Boralex ajoute 600 MW de projets de stockage d'énergie et 111 MW de projets éoliens et solaires à son portefeuille au cours du troisième trimestre – Zonebourse.com

En excellente position pour saisir les opportunités grandissantes dans ses marchés cibles 
Faits saillants
__________________________
 
MONTRÉAL, 09 nov. 2022 (GLOBE NEWSWIRE) — Boralex inc. (« Boralex » ou la « Société ») (TSX : BLX) annonce une augmentation significative de son portefeuille de projets et une diminution de son résultat d’exploitation en raison de l’enregistrement d’une provision reflétant l’impact d’une nouvelle loi de finances rectificative en France au cours du troisième trimestre 2022.
« Nos équipes de développement ont poursuivi leur excellent travail au cours du trimestre en ajoutant au portefeuille de projets 600 MW de projets de stockage d’énergie en préparation d’un appel d’offres prévu en janvier prochain en Ontario et 111 MW de projets éoliens et solaires en France. Un total de 139 MW de projets, dont l’important projet éolien Limekiln en Écosse, ont progressé au cours du trimestre et sont maintenant à l’étape Prêts à construire avec des mises en service prévues pour 2024. Dans un contexte où la transition énergétique doit plus que jamais s’accélérer afin de combler le manque de capacité de production à court et moyen termes dans plusieurs marchés, l’ajout et la progression de ces projets démontrent que nous avons investi au bon moment dans l’expansion de nos équipes de développement », a fait valoir le président et chef de la direction de Boralex, Patrick Decostre.
« Je suis très optimiste quant à notre potentiel de croissance. Les opportunités de développement dans l’industrie des énergies renouvelables sont plus fortes que jamais. Les plus récentes projections de demande d’électricité à court, moyen et long terme démontrent un important déséquilibre entre l’offre et la demande dans nos marchés cibles. Nous avons d’ailleurs récemment annoncé la mise à jour de notre structure organisationnelle afin d’accroître notre agilité et nous rapprocher davantage des besoins spécifiques dans nos marchés pour saisir ces opportunités et continuer à nous démarquer dans notre industrie », a ajouté M. Decostre.
Faits saillants du 3e trimestre
Pour les périodes de trois mois closes le 30 septembre

Au 3e trimestre 2022, Boralex a produit 1 019 GWh (1 159 GWh) d’électricité, ce qui représente une diminution de 8 % (6 %) comparativement aux 1 108 GWh (1 238 GWh) produits au trimestre correspondant de 2021. Pour la période de trois mois close le 30 septembre 2022, les produits générés par la vente d’énergie et compléments de rémunération s’élèvent à 101 M$ (116 M$), en baisse de 20 % (17 %) par rapport au troisième trimestre 2021, alors que le BAIIA(A) a atteint 50 M$ (63 M$), en baisse de 38 % (33 %) par rapport au troisième trimestre 2021, et que le résultat d’exploitation s’est élevé à (31) M$ ((25) M$), comparativement à 7 M$ (13 M$) au trimestre correspondant de 2021.
La diminution de la production est principalement attribuable à des conditions de vent défavorables en France et des conditions défavorables pour les centrales hydroélectriques aux États-Unis. Au-delà de la diminution de la production, la baisse des produits, du résultat d’exploitation et du BAIIA(A) est attribuable à l’enregistrement d’une provision de 28 M$ contre des revenus additionnels générés en France au cours des six premiers mois de l’exercice excédant le tarif fixé par le contrat une fois les montants reçus par Électricité de France (EDF) complètement remboursés. Cette provision est liée à la promulgation par le gouvernement français, le 16 août 2022, de la Loi de finances rectificative pour 2022. Un article de cette loi prévoit des modifications aux contrats de compléments de rémunération rétroactives au 1er janvier 2022 et résultant en un partage des revenus entre l’État français et les producteurs d’énergie renouvelable en fonction d’un prix seuil qui sera déterminé annuellement par un arrêté ministériel. Par conséquent, Boralex devra verser à l’État français une portion ou la totalité de la différence entre les prix de marché perçus et les tarifs de référence des contrats depuis le 1er janvier 2022. Le seuil de déplafonnement, soit le seuil au-delà duquel les producteurs d’électricité doivent remettre l’excédent à l’État, n’étant pas connu pour 2022, la direction de Boralex a dû établir un estimé du prix seuil et des modalités d’application de la nouvelle loi. Au cours du troisième trimestre, la Société a comptabilisé une provision pour refléter l’effet rétroactif de cette loi.

Pour la période de trois mois close le 30 septembre 2022, Boralex a enregistré une perte nette de 56 M$ (56 M$), contre une perte nette de 22 M$ (22 M$) pour la période correspondante de 2021. La perte nette attribuable aux actionnaires de Boralex est de 44 M$ (44 M$) ou 0,44 $ (0,44 $) par action (de base et dilué), comparativement à une perte nette de 20 M$ (20 M$) ou 0,20 $ (0,20 $) par action (de base et dilué) pour la période correspondante de 2021. La baisse du résultat net est principalement attribuable à la diminution du résultat d’exploitation.
Pour les périodes de neuf mois closes le 30 septembre

Pour la période de neuf mois close le 30 septembre 2022, Boralex a produit 3 998 GWh (4 486 GWh) d’électricité, ce qui représente une baisse de 2 % (1 %) comparativement aux 4 061 GWh (4 554 GWh) produits lors de la période correspondante en 2021. Pour la période de neuf mois close le 30 septembre 2022, les produits générés par la vente d’énergie et compléments de rémunération s’élèvent à 496 M$ (549 M$), en hausse de 17 M$ (17 M$) ou 4 % (3 %) comparativement aux résultats de la période correspondante de 2021, alors que le BAIIA(A) s’est établi à 344 M$ (379 M$), en hausse de 6 M$ (7 M$) ou 2 % (2 %) par rapport à la période correspondante de l’an dernier. Le résultat d’exploitation a atteint 105 M$ (133 M$), en baisse de 2 M$ (4 M$) sur la période correspondante de 2021. La hausse des produits et du BAIIA(A)1 est principalement attribuable aux mises en service de nouveaux parcs éoliens et solaires ainsi que la hausse de revenus provenant de parcs qui vendent au prix du marché.
____________________
 
Au global, pour la période de neuf mois close le 30 septembre 2022, Boralex a enregistré un résultat net de 15 M$ (15 M$), contre un résultat net de 6 M$ (10 M$) pour la période correspondante en 2021. Le résultat net attribuable aux actionnaires de Boralex a été de 16 M$ (16 M$), ou 0,16 $ (0,16 $) par action (de base et dilué), comparativement à une valeur nulle (4 M$) ou une perte nette de 0,01 $ (résultat net de 0,03 $) par action (de base et dilué) pour la période correspondante de 2021.
Perspectives
Le 17 juin 2021, la direction de Boralex a dévoilé une mise à jour du plan stratégique qui guidera ses actions en vue d’atteindre les nouvelles cibles d’entreprise fixées pour 2025. Le Plan stratégique 2025 de Boralex s’articule autour des quatre orientations stratégiques porteuses du plan lancé en 2019 – la croissance, la diversification, la clientèle et l’optimisation – et de six cibles d’entreprise. Les détails de ce plan, qui intègre également la stratégie de responsabilité sociétale de Boralex, se retrouvent dans le rapport annuel de la Société.
Les faits saillants des principales réalisations du trimestre se terminant le 30 septembre 2022 en lien avec le Plan stratégique 2025 se retrouvent dans le Rapport Intermédiaire 3 2022, disponible dans la section Investisseurs du site web de Boralex.
Au cours des prochains trimestres, Boralex poursuivra l’exécution des différentes initiatives liées à ce plan, notamment le développement de projets et l’analyse de cibles d’acquisitions ainsi que l’optimisation de la gestion des contrats de vente d’électricité.
Le 28 octobre dernier, Boralex a annoncé une mise à jour de son modèle de gestion. Ce modèle décentralisé offrira davantage de proactivité et de proximité envers les opportunités des différents marchés régionaux de la Société. Il permettra également une prise de décisions éclairée encore plus rapide, et ainsi que l’accentuation des forces concurrentielles de la Société, afin qu’elle continue à se démarquer et à croitre différemment dans son secteur d’activité.
Enfin, pour poursuivre sa croissance organique, la Société dispose d’un portefeuille de projets à divers stades de développement, selon des critères clairement identifiés, pour un total de 3 928 MW en éolien et en solaire et 792 MW en stockage, ainsi qu’un Chemin de croissance de 696 MW en éolien et solaire et de 3 MW en stockage.
Déclaration de dividendes
Le conseil d’administration de la Société a autorisé et déclaré un dividende trimestriel de 0,1650 $ par action ordinaire. Ce dividende sera versé le 15 décembre 2022 aux actionnaires inscrits à la fermeture des bureaux le 30 novembre 2022. Boralex désigne ce dividende comme étant un « dividende déterminé » en vertu du paragraphe 89 (14) de la Loi de l’impôt sur le revenu (Canada) et de toutes les dispositions législatives provinciales applicables aux dividendes déterminés.
À propos de Boralex
Chez Boralex, nous fournissons de l’énergie renouvelable et abordable pour tous, depuis plus de 30 ans. Un des leaders sur le marché canadien et premier producteur indépendant de l’éolien terrestre de France, nous sommes également présents aux États-Unis et au Royaume-Uni. Au cours des cinq dernières années, notre puissance installée a plus que doublé et s’établit aujourd’hui à 2,5 GW. Nous développons un portefeuille de projets de près de 4 GW dans l’éolien et le solaire et de près de 800 MW dans le stockage, guidés par nos valeurs et notre démarche de responsabilité sociétale d’entreprise (RSE). Boralex, par une croissance profitable et durable, participe activement à la lutte contre le réchauffement climatique. Grâce à notre audace, notre discipline, notre expertise et notre diversité, nous demeurons une référence de notre industrie. Les actions de Boralex se négocient à la Bourse de Toronto sous le symbole BLX.
Pour de plus amples renseignements, visitez www.boralex.com ou www.sedar.com. Suivez-nous sur Facebook, LinkedIn et Twitter.
Mesures financières non conformes aux IFRS et autres mesures financières
Mesures de performance
Afin d’évaluer la performance de ses actifs et de ses secteurs d’activité, Boralex utilise des mesures de performance. La direction est d’avis que ces mesures représentent des indicateurs financiers largement utilisés par les investisseurs pour évaluer la performance d’exploitation et la capacité d’une entreprise à générer des liquidités à même ses activités d’exploitation. Les mesures financières non conformes aux IFRS et autres mesures financières permettent également aux investisseurs de mieux comprendre le fondement des décisions prises par la Société, puisque celle-ci s’appuie sur ces mesures pour prendre des décisions financières, stratégiques et opérationnelles. Ces mesures financières non conformes aux IFRS ne doivent pas être considérées comme des mesures remplaçant une mesure conforme aux IFRS.
Ces mesures financières non conformes aux IFRS et autres mesures financières sont établies principalement à partir des états financiers consolidés audités, mais n’ont pas un sens normalisé prescrit par les IFRS ; par conséquent, elles pourraient ne pas être comparables aux résultats d’autres sociétés qui utilisent des mesures de performance portant des noms similaires. Les mesures financières non conformes aux IFRS et autres mesures financières ne sont pas auditées. Elles comportent des limitations importantes à titre d’outils d’analyse, et les investisseurs ne doivent pas les examiner isolément ni se fier outre mesure aux ratios ou aux pourcentages calculés à l’aide de celles-ci.
 
 
 
 
Combiné
Le tableau qui suit rapproche les données financières du Consolidé avec celles présentées au Combiné :
 
 
 
 
BAIIA(A)
Le BAIIA(A) est un total des mesures sectorielles et représente le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement, ajusté pour exclure d’autres éléments, tels que les frais d’acquisition, les autres pertes (gains), la perte nette (gain net) sur instruments financiers et la perte (gain) de change, ces deux derniers étant regroupés sous Autres.
La direction utilise le BAIIA(A) afin de mesurer la performance des secteurs d’activité de la Société.
Un rapprochement du BAIIA(A) avec la mesure financière la plus comparable aux IFRS, soit le résultat d’exploitation, est présenté dans le tableau suivant :
 
 
Marge brute d’autofinancement et flux de trésorerie discrétionnaires
La Société définit la marge brute d’autofinancement et les flux de trésorerie discrétionnaires :
 
 
Liquidités disponibles et financements autorisés
La Société définit les liquidités disponibles et financements autorisés comme suit :
 
Mise en garde à l’égard des déclarations prospectives
Certaines déclarations contenues dans ce communiqué, incluant celles ayant trait aux résultats et au rendement pour des périodes futures, aux cibles de puissance installée, BAIIA(A) et flux de trésorerie discrétionnaires, au plan stratégique, au modèle d’affaires et à la stratégie de croissance de la Société, à la croissance organique et à la croissance par fusions et acquisitions, à l’obtention d’une cote de crédit « Investment Grade », le paiement du dividende trimestriel, aux objectifs financiers, le partenariat avec Énergir et Hydro-Québec pour l’élaboration de trois projets de 400 MW chacun dont le développement dépendra de l’évolution des besoins d’Hydro-Québec, aux projets de production d’énergie renouvelable en portefeuille ou sur le Chemin de croissance de la Société et aux objectifs reliés à la stratégie de responsabilité sociétale d’entreprise (RSE) constituent des déclarations prospectives fondées sur des prévisions actuelles, au sens des lois sur les valeurs mobilières. Ces déclarations se caractérisent par l’emploi de verbes à la forme affirmative ou négative, tels que
« prévoir », « anticiper », « évaluer », « estimer », « croire », ou par l’utilisation de mots tels que « vers », « environ », « être d’avis », « s’attendre à », « a l’intention de », « prévoit », « éventuel », « projette de », « continue de » ou de mots similaires, de leur forme négative ou d’autres termes comparables, ou encore par l’utilisation du futur ou du conditionnel.
Les déclarations prospectives reposent sur des hypothèses importantes, y compris les suivantes : les hypothèses posées quant au rendement que la Société tirera de ses projets, selon les estimations et les attentes de la Direction en ce qui a trait aux facteurs liés aux vents et à d’autres facteurs, les opportunités qui pourraient être disponibles dans les divers secteurs visés pour la croissance ou la diversification, les hypothèses posées quant aux marges du BAIIA(A), les hypothèses posées quant à la situation dans le secteur et à la conjoncture économique en général, la concurrence, les taux de change et la disponibilité du financement et de partenaires. Bien que la Société estime que ces facteurs et hypothèses sont raisonnables, selon les renseignements dont elle dispose actuellement, ceux-ci pourraient se révéler inexacts.
Boralex tient à préciser que, par leur nature même, les déclarations prospectives comportent des risques et des incertitudes et que ses résultats, ou les mesures qu’elle adopte, pourraient différer significativement de ceux qui sont indiqués ou sous-jacents à ces déclarations, ou pourraient avoir une incidence sur le degré de réalisation d’une déclaration prospective donnée. Les principaux facteurs pouvant entraîner une différence significative entre les résultats réels de la Société et les informations financières prospectives ou attentes formulées dans les déclarations prospectives incluent notamment, l’effet général des conditions économiques, les fluctuations de diverses devises, les fluctuations des prix de vente d’énergie, la capacité de financement de la Société, la concurrence, les changements dans les conditions générales du marché, la réglementation régissant son industrie et les amendements à celle-ci, notamment la législation, la réglementation et les mesures d’urgence pouvant être mises en place de temps à autre pour faire face aux prix élevés de l’énergie en Europe, les litiges et autres questions réglementaires liées aux projets en exploitation ou en développement, ainsi que certains autres facteurs énumérés dans les documents déposés par la Société auprès des différentes commissions des valeurs mobilières.
À moins d’indication contraire de la Société, les déclarations prospectives ne tiennent pas compte de l’effet que pourraient avoir sur ses activités, des transactions, des éléments non récurrents ou d’autres éléments exceptionnels annoncés ou survenant après que ces déclarations ont été faites. Rien ne garantit que les résultats, le rendement ou les réalisations, tels qu’ils sont formulés ou sous-entendus dans les déclarations prospectives, se concrétiseront. Le lecteur est donc prié de ne pas se fier indûment à ces déclarations prospectives.
À moins de n’y être tenue en vertu des lois sur les valeurs mobilières applicables, la direction de Boralex n’assume aucune obligation quant à la mise à jour ou à la révision des déclarations prospectives en raison de nouvelles informations, d’événements futurs ou d’autres changements.
Les données exprimées en pourcentage sont calculées à partir de montants en milliers de dollars.
Renseignements :
Source : Boralex inc. 

Primary Logo

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire