Débrayages dans les usines pétrochimiques iraniennes dans le cadre des manifestations antigouvernementales en cours dans tout le pays – wsws.org

Dans ce qui pourrait s’avérer un développement très important, les travailleurs du pétrole et de la pétrochimie de plusieurs sites le long de la côte iranienne du Golfe Persique ont organisé des manifestations antigouvernementales et des débrayages lundi. Le Conseil des travailleurs contractuels du pétrole a déclaré que 4.000 travailleurs ont fait grève dans des raffineries de pétrole et d’autres installations, notamment à Abadan, Bushehr et Asaluyeh.
Les actions de lundi sont le premier signe d’une participation organisée de la classe ouvrière aux manifestations de masse contre le régime bourgeois clérical iranien, qui ont éclaté après la mort en garde à vue, le 16 septembre, de Mahsa Amini, 22 ans.
Asaluyeh semble être le centre du débrayage de lundi des travailleurs du pétrole et d’autres produits pétrochimiques.
Des vidéos partagées par les forces de l’opposition bourgeoise montrent les grévistes d’Asaluyeh qui scandent des slogans, dont «Mort au dictateur», une référence au guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei. L’agence de presse semi-officielle Tasnim a fait état de la grève à Asaluyeh, mais l’a présentée comme un simple conflit salarial sans rapport avec les manifestations antigouvernementales en cours.
Les manifestations liées à la mort d’Amini ont commencé dans les zones à dominante kurde de l’ouest de l’Iran, dont elle était originaire, avant de s’étendre aux campus du pays. Elles se sont concentrées sur la haine populaire à l’égard de la police de la moralité qui fait respecter les règlements qui exigent que les femmes portent le hijab en public, et contre la position politique privilégiée du clergé chiite au sein de la République islamique d’Iran. Amini a été arrêtée le 13 septembre lors d’un voyage à Téhéran pour avoir prétendument porté un hijab «de manière inappropriée» et est décédée trois jours plus tard.
Soulignant la profonde crise socio-économique et politique qui secoue l’Iran, les manifestations se poursuivent depuis trois semaines et demie malgré la répression brutale de l’État. Les groupes d’exilés font état d’au moins 185 morts, de milliers de blessés et d’arrestations. Le gouvernement, qui affirme qu’il y a eu plusieurs morts parmi les forces de sécurité, n’a pas mis à jour son bilan officiel depuis le 21 septembre, date à laquelle il était de 41 morts. Des informations ont circulé mardi selon lesquelles des chars avaient été envoyés dans plusieurs villes de la province du Kurdistan, dans le nord-ouest de l’Iran, où les manifestations les plus importantes ont eu lieu.
On a signalé au moins cinq décès à la suite des manifestations de samedi à Téhéran et dans les villes kurdes, dont un garçon de 14 ans tué d’une balle dans la tête. Des reportages de Téhéran indiquent que de nombreux magasins du bazar, traditionnellement un pilier de soutien au régime bourgeois clérical, sont restés fermés dans un acte de désobéissance civile. La censure d’État, la limitation des médias sociaux et l’orientation pro-impérialiste des sources iraniennes vantées par les médias occidentaux rendent difficile la vérification des reportages sur ce qui se passe.
À commencer par les manifestations antigouvernementales de masse qui ont éclaté au début de 2018, l’Iran a connu des grèves et des protestations généralisées des travailleurs et des pauvres des zones rurales contre les inégalités sociales, la pauvreté, le non-paiement des salaires et la dévastation environnementale endémiques. Cela a inclus les grèves des travailleurs du pétrole et du gaz qui ont joué un rôle de premier plan en brisant les reins du régime du Shah Mohammad Reza Pahlavi, directement soutenu par les États-Unis, lors de la Révolution iranienne de 1979.
Les conditions sociales désespérées auxquelles la grande majorité de la population fait face sont le produit des sanctions économiques punitives et meurtrières que les puissances impérialistes ont imposées à l’Iran ainsi que des efforts du régime de Khamenei, depuis des décennies, visant à saccager les droits sociaux obtenus par les travailleurs au lendemain de la révolution de 1979.
Les sanctions de «pression maximale» – imposées par les États-Unis en 2018 lorsque Donald Trump s’est retiré unilatéralement de l’accord nucléaire civil de 2015 entre les grandes puissances mondiales et Téhéran – ont conduit à l’effondrement de la monnaie du pays, rendant la nourriture et les autres produits de première nécessité inabordables. Les sanctions ont également aggravé l’impact dévastateur de la pandémie de COVID-19, empêchant l’Iran d’avoir accès aux médicaments et aux vaccins alors que des centaines de milliers de personnes perdaient la vie à cause du virus.
La vague de protestation actuelle a évité de soulever directement ces questions sociales et économiques fondamentales. Reflétant la prédominance dans les manifestations des étudiants universitaires et des couches de la classe moyenne, en particulier des régions kurdes, le principal slogan du mouvement a été «Femmes, vie, liberté».
En outre, au sein des manifestations et de leur direction, une couche existe dont l’orientation et les appels au soutien visent les capitales impérialistes de Washington, Berlin, Londres et Paris. Ces éléments sont hostiles à la classe ouvrière iranienne et organiquement incapables d’y faire appel. Cette dernière est la seule force sociale capable de balayer le régime clérical autoritaire et de défendre et étendre les droits démocratiques et sociaux par une lutte conjointe avec leurs frères et sœurs de classe dans tout le Moyen-Orient pour le socialisme.
Les travailleurs iraniens ont une longue et fière tradition de lutte contre l’oppression impérialiste et la bourgeoisie iranienne, ayant porté les coups décisifs qui ont renversé le régime du Shah en 1979. L’absence, jusqu’à présent, d’une participation substantielle et organisée de la classe ouvrière aux manifestations ne s’explique pas par un quelconque enthousiasme pour le régime. La police de la moralité et les réformes néolibérales sont largement méprisées par les travailleurs et les paysans. Elle reflète plutôt une réticence à rejoindre un mouvement de protestation dépourvu de programme clair et influencé par des forces d’opposition ouvertement pro-impérialistes.
Outre le déchaînement d’une répression sauvage, les dirigeants de la République islamique ont répondu aux manifestations en attisant les sentiments anti-kurdes et en cherchant à imputer les troubles à des «acteurs étrangers», c’est-à-dire aux puissances impérialistes. Cette réaction ne fait que démontrer la crainte du régime d’une explosion sociale qui unisse la classe ouvrière et les masses rurales dans la lutte contre l’élite dirigeante iranienne. Il espère l’éviter en attisant les conflits ethniques et en faisant cyniquement appel aux sentiments anti-impérialistes largement répandus.
Le ministre de l’Intérieur Ahmad Vahidi a accusé les «groupes terroristes étrangers» basés dans le nord de l’Irak, une référence au Parti démocratique kurde d’Iran et au Parti de la vie libre du Kurdistan qui entretiennent des liens historiques avec le PKK d’Abdullah Ocalan, d’avoir fomenté les «émeutes» dans le but de provoquer la sécession kurde. Le Corps des gardiens de la révolution iranienne (IRGC) ont tiré des missiles sur des installations contrôlées par ces partis au Kurdistan irakien, tuant 14 personnes le 28 septembre et en en blessant d’autres le 1er octobre.
S’adressant à des cadets de la police le 3 octobre, le guide suprême, l’ayatollah Khamenei, a déclaré que la mort d’Amini «nous a brisé le cœur», puis il a accusé les États-Unis et Israël d’être à l’origine des manifestations. Il a exhorté les forces de sécurité à réprimer les manifestants, déclarant qu’ils avaient été victimes d’une «injustice» pendant les manifestations.
Vendredi dernier, le régime a publié ce qu’il a appelé un «rapport médico-légal» sur la mort d’Amini, qui aurait été brutalement malmenée au moment de son arrestation. Ce rapport prétendait, de façon improbable, qu’elle est morte d’une défaillance de plusieurs organes due à un problème de santé préexistant non diagnostiqué, plutôt qu’aux effets des coups qu’elle avait reçus lors de sa détention par la police.
Les puissances impérialistes, soutenues par les porte-parole de leurs médias, profitent cyniquement des manifestations pour dénoncer le régime iranien pour sa violation des «droits de l’homme». Les politiciens et les journalistes de Washington, Berlin, Paris et Londres ne se soucient jamais de reconnaître que leurs gouvernements portent une grande part de responsabilité dans la misère sociale et économique en Iran en raison des sanctions dévastatrices qu’ils imposent. De plus, les puissances occidentales ne sont pas en mesure de faire la leçon à qui que ce soit à propos de la protection des «droits de l’homme» et de la «démocratie» étant donné le rôle qu’elles ont joué dans la destruction de l’Irak, de l’Afghanistan, de la Libye, de la Syrie et d’autres pays au cours de plus de trois décennies de guerre ininterrompue.
L’impérialisme américain et ses alliés européens pourraient bien profiter des frappes de l’Iran contre les partis kurdes du nord de l’Irak pour intensifier leurs menaces militaires contre Téhéran. Washington a déjà pris plusieurs mesures qui ont fait monter en flèche les tensions dans tout le Moyen-Orient. Avec le soutien de l’Occident, Israël a intensifié ses frappes aériennes sur des cibles iraniennes en Syrie au cours des derniers mois, tandis que le président américain Joe Biden s’est rendu dans le Golfe en juillet pour cimenter une alliance anti-iranienne avec l’Arabie saoudite, Israël et les États du Golfe. Après que les forces américaines à Irbil ont abattu un drone iranien lors de l’une des récentes frappes aériennes, le Corps des gardiens de la révolution islamique a répondu par une déclaration belliqueuse qui menaçait de viser les trois bases militaires américaines au Kurdistan irakien. Les partis nationalistes bourgeois kurdes seraient plus que disposés à jouer le rôle de mandataires impérialistes, comme le montre leur longue et sordide histoire de collaboration avec les impérialistes américains et européens, et des puissances régionales comme Israël et la Turquie: tous des États impliqués dans l’oppression impitoyable des masses kurdes.
Washington et ses alliés européens espèrent exploiter la crise croissante de la République islamique pour approfondir les clivages de longue date au sein de l’élite dirigeante afin de «convertir» Téhéran – c’est-à-dire de rompre ses liens de plus en plus étroits avec la Chine et la Russie – et finalement de réduire Téhéran au statut de servitude néocoloniale qui existait sous le Shah.
Le gouvernement Obama a menacé l’Iran de guerre à plusieurs reprises, déclarant que «toutes les options sont sur la table». Mais en 2015, Obama a échangé une levée des sanctions contre de vastes restrictions sur le programme nucléaire civil de l’Iran, évaluant que cela lui permettrait d’obtenir le soutien d’une fraction de l’élite bourgeoise iranienne depuis longtemps désireuse d’un rapprochement avec Washington et les puissances impérialistes européennes.
Dirigée par le président de l’époque, Hassan Rouhani, et auparavant par son mentor, l’ancien président et magnat des affaires Akbar Hashemi Rafsanjani, cette fraction a dominé le gouvernement iranien entre 2013 et 2021. Mais Washington, cherchant à enrayer le déclin accéléré de sa position mondiale, n’a cessé d’accroître ses exigences envers Téhéran. En 2018, le président Trump, et sa politique de «l’Amérique d’abord», a mis à la poubelle l’accord nucléaire, puis en janvier 2020, il a amené la région au bord de la guerre totale quand il a ordonné l’assassinat par drone du chef du CGRI, le général Qassem Suleimani.
La fraction conservatrice ou ligne dure, à laquelle appartient le président actuel, Ibrahim Raisim, a toujours été sceptique à l’égard de l’accord nucléaire. Elle a vu ses doutes confirmés par les actions de Trump, puis par celles de Biden. Ce dernier a critiqué l’abrogation unilatérale de l’accord nucléaire par Trump et continue d’affirmer qu’il aimerait le voir revivre, mais il a maintenu et en fait augmenté les «sanctions à pression maximale» de Trump». En réponse à la pression implacable des États-Unis, la fraction «ligne dure» désormais dominante cherche à renforcer davantage les liens économiques et militaro-stratégiques avec la Russie et la Chine.
En dépit de leurs désaccords marqués en matière de politique étrangère, toutes les fractions de l’élite de la République islamique sont unies dans leur hostilité à l’égard de la classe ouvrière. L’assaut contre ce qui reste des droits sociaux et démocratiques, acquis par les travailleurs à travers le renversement révolutionnaire de la dictature sanglante du Shah parrainée par les États-Unis, s’est poursuivi sans entrave sous les présidents «réformateurs» et conservateurs ou «principlistes».
Les 43 ans d’histoire de la République islamique n’ont fait que confirmer l’insistance de Trotsky sur le fait que, dans les pays à développement capitaliste tardif, les tâches démocratiques fondamentales – y compris la libération de l’oppression impérialiste, la séparation de l’Église et de l’État, l’égalité civile et la restructuration radicale des relations agraires en faveur des masses rurales – ne peuvent être réalisées que par la lutte pour le pouvoir ouvrier et le socialisme, en opposition à toutes les fractions de la bourgeoisie nationale.
La seule façon d’avancer dans la lutte pour les droits sociaux et démocratiques en Iran est d’armer la classe ouvrière avec le programme de la révolution permanente qui exige la mobilisation politique des travailleurs iraniens de manière indépendante, dans la lutte pour la transformation socialiste de la société aux côtés de leurs frères et sœurs de classe dans tout le Moyen-Orient. Les travailleurs occidentaux doivent prendre la défense de la classe ouvrière iranienne, d’abord en exigeant la levée immédiate de toutes les sanctions contre l’Iran et le retrait de toutes les forces militaires américaines, canadiennes et européennes du Moyen-Orient dans le cadre d’un mouvement de masse mondial de la classe ouvrière contre la guerre impérialiste.
(Article paru en anglais le 12 octobre 2022)

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire