Bruit aérien de Roissy-CDG : « la surexposition fait exploser les … – Vonews





Mot de passe oublié
Ou
Choisissez le territoire ou recherchez la ville que vous souhaitez pour obtenir les informations liées
> Territoires
Argenteuil
Bezons
Carnelle – Pays de France
Cergy-Pontoise
Conflans-Sainte-Honorine
Haut Val d’Oise
Nanterre
Paris
Pays de France
Plaine Vallée
Roissy – Pays de France
Sausseron Impressionnistes
Val Parisis
Val-d’Oise
Vallée de l’Oise et des trois forêts
Vexin – Val de Seine
Vexin centre
> Rechercher une ville
Infirmier libéral, Jean-Pierre Auguste-Charlery vit dans le Val-d’Oise depuis presque vingt ans et travaille entre Groslay et Montmorency. « Nous sommes pile dans le couloir aérien ! », partage-t-il. Vers ces communes situées à proximité de l’aéroport Roissy-CDG, un avion toutes les deux ou trois minutes survole les habitations. Et ce, dès 5h du matin. « Ça vous réveille d’un coup. J’ai des patients qui s’en plaignent régulièrement », confie le soignant, lui-même concerné.
 
Insomnies, problèmes de concentration, stress, ou encore agressivité. Liées aux nuisances sonores, ces gênes « ont des conséquences sur le système nerveux », observe Jean-Pierre Auguste-Charlery lors de ses consultations. « Toutes les études corroborent dans ce sens : problèmes de sommeil et hormonaux chez les femmes, troubles de l’apprentissage,… », surenchérit Pierre Sassier, médecin à la retraite qui pratiquait dans la ville de Montmorency. Aujourd’hui, il milite avec d’autres associations, convaincu que le bruit aérien pose bien des problèmes de santé publique.
 
C’est pourquoi, comme une centaine d’autres professionnels de santé, l’infirmier et le docteur ont paraphé une tribune dans les colonnes du Monde, le 9 décembre dernier, pour alerter les pouvoirs publics : 25 millions de Français subissent les nuisances sonores du transport aérien et routier, dont 9 millions sont surexposés au bruit, selon l’Ademe. Parmi eux, 1,4 millions de Franciliens vivent au-dessus de la limite établie par l’OMS pour le seul aéroport de Roissy-CDG.
 
D’après les signataires, dont près de la moitié vit et travaille dans le Val-d’Oise qui est un département particulièrement impacté, cette surexposition trouble plus que le sommeil. S’appuyant sur une étude publiée en 2020 par Debats (Discussion sur les Effets du Bruit des Aéronefs Touchant la Santé), les professionnels de santé s’inquiètent de l’espérance de vie des personnes riveraines des aéroports. Celle-ci serait menacée. « Les maladies cardio-vasculaires explosent avec, pour chaque augmentation de 10 décibels, un surcroît de mortalité évalué à 18 % et allant jusqu’à 28 % pour l’infarctus du myocarde », témoignent-ils au sein du communiqué.
 
À leurs yeux, la solution est simple pour y pallier : interdire les extensions aéroportuaires comme le préconise la convention citoyenne pour le climat, plafonner les vols à l’image du gouvernement néérlandais qui compte l’imposer à l’aéroport Amsterdam-Schiphol, respecter le couvre-feu nocturne et se conformer aux normes européennes « encore trop souvent ignorées ». « Il faut établir des plans de prévention du bruit dans l’environnement vraiment protecteurs », ajoutent les contestataires, fatigués que « la santé publique passe après les intérêts financiers ».
 
Ces derniers ne sont pas rassurés par le nouveau PPBE de l’aéroport Roissy-CDG, actuellement en cours de validation par la préfecture du Val-d’Oise. Et pour cause, à l’opposé de leurs recommandations, celui-ci prévoit jusqu’à 680 000 vols d’avion sur le long terme et « ne comporte aucune mesure pour réduire les nuisances », déplore Françoise Brochot, présidente d’ADVOCNAR (association de défense des riverains de Roissy et du Bourget). Soutenant la démarche de ces professionnels de santé, l’association demande la révision du plan anti-bruit, ainsi qu’un plafonnement à 440 000 vols par an. Envoyée il y a plus de deux mois au ministre chargé des transports, Clément Beaune, leur requête est restée sans réponse.
 
Les services de l’Etat du département ne souhaitent pas s’exprimer sur cette question. « Ce n’est pas du ressort de leur mandat », avait alors expliqué Françoise Brochot au micro de VOnews, elle qui les a rencontrés en septembre dernier. Pareil du côté du groupe ADP, exploitant de l’aéroport de Roissy, qui considère que ce genre de virage ne peut être décidé qu’au niveau du régalien.
Votre avis
nous intéresse
Se connecter avec

Ou avec vos identifiants VONews



Mot de passe oublié

Entre les nombreux départs à la retraite et la faible attractivité financière de cette profession, le Val-d’Oise va manquer…
Au sommaire du Grand JT des Territoires du 17 décembre 2022 : Hiver : fragile chaîne du froid Ukraine : Olena Zelenska, première dame…
Avec des places d’hébergement d’urgence supplémentaires pérennisées par la préfecture du Val-d’Oise, plus de personnes…
Articles sur le même sujet
Entre les nombreux départs à la retraite et la faible attractivité financière de cette profession, le Val-d’Oise va manquer…
Dans les cartons depuis plusieurs années, le projet d’un centre hospitalier universitaire à Pontoise se concrétise. Portée par le…
Près de 120 professionnels de santé, dont la moitié est originaire du Val-d’Oise, ont alerté les pouvoirs publics en signant une…
Téléchargez
l’application mobile
Les prochains événements :
Aucun événement trouvé
livetweet
#vonews
Une info sélectionnée par la rédaction
Communiquez votre info avec une photo ou une vidéo




Mot de passe oublié
Ou

Copyright 2014 VOtv. Tous droits réservés.

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE