Dubé mise sur la gestion locale des horaires des infirmières et le décloisonnement – Radio-Canada.ca

Nous utilisons les témoins de navigation (cookies) afin d'opérer et d’améliorer nos services ainsi qu'à des fins publicitaires. Le respect de votre vie privée est important pour nous. Si vous n'êtes pas à l'aise avec l'utilisation de ces informations, veuillez revoir vos paramètres avant de poursuivre votre visite.Gérer vos témoins de navigationEn savoir plus
Vous naviguez sur le site de Radio-Canada

Le ministre de la Santé mise également sur la création de postes à temps complet pour les infirmières.
Photo : Getty Images / gpointstudio
Pour faire face aux problèmes liés à la main-d'œuvre infirmière, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, pense avoir trouvé une « recette » qui fera « une différence » et qui passe par le décloisonnement des professions et la gestion locale des horaires.
Le ministre Dubé a évoqué ces solutions, lundi, quand il s'est adressé aux participants au congrès de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec, à Montréal.
Pour ce qui est de la gestion locale des horaires, le résultat des démarches qui ont déjà été entamées diffère d'un établissement à l'autre. Le ministre a dit aux participants vouloir connaître les endroits où ça va bien et ceux où ça ne se passe pas bien.
Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux
Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot
Et tout ne passe pas nécessairement par la création de postes à temps complet, contrairement à ce qu'on avait cru lors de la dernière négociation des conventions collectives des infirmières, a soutenu le ministre.
Lors de la dernière négociation qui a été assez longue, il y avait vraiment une approche d'augmenter le personnel à temps plein, pour toutes sortes de bonnes raisons. Ça a donné des résultats, je dirais corrects, mais peut-être pas à la hauteur de nos attentes.
La situation, ce que les gens demandent sur le terrain, c'est aussi des postes à temps partiel, avec les avantages et les inconvénients. On a beaucoup entendu ça. On a très bien entendu le message, très, très bien entendu le message, a lancé le ministre Dubé.
Luc Mathieu, président de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec.
Photo : Radio-Canada
Le président de l'Ordre, Luc Mathieu, a aussi noté que tout dépend comment le poste à temps complet est modulé, puisqu'il peut l'être sur quatre jours, par exemple.
« Dans certaines régions, ils ont affiché des postes à temps complet et il n'y a personne qui postule dessus. »
La Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ) elle-même aborde cette question dans ses demandes qui viennent d'être déposées pour le renouvellement des conventions collectives : qu'un poste à temps complet soit modulable à huit, neuf ou dix jours par deux semaines, au choix de la salariée, en travaillant le même nombre d'heures par deux semaines ou en réduisant le nombre d'heures par deux semaines, tout en bénéficiant des avantages du statut de temps complet.
L'autre prise du ministre pour tenter de résoudre les problèmes liés à la main-d'œuvre infirmière est celle du décloisonnement des professions, afin d'alléger la tâche des infirmières.
Des congressistes ont évoqué le recours aux agentes administratives, mais les postes ouverts ne trouvent pas toujours preneurs.
Des employés du secteur préhospitalier à Rimouski.
Photo : Radio-Canada / François Gagnon
Le décloisonnement des professions, moi j'y crois beaucoup. On a besoin d'atterrir le décloisonnement de certaines professions pour justement pérenniser certains avancements qu'on a eus durant la pandémie, notamment avec la vaccination, a plaidé le ministre Dubé.
C'est la présidente du Conseil du Trésor Sonia LeBel, aussi responsable de l'Office des professions, qui doit s'occuper de ce dossier.
Le ministre Dubé a cité le cas des ambulanciers paramédicaux, à qui on pourrait faire davantage appel. On est à des années-lumière au niveau du préhospitalier, entre autres avec les ambulanciers.
Interrogé à ce sujet, le président de l'OIIQ Luc Mathieu n'y a pas vu d'objection de principe.
Ça dépend ce qu'on entend. Si on veut un partage d'activités, faut savoir c'est lesquelles et, après ça, s'assurer si les paramédicaux ont la préparation pour ce faire et comment on peut collaborer avec eux. C'est sûr qu'on est ouverts à optimiser la contribution de chacun dans l'équipe de soins.
Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !
ImportantAfin de favoriser des discussions riches, respectueuses et constructives, chaque commentaire soumis sur les tribunes de Radio-Canada.ca sera dorénavant signé des nom(s) et prénom(s) de son auteur (à l’exception de la zone Jeunesse). Le nom d’utilisateur (pseudonyme) ne sera plus affiché.
En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio-Canada a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit.
Vous avez repéré une coquille?
Vous êtes témoin d’un événement?
Vous avez des questions sur notre travail?
« Nos rendez-vous sont pleins [lundi]. Ça fonctionne. »
Plusieurs médecins ont exprimé leur colère et leur frustration quant à la façon dont la crise a été gérée.
Les effectifs sont réduits en fin de semaine dans ces hôpitaux en raison de la pénurie de personnel.
Près de 800 personnes bénéficient de ce service, et l'initiative pourrait être reprise par d'autres hôpitaux.
Les dirigeants des principaux syndicats doutent que les solutions des conservateurs unis soient viables.
Les progressistes-conservateurs avaient promis la création de 1200 places sur une période de 8 ans, en 2016.
Une séance d'étude publique aura lieu le 7 décembre et le conseil municipal rendra sa décision en février.
La vie d'ex-militaires pourrait être en jeu, selon des fonctionnaires du ministère des Anciens Combattants.
Le ministre Bill Blair, quant à lui, estime que les blocages frontaliers ont constitué le point de bascule.
Pour les opposants, le recours aux tribunaux permettrait à la police de se décharger de sa tâche d'enquêter.
Des voix s'élèvent contre le projet du gouvernement Ford de construire des logements en modifiant les limites de la Ceinture de verdure. Une …
Le financement sera notamment destiné aux soins à domicile et en santé mentale.

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire