoire en soutenant mon père, le roi, de toutes les manières possibles», a déclaré le prince, fils aîné du Charles III, qui lui a attribué vendredi le titre de prince de Galles.
«Bien que je pleure sa perte, je me sens aussi incroyablement reconnaissant», a-t-il ajouté, soulignant qu’il avait bénéficié de «sa sagesse et de son réconfort» pendant 40 ans. «Ma femme a bénéficié de ses conseils et de son soutien pendant 20 ans. Mes trois enfants ont pu passer des vacances avec elle et créer des souvenirs qui dureront toute leur vie». «Elle était à mes côtés dans mes moments les plus heureux. Et elle était à mes côtés pendant les jours les plus tristes de ma vie. Je savais que ce jour allait venir, mais il va me falloir du temps pour m’habituer à la réalité de la vie sans Mamie», a ajouté le prince.
Le Canada a proclamé le roi Charles samedi lors d’une cérémonie officielle à la résidence du gouverneur général, le représentant du monarque au Canada qui exerce les fonctions de chef d’État au nom de la couronne. Plus tôt, un conseil d’adhésion s’était réuni au palais de Saint-James à Londres pour proclamer Charles souverain. Ces cérémonies sont protocolaires et officialisent le changement de chef d’État. Charles, 73 ans, est devenu automatiquement roi du Royaume-Uni et chef d’État de 14 autres royaumes, dont le Canada, lorsque sa mère, la reine Elizabeth II, est décédée jeudi à l’âge de 96 ans.
Le Canada a annoncé une période de deuil de 10 jours pour la reine. Bien que le Canada ait cessé d’être une colonie de la Grande-Bretagne en 1867, il est resté dans l’Empire britannique jusqu’en 1982, et est toujours membre du Commonwealth des pays de l’ancien empire qui ont le monarque britannique comme chef d’État. Le premier ministre Justin Trudeau et la gouverneure générale Mary Simon ont signé un décret proclamant le nouveau souverain à l’issue d’un Conseil des ministres. Des trompettes ont ensuite annoncé la sortie du héraut d’armes du Canada de la résidence. Il a lu au public, en anglais et en français, le décret proclamant le nouveau monarque, en terminant par «Vive le Roi !». La cérémonie s’est terminée par une salve de 21 coups de canon et l’orchestre des forces armées qui a joué God Save the King.
» LIRE AUSSI – Mort d’Elizabeth II: le Canada divisé par une fracture monarchique
Le mariage d’une nièce du roi des Belges Philippe a été marqué samedi par un moment de prière et de recueillement à la mémoire de la reine Elizabeth II lors de la cérémonie religieuse à Bruxelles. Maria Laura, 34 ans, fille ainée de la princesse Astrid, soeur cadette du roi Philippe, a épousé William Isvy, 30 ans, gestionnaire d’actifs basé à Londres. Selon le porte-parole de la famille royale Herve Verhoosel, le couple a été très «ému» par le décès de la reine Elizabeth II.
«Au cours de la cérémonie religieuse samedi après-midi, un moment de prière et de réflexion sera dédié à Sa Majesté la Reine Elizabeth II», a déclaré le porte-parole à l’agence belge Belga. Les familles royales belge et britannique sont issues de la même maison royale des Saxe-Cobourg et Gotha, bien que la dynastie britannique ait adopté le nom des Windsor en 1917. Leopold 1er, premier roi des Belges, était l’oncle de la reine Victoria qui, avec un règne de plus de 63 ans, a été la souveraine britannique ayant régné le plus longtemps avant les 70 ans de règne d’Elizabeth II.
Avec chefs d’État et têtes couronnées, l’événement s’annonce comme un immense défi : la police britannique se prépare pour ses premières funérailles nationales en près de 60 ans. Les policiers ont ressorti de leurs archives les vieux protocoles pour les grandioses obsèques de la reine Elizabeth II, qui s’annoncent comme un casse-tête : accueillir les dirigeants des grandes puissances de la planète tout en canalisant des millions de visiteurs à Londres. La date officielle de ces funérailles nationales, les premières depuis celles du premier ministre Winston Churchill en 1965, n’est pas encore connue mais elles devraient avoir lieu autour du 19 septembre à l’abbaye de Westminster, au cœur de la capitale.
«Ce sera sans doute l’opération policière et de maintien de l’ordre la plus importante jamais mise sur pied au Royaume-Uni», indique Nick Aldworth, ancien coordinateur du contre-terrorisme dans la police nationale au journal The Independent. «Il suffit d’une voiture, d’une personne qui veuille accomplir un acte de haine et alors là, non seulement vous avez un événement constitutionnel qui dérape, mais des blessés et des morts», poursuit-il. Il relève que la cérémonie se tiendra dans un contexte de «menace mondiale d’un niveau très différent» de celui des précédentes funérailles royales, comme celles de la reine-mère en 2002 ou encore celles de la princesse Diana cinq ans plus tôt.
» LIRE AUSSI – Mort d’Elizabeth II : le déroulé des funérailles
Elizabeth II s’est éteinte jeudi au château de Balmoral, à l’âge de 96 ans, après avoir régné 70 ans. Le magistère moral et la stabilité de la reine britannique ont permis la traversée d’un siècle sans heurt, raconte le journaliste, animateur de radio et de télévision et écrivain d’histoire.
Lisez notre entretien.
Les gens continuent d’affluer vers Buckingham Palace pour y déposer des gerbe de fleurs. Frances et sa fille Poppy, venues d’Écosse, s’y rendent cet après-midi. Autour d’un «fish and chips», Frances se remémore la mort de Diana, quand elle avait également fleuri le palais royal. «Je le fais par amour de la reine qui a décoré mon père de l’ordre de l’Empire britannique».
De notre envoyé spécial à Londres, Mayeul Aldebert.
Après le décès d’Elizabeth II, plusieurs personnalités ont partagé quelques anecdotes personnelles sur leur rencontre avec la souveraine, reflet de son sens aiguë de l’humour ou du devoir. Une députée travailliste, Harriet Harman, a elle confié la manière dont la reine l’avait réconfortée après la perte de son poste de ministre en 1998. «Lorsque j’ai été congédiée, mon agenda était vide et je ne recevais plus aucun coup de fil», a-t-elle raconté. «Mon équipe a été étonnée de recevoir un appel de Buckingham Palace: plus personne ne voulait avoir affaire avec moi, mais la reine voulait me voir !» Avant de conclure: «J’ai été invitée à prendre le thé avec la reine, pour qu’elle me remercie de mon travail».
L’ex-dirigeant du parti d’opposition travailliste Ed Miliband, qui avait démissionné en 2015 après une cuisante défaite aux élections législatives, a pour sa part raconté comment Elizabeth II avait gentiment ironisé avec lui sur sa chute. «Alors que ma carrière plongeait, celle de ma femme décollait et elle a été faite Dame» (titre honorifique britannique, NDLR), a-t-il expliqué, si bien qu’ils ont «tous deux été invités au palais pour rencontrer Sa Majesté». «Lorsque nous nous sommes vus, Sa Majesté m’a dévisagé et m’a dit ‘Oh, c’est vous, que faites-vous ici ?’, sachant très bien pourquoi j’étais là», s’est-il remémoré devant le Parlement britannique. «Nous avons alors eu une merveilleuse conversation et elle était là, à 93 ans, toujours pleine d’entrain, de vigueur et d’humour», a-t-il ajouté.
» LIRE AUSSI – Elizabeth II, une reine universelle et moderne qui a su s’adapter à toutes les époques
Longtemps accusée de coûter trop cher aux citoyens et de garder le secret sur ses comptes, la famille royale a concédé d’importants efforts de transparence. Chaque année, désormais, des comptes sont publiés, permettant aux citoyens de mieux comprendre comment la monarchie est financée, et comment celle-ci dépense les moyens mis à sa disposition.
Lisez notre décryptage.
Après la courte cérémonie privée organisée à la petite église de Crathie Kirk, près de Balmoral, des membres de la famille royale se sont attardés, émus, pour saluer les badauds venus honorer la défunte reine Elizabeth II. Des centaines de personnes ont déposé des gerbes de fleurs et des mots manuscrits au pied de l’édifice religieux en sa mémoire.
» LIRE AUSSI – Balmoral, «plus bel endroit du monde» et refuge des Windsor
À VOIR AUSSI – L’émotion d’une partie de la famille royale réunie à Balmoral
L’ancienne première ministre Theresa May a fait mourir de rire les députés du Parlement britannique vendredi en leur narrant sa mésaventure survenue lors d’un pique-nique avec la reine, dans sa propriété écossaise de Balmoral, où elle est décédée. «Nous avions tous mis la main à la pâte pour dresser la table. J’ai pris un morceau de fromage, je l’ai mis sur une assiette puis je l’ai amené vers la table», explique-t-elle, quand soudain «le fromage est tombé par terre».
«J’ai eu une fraction de seconde pour prendre ma décision: j’ai ramassé le fromage, je l’ai mis sur l’assiette et je l’ai posé sur la table». «Lorsque je me suis retournée, j’ai constaté que tous mes gestes avaient été très attentivement observés par Sa Majesté», a indiqué Theresa May. «Je l’ai regardée. Elle m’a regardée et a simplement souri», a ajouté l’ex-première ministre, concluant : «Le fromage est resté sur la table».
D’après la BBC, des membres de la famille royale ont été aperçus se dirigeant vers la petite église de Crathie Kirk, près de Balmoral, lieu de culte habituel de la Couronne britannique. Ils vont assister à une cérémonie privée.
» LIRE AUSSI – Balmoral, «plus bel endroit du monde» et refuge des Windsor
Plusieurs membres de la famille royale ont été aperçus dans des véhicules Land Rovers : la princesse Anne, son mari Tim Laurence et leurs enfants Zara Tindall et Peter Phillips, le prince Andrew et ses filles, les princesses Béatrice et Eugénie, mais aussi le comte et la comtesse de Wessex ainsi que leur fille Louise. Le prince William et le prince Harry ont quitté Balmoral hier.
À VOIR AUSSI – Les habitants d’Edimbourg prêts à vivre un «moment historique» à l’arrivée du cercueil de la reine
Devant le palais royal de Holyrood, où le cercueil d’Elizabeth II est attendu dimanche, une file ininterrompue d’anonymes vient lui rendre hommage.
De notre envoyé spécial Cyrille Louis.
Arrivé un peu plus tôt dans l’après-midi au palais de Buckingham, le roi Charles III aura un agenda chargé pour la suite de sa journée. À partir de 15 heures, heure française, le nouveau souverain s’entretiendra avec l’archevêque de Canterbury, Justin Welby. Puis, il rencontrera la nouvelle première ministre Liz Truss et les membres de son gouvernement. Enfin, il s’adressera aux partis d’opposition et au doyen de l’abbaye de Westminster.
Depuis 14 heures (13h GMT), les députés de la Chambre des communes qui le souhaitent prêtent allégeance au nouveau roi Charles III, comme le veut la tradition. Les parlementaires en profitent également pour présenter leurs condoléances à la famille royale.
John, 69 ans, a l’habitude de venir peindre devant le palais. «Il y a plus de monde aujourd’hui», fait-il remarquer sobrement. Le voilà en train de peindre la statue de la mère de la reine Elizabeth II. La foule vient y déposer des gerbes de fleurs, en attendant une statue de la reine disparue.
De notre envoyé spécial à Londres, Mayeul Aldebert.
Quelques minutes après avoir quitté le palais Saint-James, où il a été proclamé roi, Charles III fait son arrivée au palais de Buckingham, sa nouvelle résidence officielle.
À VOIR AUSSI – Charles III retourne à Buckingham Palace après avoir été proclamé roi
Après une heure d’attente devant le palais Saint-James, les portables et caméras se lèvent : la grille s’est ouverte. Le roi Charles III passe en voiture devant la foule, faisant de légers signes de la main, fenêtres fermées. Le moment tant attendu aura duré quelques secondes. Les rires fusent, la bonne humeur l’emporte.
De notre envoyé spécial à Londres, Mayeul Aldebert.
À VOIR AUSSI – Des coups de canon tirés à Edimbourg en l’honneur du roi Charles III
Lors de la proclamation de Charles III comme souverain au palais Saint-James, six anciens premiers ministres étaient présents côte à côte. De gauche à droite : Tony Blair, Gordon Brown, Boris Johnson, David Cameron, Theresa May et John Mayor.
«À la reine Elizabeth qui a défendu les valeurs de paix, de liberté et de démocratie» et «à la grande amie de la France»: l’ex-président François Hollande s’est rendu samedi à l’ambassade britannique à Paris pour signer le registre de condoléances. En sortant, l’ex-chef d’État français a aussi salué Charles III, proclamé roi samedi, qui, pense-t-il, «aura une autre façon de faire, mais qui a aussi une passion qui est celle de la défense de l’environnement, de l’écologie».
» LIRE AUSSI – Mort d’Elizabeth II: dix présidents français ont accompagné son règne sur sept décennies
Il «sera utile dans les conférences internationales qu’on entende aussi la voix de la famille royale, à cette occasion», alors que la nouvelle première ministre conservatrice britannique Liz Truss a pris ses fonctions. «À la grande amie de la France qui durant tout son règne a veillé à renforcer les liens entre nos deux pays et qui a suscité chez les Françaises et les Français de toutes générations et de toutes sensibilités respect et admiration, nous exprimons notre immense reconnaissance et partageons le chagrin de la famille royale et du peuple britannique», a-t-il écrit, selon le texte consulté par des journalistes de l’AFP.
A la fin de la proclamation, la foule s’est agglutinée à l’une des sorties du palais Saint James. Charles III passera-t-il par ici pour rejoindre le palais de Buckingham ? «Were are you Charles?», crient certains. Les pompiers évacuent quelques personnes pour des malaises. On guette le moindre mouvement de grilles. Des clameurs s’élèvent de l’autre côté ! Faux espoir, c’est un camion de logistique qui fend la foule.
De notre envoyé spécial à Londres, Mayeul Aldebert.
Philip est venu avec sa famille pour la proclamation du nouveau roi à Saint-James, encore affecté par la mort d’Elizabeth II. Comme beaucoup de badots, il est venu avec des fleurs en hommage à la mère du nouveau roi. «Your were a great Queen, love», a écrit un de ses neveux. Comme pour beaucoup, la mort d’Elizabeth II est plus marquante ce matin encore que la proclamation du nouveau roi Charles III.
De notre envoyé spécial à Londres, Mayeul Aldebert.
«God save the King». La proclamation a été lue une deuxième fois devant la Bourse de Londres, où de nombreuses personnalités de la vie économique du pays sont rassemblées. Les trompettistes ont ensuite sonné et l’hymne national joué après que le Garter Principal King of Arms, David White, a appelé à «trois acclamations pour Sa Majesté le Roi».
Après avoir été officiellement proclamé roi par le Conseil d’accession au palais Saint-James, Charles III va de nouveau l’être à la Bourse de Londres, à 13 heures. Le rituel de succession prévoit aussi la lecture publique de la proclamation dans les capitales des trois autres nations constitutives du Royaume-Uni, outre l’Angleterre – Edimbourg en Ecosse, Belfast en Irlande du Nord et Cardiff au Pays de Galles. Le Parlement britannique doit également faire voeu d’allégeance à Charles III dans la journée.
Le président russe Vladimir Poutine a adressé samedi ses «félicitations sincères» à Charles III, proclamé officiellement roi à Londres, a indiqué le Kremlin. «Veuillez recevoir mes félicitations sincères à l’occasion de votre accession au trône», a déclaré Vladimir Poutine dans un télégramme, adressé à Charles III, selon un communiqué du Kremlin. «Je souhaite à Votre Majesté du succès, une robuste santé et tout le bien», a-t-il poursuivi.
Quarante-et-un coups de canons et des drapeaux mis en berne au-dessus du palais de Buckingham, en signe d’avènement. Ce samedi 10 septembre, le nouveau roi du Royaume-Uni, Charles III, a été officiellement investi de sa fonction par le Conseil d’accession au palais Saint-James, à Londres. Mais cette proclamation n’est pas à confondre avec le couronnement, qui n’aura lieu que bien plus tard. Découvez pourquoi dans notre article.
Des salves de canons ont retenti dans tout le royaume pour saluer la proclamation du nouveau roi. Les troupes royales ont tiré 41 canons à Hyde Park et 62 à la tour de Londres.
Après avoir lu solennellement le texte officiel de la proclamation, le maître d’armes a lancé à la foule et aux gardes royaux rassemblés : «Three cheers for His Majesty the King, hip hip ! ». Et la foule de répondre en chœur : «Hourrah !».

Les personnes présentes sont conscientes de vivre un moment historique. Eva, qui ne se définit pas royaliste, a «beaucoup d’émotion» malgré tout. «C’est une page de la grande histoire qui se tourne et j’y assiste à cet instant précis». Les gens patientent dans le calme et beaucoup de portables sont allumés pour suivre à la télévision ce qu’on ne peut pas voir depuis la rue.
Dans le silence saisissant de la foule amassée dans la cour, le maître d’armes de l’ordre de la Jarretière proclame publiquement la royauté de Charles III au balcon du palais Saint-James. La proclamation sera ensuite relayée par une demi-douzaine de hérauts en calèche qui iront également la lire à Trafalgar Square, puis au Royal Exchange de la City de Londres. Après les ovations, la garde royale a entamé «God Save The King».
À VOIR AUSSI – Charles III est proclamé devant le public au balcon du palais Saint-James
Après avoir signé la proclamation un par un, les membres du Conseil sortent de la salle du trône. La proclamation publique est prévue à midi heure française depuis le balcon du palais Saint-James. Dans la Cour des Frères, l’accès vient de s’ouvrir et la foule s’engouffre pour avoir une vue plus directe sur le balcon, rapporte notre envoyé spécial Mayeul Aldebert.
Accompagné de son épouse Camilla et de son fils William, Charles, 73 ans, a prêté serment. «Le règne de ma mère a été inégalé dans sa durée, son dévouement et sa dévotion», a rappelé le roi dans un silence poignant. «Je suis profondément conscient de ce grand héritage, des devoirs et des lourdes responsabilités de la souveraineté, qui me sont désormais transmis. Je dédierai ce qui reste de ma vie à cette tâche», assure-t-il.
Le roi a déclaré savoir compter sur le soutien et la «loyauté» de son peuple d’abord, du Conseil et du Parlement, et de son épouse. «Je suis très encouragé par le soutien constant de mon épouse», a-t-il souligné. Il a aussi promis de protéger l’Église d’Angleterre et d’Écosse. Le roi a ensuite signé le serment tout juste prononcé.
À VOIR AUSSI – Charles III tient son premier discours devant le Conseil de succession
La foule afflue de toute part depuis très tôt ce matin devant le palais Saint-James, pour être aux premières loges lorsque le Conseil fera sa déclaration publique, au balcon du palais.
Emma, fervente royaliste, est très affectée. Elle est venue avec des fleurs. «Pour moi, le Royaume Uni n’existe pas sans monarchie, cela fait partie de qui je suis», raconte-t-elle à notre envoyé spécial, Mayeul Aldebert. Charles sera-t-il un bon roi ? «J’ai toute confiance en lui», affirme l’infirmière de 35 ans. «Il est conscient des problèmes».
Après la proclamation orale, les membres du Conseil se succèdent pour signer la déclaration officielle de la royauté de Charles III. La première ministre Liz Truss a elle-même apposé sa signature, sous le regard de plusieurs de ses prédécesseurs, dont Gordon Brown, David Cameron, Boris Johnson et Theresa May.
Les 200 membres ont officiellement déclaré au palais Saint-James, résidence officielle du souverain, la royauté du fils d’Elizabeth II. «Le prince Charles est maintenant notre seul roi», a déclaré le Conseil en présence du duc de Norfolk, de l’archevêque de Canterburry, et de la première ministre, de la reine consort Camilla et du prince William. Le pince Charles Philip Arthur George est désormais le roi Charles III.
À VOIR AUSSI – Proclamation de Charles III: le Conseil de succession proclame le roi
La reine laisse derrière elle une importante fortune personnelle. Le montant de cet héritage, de loin le plus important de la famille royale, est difficile à estimer car la distinction est floue entre ce qui lui appartenait personnellement et ce qui revient à la couronne. Par exemple, si Buckingham Palace est propriété de l’État britannique, le château de Balmoral, en Écosse, où elle a séjourné jusqu’à son décès, lui appartient. L’héritier de la reine, le prince Charles, récupèrera, de manière certaine, un certain nombre de biens. Parallèlement, il devra en abandonner d’autres.
» LIRE AUSSI – Mort de la reine Elizabeth II : comment sera réparti son héritage ?
Les principales routes du centre d’Édimbourg ont été fermées alors que la ville se prépare à accueillir le cercueil de la reine défunte. Dimanche, son corps quittera le château de Balmoral par la route jusqu’à Aberdeen, d’où il sera acheminé vers le palais d’Holyrood, résidence officielle de la monarque à Edimbourg. Puis il sera emmené en procession jusqu’à la cathédrale Saint-Gilles, où la reine reposera pendant 24 heures, permettant au public de voir son cercueil.
Le conseil municipal d’Édimbourg a fait savoir qu’il travaillait avec le gouvernement et la police écossaise pour accueillir un grand nombre de visiteurs. Le centre-ville sera quelque peu perturbé, des routes ont été condamnées et plusieurs écoles ont prévu de fermer lundi et mardi.
» LIRE AUSSI – Funérailles d’Elizabeth II à Londres : nos conseils pour y assister
Samedi matin, l’Accession council à Londres va se réunir à 10h (11h à Paris) au palais Saint-James pour proclamer que Charles est devenu roi. Ce conseil est un groupe de hauts responsables politiques, évêques, dignitaires de la ville de Londres et ambassadeurs du Commonwealth. La réunion du Conseil est presque aussi ancienne que la monarchie elle-même, dérivée de l’assemblée féodale anglo-saxonne ayant «élu» le monarque parmi les successeurs éligibles. Alors que ses fonctions ont toujours été accomplies à huis clos, la séance sera cette fois-ci télévisée, pour la première fois. Environ 200 membres sur plus de 700 devraient être présents, dont la reine Camilla et le prince William.
«Nous nous rencontrons avant l’arrivée du roi Charles, déciderons qu’il sera le nouveau monarque, puis il entrera et nous le proclamerons roi», explique Harriet Harman, présidente de la Chambre des communes, qui participera à la réunion. Une heure plus tard, à 11h (12h à Paris), la proclamation sera lue en public du balcon du palais. Des salves d’armes retentiront à Hyde Park et à la Bourse de Londres. A 12h, la proclamation sera lue au Royal Exchange de la City de Londres.
Dans l’après-midi, la Chambre des communes se réunira pour prêter allégeance au nouveau monarque. «L’actuel serment a été prêté à la reine Elizabeth, donc aujourd’hui à 13h, les députés prêteront le serment d’allégeance au nouveau roi Charles», a expliqué Harriet Harman à la BBC samedi matin.
» LIRE AUSSI – Le déroulé des funérailles d’Elizabeth II
Au lendemain du premier discours de Charles III, la presse britannique salue le ton personnel et touchant des paroles de son nouveau souverain.
«Le roi a rendu un hommage émouvant à sa “maman chérie”», note The Times. «Dans un premier “discours de roi” remarquablement personnel, Charles met son cœur à nu», titre The Telegraph. Sur les illustrations, l’image de Charles visiblement très ému, vêtu d’un costume noir, renforce l’image d’un roi «sincère», «étonnamment intime», écrit The Mail. «L’allocution du monarque a été pleine d’émotion et nous laisse tous confiants dans son engagement sans faille à son devoir», continue The Telegraph.
À VOIR AUSSI – Mort d’Elizabeth II: premier bain de foule pour le roi Charles III devant le Palais de Buckingham
Quatre jours après avoir rendu visite à la reine à Balmoral, qui l’avait chargée de former un gouvernement, la nouvelle première ministre Liz Truss a rencontré vendredi le roi Charles III au palais de Buckingham. Deux monarques en quatre jours est du jamais-vu en Grande-Bretagne. Les dernières photos officielles d’Elizabeth II sont celles de sa rencontre mardi avec la nouvelle première ministre conservatrice.
«J’ai personnellement beaucoup apprécié ses sages conseils», a confié Liz Truss vendredi au Parlement. «Elle a généreusement partagé avec moi de sa longue expérience du gouvernement, même pendant ces derniers jours». Lors de l’audience avec Charles III, celui-ci lui a confié qu’il avait trouvé «touchantes» les foules s’amassant devant le palais. Liz Truss lui a exprimé ses sincères condoléances.
Vendredi soir, l’hymne britannique «God save the King» (Que dieu sauve le roi) a été chanté dans sa version masculine à la cathédrale Saint Paul à Londres, en conclusion d’un office religieux en hommage à Elizabeth II. La cérémonie s’est tenue en présence de la première ministre Liz Truss, qui a lu des extraits de la Bible. Des centaines de personnes suivaient de l’extérieur sur leur téléphone portable.

Pour la première fois depuis 70 ans, la nouvelle version de l’hymne remplace «God save the Queen» (Que dieu sauve la reine), chanté depuis l’accession au trône de la défunte souveraine en 1952.
Les jours suivant la mort de la Reine étaient prévus de longue date par un plan appelé “London Bridge is down”.Immédiatement après l’annonce de la mort aux agences de presse, un valet de chambre en tenu de deuil s’est rendu aux portes du palais de Buckingham pour annoncer une période de deuil de 10 jours. Le site internet du palais affiche désormais une page noire, comme pour la mort du prince Philip.
À LIRE AUSSI – Opérations London Bridge et Unicorn : tout ce qui va se passer dans les dix jours suivant le décès d’Elizabeth II
Puisque la Reine est morte à Balmoral, l’opération Unicorn va être déclenchée, prévoyant le transport de son corps par train royal jusqu’à Londres. Quatre jours après la mort de la Reine, son corps reposera au Westminster Hall pendant cinq jours 23h sur 24, jusqu’à ses funérailles. Neuf jours après son décès, une procession du palais de Buckingham jusqu’à l’abbaye de Westminster sera organisée. Il est planifié pour accueillir au moins un million de personnes. Le jour des funérailles sera férié, les magasins et le marché boursier seront fermés.
Depuis le palais de Buckingham, Charles III a prononcé vendredi son premier discours télévisé en tant que souverain, une allocution enregistrée dans laquelle il a rendu un émouvant hommage à Elizabeth II, sa «maman chérie». Visiblement ému, il a qualifié Elizabeth II d’«inspiration et d’exemple» pour lui et sa famille.
Il a promis de servir les Britanniques toute sa vie, comme sa mère l’avait fait à son 21ème anniversaire. «Comme la reine l’avait fait avec un dévouement inébranlable, je m’engage moi aussi solennellement maintenant, tout au long du temps restant que Dieu m’accorde, à défendre les principes constitutionnels qui sont au coeur de notre nation», a-t-il déclaré, sur un ton sobre et confiant.
À VOIR AUSSI – Les temps forts de la première prise de parole du roi Charles III
Étape après étape, dans le respect au millimètre du protocole et de la tradition, Charles III s’installe comme chef d’État. Devenu roi immédiatement après le décès de sa mère Elizabeth II, il sera proclamé officiellement au palais de Saint-James ce samedi, lors d’une réunion de l’Accession council (Conseil d’accession) à Londres.

Ce conseil se réunira à 10 heures (11 heures à Paris), et la proclamation sera lue en public une heure plus tard du balcon de cette résidence, puis dans toutes les provinces du Royaume-Uni le lendemain. Trois jours après, le roi entamera trois visites en Écosse, au pays de Galles et en Irlande du Nord.
LIRE AUSSI –Comment Elizabeth II a assuré la survie d’une monarchie britannique secouée par les turbulences
Bonjour à tous et bienvenue dans ce direct consacré à la mort d’Elizabeth II, reine du Royaume-Uni et des autres royaumes du Commonwealth. Nous suivrons ici les différentes étapes de la succession de Charles III, en cette période de deuil national outre-Manche.
Vous retrouverez les événements de vendredi dans notre précédent direct.
Ane aux mines
le
Ils ont l’air super tristes sur la photo.
anonyme
le
l’enfumage continue.
parlez nous de l’hiver et de la dette,c’est moins drôle et plus pertinent
anonyme
le
l’enfumage continue.
parlez nous de l’hiver et de la dette,c’est moins drôle et plus pertinent
L’assaillant a été neutralisé par les forces de sécurité après avoir ouvert le feu à Neve Yaacov, quartier de colonisation juive à Jérusalem-Est.
ANALYSE – Pour les officiels et les experts proches du Kremlin, la décision de Berlin confirme que le seuil de la cobelligérance est franchi par les Occidentaux et augmente le risque d’escalade.
FOCUS – L’ambassadeur ukrainien en France qui a avancé ce chiffre n’a cependant pas détaillé le nombre de chars promis par chaque pays. De nombreux alliés ont fait part de leur volonté de livrer des tanks.
À tout moment, vous pouvez modifier vos choix via le bouton “paramétrer les cookies” en bas de page.
EN DIRECT – Mort d’Elizabeth II: Charles III proclamé roi, les funérailles de la reine prévues le 19 septembre
Partager via :
105 commentaires
105
Le Figaro
Les articles en illimité à partir de 0,99€ sans engagement

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE