Disparition de Final Space : quand les histoires de sous écrasent la … – L'Éclaireur Fnac

Disparition de la série Final Space : quand les histoires de gros sous écrasent la culture
Sense8, The OA, Mindhunter… Les annulations sauvages sont habituelles. Cette fois, pourtant, il serait plus correct de parler d’effacement intégral. La série d’animation Final Space va non seulement être supprimée de toutes les plateformes de streaming légales, mais les formats physiques seront eux aussi interdits à la vente. En cause : une manœuvre d’optimisation fiscale, établissant qu’une production peut être éradiquée pour des raisons économiques.
La sentence a été abrupte, pour son créateur comme pour ses fans. Créée en 2018, la série d’animation Final Space relatait depuis trois saisons les aventures de Gary, un astronaute prisonnier, et de son ami Mooncake, mignon petit extraterrestre destructeur de planètes. Des aventures sans point final, puisque la quatrième saison a été annulée à l’automne dernier.
Mais un an après l’annonce de cette annulation, il semble que le sort réservé à Final Space soit encore plus cruel. Au-delà d’un non-renouvellement, c’est une éradication en bonne et due forme que s’apprête à subir la série. Au fur et à mesure de l’expiration des licences, les trois premières saisons sont en train d’être définitivement supprimées des plateformes légales où elles étaient diffusées, même celles où les épisodes étaient payants, comme Amazon.
#renewfinalspace

It’s a banner that you all have been waving, and it’s a rallying cry I can stand behind while I continue into this long dark night chasing an ending for this story. ARMOR UP: https://t.co/aq5Q0w5ddu pic.twitter.com/d4gH2n4itW
Pour enfoncer le clou, les ventes de supports physiques, comme les Blu-ray, ont aussi été interdites. Mais voilà : les deux premières saisons sont en rupture de stock depuis longtemps, et la saison 3 n’a jamais été éditée dans ce format. Pour ceux ne possédant aucune copie, le seul et unique moyen de regarder Final Space sera, bientôt, le streaming illégal. Le créateur de la série, Olan Rogers, l’a amèrement remarqué dans un tweet : « Votre souvenir de Final Space sera la seule preuve de son existence. »
« Il n’y a rien d’exceptionnel à cette pratique, rappelle Maître Benjamin Montels, avocat au barreau de Paris, spécialiste en droit de la propriété intellectuelle et du numérique. Les plateformes retirent des programmes qui ont été produits par des sociétés extérieures tous les jours, poursuit-il. Elles signent toujours des contrats qui sont à durée limitée, de trois, quatre ou cinq ans, ce qui implique nécessairement un retrait au bout de quelques années. »
Rien de choquant, donc. Sauf que, dans le cas de Final Space, l’interdiction d’exploitation totale et irrévocable a de quoi interroger. Car en plus de la disparition des catalogues, les copies numériques achetées définitivement, et non louées, commencent à être supprimées des bibliothèques virtuelles de leurs propriétaires.
Amazon deleted my Final Space digital purchases of season 1 & 2!! My video library has been wiped clean of Final Space content…WTF! pic.twitter.com/QRDWBpV2L3
Benjamin Montels affirme que de telles pratiques sont « très contestables ». Mais il ajoute aussi qu’il est important de vérifier les limitations de responsabilités des plateformes. « Quelquefois, quand on fouille un peu dans les conditions générales d’utilisation de ces acquisitions en VOD définitives, on s’aperçoit qu’il peut y avoir beaucoup de limitations posées », précise-t-il.
Pratique contestable en justice ou pas, Final Space est, quoi qu’il en soit, en cours d’évaporation définitive. Difficile à avaler pour le créateur de cet univers. D’autant plus que les raisons de la disparition de l’œuvre sont loin d’être liées à sa qualité, qui n’a jamais été remise en question. « Cinq ans de ma vie. Trois saisons à la télévision. Du sang, de la sueur, des larmes… qui se transforment en crédit d’impôt pour le réseau qui possède les droits de Final Space », révèle Olan Rogers sur Twitter.
En effet, la série est la propriété du groupe Warner Bros. Discovery, résultat de la fusion en avril dernier de WarnerMedia et Discovery. Le nouveau patron de la firme, David Zaslav, vient de se lancer dans une entreprise de destruction sans précédent dans l’industrie. Son but : faire des économies, quoi qu’il en coûte. Et la stratégie de Zaslav tient en trois mots : « tax write-off ». Un procédé permettant d’obtenir une déduction fiscale en échange de l’abandon des droits sur un produit. Légalement, cette production n’existe plus et toute commercialisation, sous n’importe quel format, en devient interdite.
Une tactique sur laquelle les plateformes de streaming n’ont aucun pouvoir. « Les fautifs, dans cette affaire, sont plus à rechercher du côté de la fiscalité américaine, explique Maître Montels. Les plateformes ne font qu’appliquer les règles de droit des contrats. » Des règles qui justifient la mise au rebut de contenus ou de produits, et qui sont ici étendues à des œuvres. « Ne plus utiliser tel ou tel bien peut parfois se concevoir, mais dans le domaine de la culture, cela entraîne une atteinte à la diffusion de la création », fait remarquer l’avocat.
En réalité, Final Space rejoint une longue liste de projets sacrifiés sur l’autel des gros sous. Sur la plateforme de streaming de Warner, HBO Max, plus de 30 séries d’animation ont été supprimées (Infinity Train, OKKO, Summer Camp Island, Scoob!: Holiday Haunt…). Mais le plus gros scandale est sans aucun doute l’annulation, cet été, du film Batgirl. Personne ne verra jamais le long-métrage à 90 millions de dollars de l’univers DC Comics, pourtant tourné et monté. Les projections-tests ont été jugées trop décevantes par Zaslav. Projet enterré, on passe au suivant. Fin octobre dernier, Warner Bros. Discovery chiffrait à plus de 2 milliards de dollars le coût de ses productions écartées.
Ce sont donc des éléments entiers du patrimoine audiovisuel qui passent à la trappe. Et parmi eux, le petit chef-d’œuvre de l’animation qu’est Final Space. Olan Rogers et les nombreuses personnes ayant contribué au projet sont forcément lésés ; mais le grand perdant de l’histoire, c’est surtout le public. Car si, comme le clame Adya Godboley, journaliste pour FandomWire, la suppression de cette série crée un précédent selon lequel le capitalisme peut détruire l’art, la qualité des futurs contenus risque d’en prendre un coup.
Pour les plateformes de streaming, les considérations économiques ont déjà de plus en plus d’influence sur le choix des catalogues. D’autant plus maintenant que Netflix perd des abonnés et que la concurrence s’intensifie. C’est pour cette raison que tant de séries n’ont pas de fin ou que les plateformes misent tout sur des formats qui font beaucoup vendre, comme le fait divers. Il semble toutefois qu’un cas extrême comme celui de Final Space soit un « épiphénomène économique ». C’est en tout cas ce que pense François Moreau, économiste du numérique et de la culture.
Si les annulations pour raisons fiscales doivent se poursuivre, elles seront, en tout cas, limitées aux œuvres américaines, selon Benjamin Montels. « Pour les œuvres françaises, une telle situation est impossible, rassure-t-il. Les règles fiscales ne sont pas équivalentes et le droit d’auteur ne le permettrait pas. » En effet, dans l’Hexagone, un producteur ne peut pas détruite l’exploitation d’une œuvre audiovisuelle, comme l’a fait David Zaslav.
« Dans le droit d’auteur français, il existe un principe d’obligation pour le producteur de rechercher l’exploitation d’une œuvre, développe le spécialiste. S’il ne l’exploite plus, pour des raisons fiscales par exemple, l’auteur peut demander à récupérer ses droits [une loi inscrite à l’article L132-27 du Code de la propriété intellectuelle, ndlr]. » Une obligation d’exploitation totalement absente des règles du copyright américain. De quoi rassurer, un peu, les fans de séries françaises.
De son côté, le père de Gary et Mooncake a déclaré qu’il continuerait à se battre pour ses personnages. En ligne, il vend des vêtements floqués du hashtag #RenewFinalSpace, dans l’espoir de sauver sa création. En attendant, il est encore possible de voir les trois saisons de Final Space sur Netflix, la licence n’étant pas encore expirée pour l’international. Date limite de visionnage selon le site Whats-On-Netflix.com : le 16 décembre 2023.

source

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE