BALLAST • Les ouvriers sacrifiés de l'industrie du verre – Revue Ballast

Givors se situe dans la « val­lée de la chi­mie », qui s’é­tend sur une dizaine de kilo­mètres au sud de Lyon. Depuis que la ver­re­rie — créée par un arrê­té royal en 1749 — a fer­mé ses portes en 2003, seize mala­dies pro­fes­sion­nelles ont été recon­nues grâce au com­bat de l’as­so­cia­tion des anciens ver­riers de Givors. « Les ver­re­ries, c’est Germinal des temps modernes », nous dit-on. Au prin­temps 2022, la socié­té O‑I Manufacturing a ain­si été condam­née pour la sep­tième fois par le tri­bu­nal judi­ciaire de Lyon suite au décès d’un ancien tra­vailleur expo­sé au ben­zène, l’un des nom­breux com­po­sés can­cé­ri­gènes aux­quels ont été sou­mis les sala­riés durant des années. Plusieurs pro­cé­dures judi­ciaires sont en cours, que ce soit pour la recon­nais­sance de mala­dies pro­fes­sion­nelles ou pour « faute inex­cu­sable » de l’employeur. Le com­bat des anciens ver­riers est donc loin d’être ter­mi­né : nous publions le repor­tage que nous lui avions consa­cré dans les pages de notre revue papier. ☰ Par Léonard Perrin C’est en fran­chis­sant une rivière que le train approche de la gare. Le bleu du ciel tente de se faire une place par­mi les nuages en mou­ve­ment. L’air est humide et la petite ville de Givors, com­mune de 20 000 habi­tants au sud-ouest de Lyon, sort tran­quille­ment du som­meil. Une che­mi­née d’usine se détache des lueurs mati­nales, sur­plom­bant les alen­tours. Cette pré­do­mi­nance n’est qu’apparente : aucune fumée ne s’en échappe ; la che­mi­née ne se réveille­ra pas. Bâtie de briques roses, c’est là le seul ves­tige d’une ancienne ver­re­rie qui a fonc­tion­né deux siècles et demi durant. Située au bord du Gier — un affluent du Rhône —, elle occu­pait huit hec­tares et pro­dui­sait du verre d’emballage. Après être pas­sée entre plu­sieurs mains durant la seconde moi­tié du XXe siècle, c’est BSN, filiale de Danone, et son diri­geant Franck Riboud, qui en fini­ront avec l’usine. Un com­plexe mon­tage finan­cier orga­ni­sé secrè­te­ment, une opé­ra­tion spé­cu­la­tive : le capi­ta­lisme inter­na­tio­na­li­sé frappe de plein fouet Givors à la fin des années 1990. En dépit d’une forte mobi­li­sa­tion poli­tique et syn­di­cale, le der­nier four s’éteint en jan­vier 2003.
Laurent Gonon porte un béret anthra­cite, une écharpe rouge, des petites lunettes et une mous­tache blanche. Il nous salue en sou­riant. Au rez-de-chaus­sée d’un immeuble, une plaque, fixée à la porte, indique « Association des anciens ver­riers de Givors ». Retraité, cet ancien impri­meur s’est à l’époque for­te­ment mobi­li­sé dans la lutte contre la fer­me­ture de l’usine — jusqu’à inté­grer l’intersyndicale. Quelques années plus tard, de nom­breux ver­riers semblent tou­chés par diverses mala­dies. L’un d’entre eux, Christian Cervantes, pré­sente même deux tumeurs. Sa femme, Mercedes, réagit alors. Elle contacte Laurent en 2009 et envoie, avec son sou­tien, un ques­tion­naire à 645 anciens ver­riers de l’usine : sur les 208 réponses exploi­tables, on compte 92 can­cers. Soit un taux 10 fois supé­rieur à celui habi­tuel­le­ment trou­vé dans le monde du travail1. Cette « épi­dé­mio­lo­gie popu­laire2 » sera, mal­gré ses limites, sui­vie de recherches pour mieux retra­cer les condi­tions de tra­vail des anciens ver­riers. Il appa­raît que tous ont été expo­sés à nombre de pro­duits dan­ge­reux durant leur car­rière, cela au mépris de leur san­té. Voilà désor­mais douze ans que l’association se bat afin que leurs patho­lo­gies soient recon­nues comme mala­dies professionnelles.
« Faute de pro­tec­tions, il s’enroulait la tête de papier essuie-mains lorsqu’il inter­ve­nait sur une machine pro­je­tant du titane. »
Nous entrons dans le local. Plusieurs per­sonnes bavardent cha­leu­reu­se­ment autour d’un café. Au fond, une seconde pièce : un bureau, avec ordi­na­teur et dos­siers. Comme tous les ven­dre­dis matin, l’association tient sa per­ma­nence. C’est la période de renou­vel­le­ment des coti­sa­tions : les ex-ver­riers et leurs proches défilent, se saluent. Le local, obte­nu auprès de BSN pour un euro sym­bo­lique lors des der­niers jours de négo­cia­tion du plan social, seize ans plus tôt, a per­mis de conser­ver la mutuelle d’entreprise ; il fait éga­le­ment office de lieu de retrou­vailles. De quoi main­te­nir le lien, la soli­da­ri­té. La dis­cus­sion est à peine enga­gée avec Bruno Cordero, ancien tech­ni­cien machine, qu’il nous lance : « T’as jamais visi­té une ver­re­rie ? C’est quelque chose… » Et de témoi­gner du bruit, « inte­nable » sans bou­chons d’oreilles, comme de la cha­leur étouf­fante qui y règne.
L’homme chausse ses lunettes. Puis nous explique les étapes de confec­tion du verre en poin­tant une feuille sur laquelle figurent le pro­ces­sus et toutes les sub­stances uti­li­sées. Établir ce sché­ma de fabri­ca­tion a néces­si­té six mois de tra­vail lors des per­ma­nences, pré­cise Laurent — deve­nu au fil du temps coor­di­na­teur mala­dies pro­fes­sion­nelles de l’association. Amiante, soude, sodium, tétra­chlo­rure de titane, silice, chrome, hydro­car­bures aro­ma­tiques poly­cy­cliques, brouillards d’huile, écla­bous­sures de graisses chaudes… Une liste ver­ti­gi­neuse, et pour­tant loin d’être com­plète, des pro­duits aux­quels ont été expo­sés les ver­riers. « Vous vous ren­dez compte le cock­tail qu’il y avait, dans le tube diges­tif ? », inter­roge Maurice Privas, mine ferme, che­veux gris. Il a pas­sé vingt-huit ans au ser­vice entre­tien. Son poste l’amenait à inter­ve­nir dans toute l’entreprise, mul­ti­pliant ain­si les expo­si­tions. Aujourd’hui à la retraite, il s’est trou­vé un temps en inva­li­di­té à la suite d’un can­cer. La cause ? L’amiante à laquelle il a été expo­sé : « On ne savait pas ce qu’on tou­chait. On n’était pas infor­més. » Il béné­fi­cie d’un sui­vi médi­cal depuis 2003, mais son can­cer n’est pour­tant pas recon­nu comme mala­die pro­fes­sion­nelle. Il souffre éga­le­ment d’une sur­di­té sévère dans les aigus : mal­gré les bou­chons d’oreilles qu’il por­tait, le niveau sonore de 100 déci­bels de bruit l’a dura­ble­ment affec­té. À nos côtés, Gilles Gabert mime de grands gestes avec les bras : faute de pro­tec­tions, il s’enroulait la tête de papier essuie-mains lorsqu’il inter­ve­nait sur une machine pro­je­tant du titane. Maurice com­plète : au contact de ces pro­jec­tions, « un col­lègue sai­gnait à chaque fois du nez ». Une ver­re­rie vit au rythme de ses fours, les­quels tournent nuit et jour, en conti­nu. Prenant la parole avec hési­ta­tion, Hervé Di Pilla, le plus jeune autour de la table, est entré en 1989 à l’usine de Givors. Lors de la fer­me­ture, il a été reclas­sé sur un autre site et cumule à ce jour trente ans de tra­vail ouvrier en horaires déca­lés : « Ça pèse, au bout d’un moment. » Et les heures pas­sées sur la route en allers-retours quo­ti­diens s’ajoutent à la fatigue et au stress.
[Laurent Gonon et Mercedes Cervantes, novembre 2019 | Stéphane Burlot]
L’industrie ver­rière se pré­vaut d’une bonne image : le verre est per­çu comme un maté­riau noble, propre, qui se recycle autant que pos­sible. Sur Internet, pho­tos et vidéos de ver­re­ries montrent des usines modernes, méca­ni­sées, sans ouvriers. La réa­li­té est tout autre. Ancien ajus­teur, le pré­sident de l’association Jean-Claude Moioli ne mâche pas ses mots : « Les ver­re­ries, c’est Germinal des temps modernes, ils ont beau dire ce qu’ils veulent les patrons… » Durant plu­sieurs années, Gilles a été le secré­taire du Comité d’hygiène, de sécu­ri­té et des condi­tions de tra­vail (CHSCT) à la ver­re­rie de Veauche3, où il avait été reclas­sé. Des études de fumées réa­li­sées sur ce site ser­vi­ront à l’association pour prou­ver les expo­si­tions subies à Givors. Des mesures de taux de graisse dans l’air ont révé­lé des niveaux supé­rieurs aux seuils fixés par l’Institut natio­nal de recherche et de sécu­ri­té (INRS). À Givors, l’amiante était par­tout, mais seuls cer­tains sala­riés ont pu, par la suite, obte­nir une attes­ta­tion d’exposition déli­vrée au bon vou­loir de l’entreprise, laquelle consi­dé­rait que seuls quelques postes pou­vaient être à risque. Ces attes­ta­tions s’arrêtent toutes au 31 décembre 1996, comme si l’interdiction de com­mer­cia­li­sa­tion de l’amiante, en 1997, l’avait subi­te­ment fait dis­pa­raître de l’usine… De sa voix grave et forte, Gilles nous raconte sa stu­pé­fac­tion lorsqu’il est tom­bé, en 2015, sur un cor­don d’amiante qui traî­nait dans un pla­card à Veauche. Cette même année, une étude4 atteste que le site en était encore rem­pli, bureaux compris.
Trop bavard au goût de cer­tains, Gilles se fait cham­brer. Des rires éclatent dans la pièce. L’atmosphère est fra­ter­nelle, à l’image de la ver­re­rie de Givors. Alain Besson a le visage fin, le regard bien­veillant ; un silence atten­tif s’installe quand il s’adresse à nous. Cadre ayant débu­té comme élec­tro­mé­ca­ni­cien, il se remé­more la soli­da­ri­té qui pri­mait à l’usine. Les rudes condi­tions de tra­vail sou­daient les tra­vailleurs et impo­saient un cer­tain res­pect entre orga­ni­sa­tions syn­di­cales. La CGT, majo­ri­taire aux deux tiers, côtoyait la CFDT à laquelle appar­te­nait Alain. À l’annonce de la fer­me­ture de l’usine, les deux syn­di­cats ont com­pris qu’il leur fal­lait faire front com­mun ; l’intersyndicale par­le­ra d’une seule voix tout au long du mou­ve­ment social. Alain y a pris part, acti­ve­ment mais non sans ren­con­trer d’embûches : « C’est pas facile de ren­trer dans le com­bat quand on est cadre, les pres­sions sont quand même assez impor­tantes. » Mais il refuse de plier face aux menaces de la direc­tion. « Un cadre, ça ferme sa gueule, on me l’a dit cin­quante fois. » Celui qui n’a rien per­du de ses convic­tions syn­di­cales pour­suit, non sans émo­tion : « Les Givordins étaient tou­jours là quand il le fal­lait. Et je dis bien, jour et nuit. » Sans cette union et cette cohé­sion, les sala­riés n’auraient sans doute obte­nu ni reclas­se­ments ni pré­re­traites — per­sonne ne sera lais­sé sur le car­reau à la fermeture.
« Les rudes condi­tions de tra­vail sou­daient les tra­vailleurs et impo­saient un cer­tain res­pect entre orga­ni­sa­tions syndicales. »
Pour Simone Devaux, la ver­re­rie « était vrai­ment une famille ». Allure affir­mée, yeux clairs, son visage s’assombrit et son sou­rire s’efface en évo­quant la fer­me­ture, com­bien dou­lou­reuse pour elle. Dans cet uni­vers hau­te­ment mas­cu­lin, elle se rap­pelle que le mépris venait pour l’essentiel des employées des bureaux : « Quand on fai­sait grève et qu’elles nous voyaient pas­ser, elles se mar­raient. Elles se moquaient de nous. » Simone a tra­vaillé qua­rante-trois ans, à des postes variés : une car­rière tout entière sou­mise à la poly-expo­si­tion aux pro­duits. Le can­cer du sein qu’elle a contrac­té pour­rait bien y être lié. L’actuelle retrai­tée conserve tou­te­fois un bon sou­ve­nir de l’usine, des grèves aux­quelles elle a pris part et pour les­quelles elle ne man­quait pas de moti­ver ses collègues.
Se des­sine, entre ces pro­pos, la rela­tion ambi­va­lente que les (anciens) ver­riers ont vis-à-vis de l’usine. Celle-ci leur a long­temps garan­ti des moyens de sub­sis­tance maté­riels et repré­sen­tait indé­nia­ble­ment un lieu de cama­ra­de­rie. Mais elle a aus­si usé les corps et détruit la san­té de ceux qui y tra­vaillaient. Pour Pascal Marichalar, socio­logue et auteur du livre-enquête Qui a tué les ver­riers de Givors ?, bien com­prendre cette his­toire néces­site d’aller au-delà d’une simple nos­tal­gie de l’usine, ou, à l’inverse, d’une foca­li­sa­tion exclu­sive sur l’exploitation et les mau­vaises condi­tions de tra­vail. Mais au contact de ces per­sonnes qui voient leurs anciens col­lègues et leurs amis mou­rir à cause de mala­dies, une ques­tion sou­le­vée par l’ouvrage demeure : com­ment la socié­té peut-elle « s’accommoder de ce qui est nor­ma­le­ment consi­dé­ré comme un crime ? ».
[Christine Denuzière et Mercedes Cervantes, novembre 2019 | Stéphane Burlot]
La per­ma­nence se ter­mine, nous sor­tons du local et par­cou­rons Givors aux côtés de Laurent. Il désigne la mai­son du Rhône, pos­tée aux abords du fleuve. C’est dans ce bâti­ment que s’est dérou­lé mi-novembre 2019 un col­loque orga­ni­sé par l’association des anciens ver­riers. Le thème : « Du tra­vail au lieu de vie. Quelles mobi­li­sa­tions contre les risques pro­fes­sion­nels et les atteintes à l’environnement ? » Malgré les dif­fi­cul­tés connues pour faire dia­lo­guer monde uni­ver­si­taire et milieu ouvrier, ce pari a été réus­si. Pascal Marichalar nous fera part de son enthou­siasme : le col­loque était « à éga­li­té entre uni­ver­si­taires et ouvriers : c’est rare de vivre des choses comme ça ! ». Tous, selon lui, ont fait preuve d’une fine exper­tise au sein d’ateliers thé­ma­tiques. Et de l’expertise, l’association en a besoin. Il faut en effet se battre sur tous les fronts : médi­cal, admi­nis­tra­tif, juri­dique. Après la fer­me­ture du site de Givors, BSN a cédé l’activité ver­rière à O‑I Manufacturing, un groupe amé­ri­cain qui récu­père alors l’actif comme le pas­sif de l’entreprise. C’est donc aujourd’hui le res­pon­sable légal de la situa­tion des anciens ver­riers, qu’elle affronte régu­liè­re­ment dans les actions en jus­tice tou­jours en cours. Prud’hommes, cour d’appel, cour de cas­sa­tion : l’association est habi­tuée à fré­quen­ter les tri­bu­naux où O‑I Manufacturing, par le biais de son avo­cate, ne manque pas de pro­vo­quer les anciens ver­riers et nie en bloc qu’il y ait eu la moindre expo­si­tion à des sub­stances toxiques. Pourtant, selon le jour­nal Les Échos5, le groupe a fait pas­ser en 2004 les pro­vi­sions pour risque amiante de 460 à 990 mil­lions de dol­lars — preuve que les diri­geants étaient conscients du danger.
Le ter­rain médi­cal relève lui aus­si du par­cours du com­bat­tant. Mercedes en sait quelque chose. Visage rond et sou­rire ami­cal, sa légère appré­hen­sion ini­tiale est rapi­de­ment dis­si­pée. Son pro­pos est clair, sans détour. En 2005, on découvre que son mari a contrac­té un can­cer de la gorge ; une seconde tumeur appa­raît plus tard. Le couple Cervantes se lance alors dans les démarches pour que chaque can­cer soit recon­nu comme mala­die pro­fes­sion­nelle, avec l’indispensable appui de l’association. « Tout seul, on est per­dus », parce qu’en face, « c’est une machine de guerre ». Il faut en pre­mier lieu qu’un méde­cin géné­ra­liste fasse un cer­ti­fi­cat médi­cal sug­gé­rant la pos­si­bi­li­té d’un lien entre le tra­vail et la patho­lo­gie consta­tée. Mais les cloi­sons sym­bo­liques entre classes sociales en empêchent sou­vent la réa­li­sa­tion. De nom­breux méde­cins refusent ain­si d’établir ce cer­ti­fi­cat, par mécon­nais­sance de la condi­tion ouvrière, par manque de for­ma­tion sur les mala­dies pro­fes­sion­nelles, par simple dés­in­té­rêt, peut-être. Laurent va plus loin : « Quand vous allez voir un méde­cin, jamais il ne vous demande ce que vous faites comme tra­vail, si vous n’êtes pas expo­sé à un pro­duit. » Trouver un méde­cin qui prenne en compte le dis­cours du malade est donc pri­mor­dial. Il faut ensuite mon­ter un dos­sier consé­quent auprès de la Caisse pri­maire d’assurance mala­die (CPAM)6. Formulaires dif­fi­ciles à rem­plir, délais très courts, CPAM fai­sant traî­ner l’affaire : tout semble être orga­ni­sé pour décou­ra­ger celles et ceux qui demandent jus­tice. Des docu­ments ori­gi­naux trans­mis ont même été « mys­té­rieu­se­ment » perdus.
« Tout seul, on est per­dus, parce qu’en face, c’est une machine de guerre. »
Le constat de Mercedes est sans appel : « Certains finissent par se las­ser. Il y en a d’autres entre­temps qui meurent, donc ils sont contents : un dos­sier de moins. » Dans ces démarches indi­vi­duelles, l’association apporte un sou­tien tech­nique et un poids sym­bo­lique face aux ins­ti­tu­tions. « Ils tiennent compte qu’il n’y a plus un indi­vi­du, il y a un col­lec­tif », rebon­dit Laurent. En février 2012, Christian Cervantes décède ; de son vivant, il n’aura eu aucune recon­nais­sance de l’origine pro­fes­sion­nelle de ses can­cers. S’il a bien été expo­sé à l’amiante et aux hydro­car­bures, nulle poly-expo­si­tion ne figure dans les tableaux offi­ciels de l’INRS, ce qui ajoute des dif­fi­cul­tés sup­plé­men­taires. Ce n’est que plu­sieurs années après, grâce à une lutte achar­née, des actions en jus­tice et une aide de scien­ti­fiques appuyant les dos­siers, que Mercedes obtien­dra gain de cause. Une vic­toire qui ne doit pas occul­ter la vio­lence de pareille situa­tion. « Nos vies, ils nous les ont bou­sillées », lâche-t-elle. Qui sont donc à ses yeux les res­pon­sables ? De toute évi­dence, la direc­tion de l’entreprise, « qui n’a pas pris les pré­cau­tions néces­saires ». Et puis la CPAM, « com­plice de ces gens-là ». « J’aimerais que les fau­tifs voient toute la souf­france endu­rée », nous dit-elle les yeux embués, en rap­pe­lant que les ver­riers « ont été sacri­fiés sur l’autel des béné­fices ». Elle se lève, sort son télé­phone por­table de sa poche et nous montre une séquence vidéo. Dans un court repor­tage dif­fu­sé en 2009 par Télé Lyon Métropole, on voit son mari entou­ré d’appareils médi­caux : « Mon petit-fils m’a tou­jours vu malade », lance Christian Cervantes à la camé­ra. Malgré ses lourds trai­te­ments et sa situa­tion, « il conti­nuait à se battre pour les autres », se sou­vient la veuve.
Car des autres malades à cause de l’usine, il y en a en nombre. On ne peut qu’être sai­si d’effroi face à la recen­sion des can­cers : pou­mons, pros­tate, ORL, intes­tins, cer­veau, ves­sie, rein, os, peau, glandes, etc. À se deman­der quelle par­tie du corps n’a pas été tou­chée. Marcel Dumaine, une autre des vic­times de Givors, a tra­vaillé durant trente-cinq ans, essen­tiel­le­ment à la par­tie fusion de la ver­re­rie. Il subis­sait de nom­breuses pres­sions, car la moindre panne du four stop­pait toute la pro­duc­tion. Cheveux châ­tains, voix assu­rée, sa fille Christine Denuzière se rap­pelle à quel point l’usine ryth­mait la vie de la famille. Les horaires d’équipe en 3 x 8, le tra­vail cer­tains week-ends : les ver­riers étaient mobi­li­sés à toute heure du jour et de la nuit, quelle que soit la période de l’année. Elle dit revoir encore les brû­lures rouges qui mar­quaient le front de son père quand il ren­trait. Et le plus grave, peut-être : « Pour se pro­té­ger de la cha­leur, il avait des com­bi­nai­sons en amiante… » C’était le cas pour tous ceux qui tra­vaillaient à la fusion, et les femmes lavaient à la mai­son les bleus amian­tés de leur mari. Le dan­ger dépas­sait lar­ge­ment les portes de l’usine…
[Laurent Gonon et Mercedes Cervantes, novembre 2019, par Stéphane Burlot | Ballast]
En 2014, Marcel, alors retrai­té, tombe malade. Des exa­mens révèlent qu’il est atteint d’une leu­cé­mie aiguë lym­pho­blas­tique : un can­cer du sang. Rapidement affai­bli, il suit à Lyon une chi­mio­thé­ra­pie très lourde : trois mois durant l’année 2015, il res­te­ra enfer­mé dans une chambre sté­rile. Christine peut le voir deux fois par jour tout au plus, consi­gnée sur une chaise dans un coin de la pièce. Pendant cette période, il lui dit avoir l’impression d’être « en pri­son ». Marcel décé­de­ra bru­ta­le­ment en sep­tembre 2016. « Ça a été violent », souffle sa fille. Elle se rap­proche alors de l’association et consti­tue rapi­de­ment un dos­sier. Les hydro­car­bures aro­ma­tiques poly­cy­cliques — dont le ben­zène, can­cé­ri­gène lorsqu’il est chauf­fé —, sont alors iden­ti­fiés comme étant res­pon­sables de la patho­lo­gie, figu­rant bien cette fois dans le tableau de l’INRS. Cette cor­res­pon­dance exacte avec une liste offi­cielle ren­dra les choses moins com­pli­quées : quelques mois plus tard, la mala­die de Marcel est recon­nue comme étant d’origine pro­fes­sion­nelle. Sa fille aura sans doute béné­fi­cié des années d’expérience de l’association, qui a pu la gui­der dans les pro­cé­dures et la sou­te­nir dans cette épreuve. Mercedes et Christine le prouvent : si la grande majo­ri­té des ver­riers étaient des hommes, les femmes sont aus­si au pre­mier plan de cette lutte. Leurs récits nous obligent à regar­der ces his­toires dans ce qu’elles ont de tra­gique, mais sans misé­ra­bi­lisme. Car la com­ba­ti­vi­té et la déter­mi­na­tion se res­sentent aus­si dans cha­cun des mots qu’elles nous transmettent.
Sur la porte du local, une pho­to ; on y voit l’avocat de l’association et plu­sieurs anciens ver­riers. L’un d’entre eux, che­mise à car­reaux, est décé­dé en 2018 d’un can­cer, nous dit-on. Toutes les per­sonnes pré­sentes dans la pièce peuvent en témoi­gner : son phy­sique avant qu’il soit malade était bien dif­fé­rent de celui que la pho­to donne à voir, prise peu de temps avant son décès. Mercedes a pu s’en rendre compte avec son mari : « Il fai­sait 85 kilos » et, à la fin de sa vie, « même pas 40 ». « Ça ronge, les mala­dies, ça ronge… », ajoute Christine. La ver­re­rie et ses pro­duits toxiques ont mal­trai­té les corps, affec­té les gens dans leur chair et dans la durée. Pour autant, les vic­times ou leurs proches n’engagent pas sys­té­ma­ti­que­ment de pro­cé­dure de recon­nais­sance. La tra­di­tion d’un capi­ta­lisme pater­na­liste, qui a long­temps mar­qué l’usine de Givors, n’y est pro­ba­ble­ment pas pour rien. Les rap­ports de classes étaient alors dis­si­mu­lés sous cou­vert d’une fausse proxi­mi­té entre patron et ouvriers. Certains « se sentent cou­pables d’attaquer », ana­lyse aujourd’hui Christine qui, bien que déter­mi­née, a elle aus­si réflé­chi maintes fois avant de s’engager. Faire cette démarche, c’est aus­si d’une cer­taine manière accep­ter d’être vic­time, ce qui n’est pas ano­din lorsqu’on a pas­sé des décen­nies à tra­vailler à la ver­re­rie avec fier­té, comme c’était, selon leurs propres mots, le cas d’un très grand nombre. Et bien sou­vent le moindre pro­blème se négo­ciait avec une prime sup­plé­men­taire : « Toute leur vie, on leur a ache­té leur san­té », résume Laurent.
« Le moindre pro­blème se négo­ciait avec une prime sup­plé­men­taire : Toute leur vie, on leur a ache­té leur san­té. »
La filière indus­trielle du verre d’emballage compte 14 000 sala­riés en France. Sur cet ensemble, 28 mala­dies pro­fes­sion­nelles sont recon­nues à ce jour, et la moi­tié d’entre elles concerne des ex-ver­riers de Givors [en novembre 2022, 16 mala­dies pro­fes­sion­nelles sont à pré­sent recon­nues pour les anciens ver­riers, ndlr]. Une telle pro­por­tion s’explique par la soli­di­té des dos­siers por­tés par l’association et la force du col­lec­tif. Grâce à leur lutte, O‑I Manufacturing a été condam­née six fois pour faute inex­cu­sable [sept, en 2022, ndlr], et deux pro­cé­dures sont encore en cours d’instruction. L’un des plus gros fabri­cants mon­diaux de verre d’emballage serait-il en train de vaciller ? Cette bataille a peu à peu béné­fi­cié d’un écho média­tique, et les dif­fé­rents revers subis par l’entreprise ne sont pas sans effets pour elle. Le socio­logue Pascal Marichalar pointe tou­te­fois les angles morts de cette doc­trine de « répa­ra­tion », et la façon dont elle nie les vic­times en tant que telles. Tant qu’il n’aura pas obte­nu la recon­nais­sance de l’origine pro­fes­sion­nelle de sa patho­lo­gie, le malade n’est pas per­çu comme une vic­time. Si recon­nais­sance il y a, la per­sonne (ou sa famille) per­çoit de l’argent en com­pen­sa­tion : l’opération est cen­sée répa­rer le pré­ju­dice et clore l’histoire, « donc [elle] n’est plus vrai­ment une vic­time non plus », nous dira le socio­logue. « C’est un sys­tème de ges­tion. » Difficile, dès lors, d’éprouver un véri­table sen­ti­ment de jus­tice, même en cas de vic­toire pour les malades ou leurs proches.
Le choix des mots n’est pas neutre et c’est pour­quoi Pascal Marichalar inter­roge le terme de « risque », sou­vent employé à pro­pos des expo­si­tions : il a un côté « euphé­mi­sant ». Dès que des tra­vailleurs sont expo­sés à un pro­duit dan­ge­reux, il y a une « cer­ti­tude sta­tis­tique » et la ques­tion n’est pas de savoir si, ni même com­bien il y aura de malades, mais bien qui sera tou­ché. Est-il cepen­dant pos­sible de pro­duire du verre « pro­pre­ment » ? « On n’a jamais essayé. Jamais, dans l’Histoire, la prio­ri­té n’a été de pro­duire du verre sans mettre en dan­ger la vie des tra­vailleurs », nous répon­dra le socio­logue. Car il en est per­sua­dé : « Il y a tel­le­ment de marges de manœuvre qu’on n’a pas explo­rées… » Pour lui, le pro­blème se trouve dans la concep­tion ori­gi­nelle d’un « risque » inhé­rent à l’industrie moderne, soi-disant inévi­table. « Un des axiomes de base qui fait fonc­tion­ner le sys­tème actuel est de consi­dé­rer que l’exposition à un dan­ger est légi­time. » Il ne s’agit alors que de ges­tion admi­nis­tra­tive et d’indemnisation des malades, pas de remettre en cause la légi­ti­mi­té d’une telle orga­ni­sa­tion sociale du tra­vail. Si les fours d’une ver­re­rie fonc­tionnent en conti­nu, c’est parce qu’il est extrê­me­ment com­pli­qué de les stop­per tem­po­rai­re­ment — si ce n’est impos­sible, car une mise à l’arrêt peut les cas­ser. Pour autant, y faire tra­vailler des ouvriers au même rythme et de manière inin­ter­rom­pue est un choix poli­tique, celui d’augmenter la ren­ta­bi­li­té capi­ta­liste d’un outil de pro­duc­tion. Le tra­vail pos­té (avec des chan­ge­ments d’horaires en per­ma­nence) tout comme le tra­vail de nuit favo­risent la sur­ve­nue de mala­dies et sont même clas­sés pro­ba­ble­ment can­cé­ri­gènes par le Centre inter­na­tio­nal de la recherche sur le can­cer (CIRC). Environ 15 % des sala­riés fran­çais sont sou­mis au tra­vail de nuit, en aug­men­ta­tion glo­bale depuis vingt ans. D’ailleurs, seuls 37 % de l’ensemble des sala­riés ont des horaires standards7 ; les deux tiers sont donc assu­jet­tis à des horaires aty­piques. Combien de ces situa­tions ne relèvent d’aucune néces­si­té stricte pour la socié­té ? Pascal Marichalar le for­mu­le­ra, non sans iro­nie, en par­lant de la pro­duc­tion ver­rière : « Pourquoi est-on obli­gé de pro­duire des bou­teilles de rosé à 3 heures du matin ? » Une telle ques­tion en amène immé­dia­te­ment d’autres : qui pro­duit ? dans quelles condi­tions ? pour quoi faire ? Autant d’interrogations fon­da­men­tales sur l’organisation éco­no­mique et sociale, mais lar­ge­ment absentes du débat poli­tique fran­çais. L’association est bien consciente que les condi­tions de tra­vail et les mala­dies pro­fes­sion­nelles res­tent des sujets encore trop peu visibles ; et Laurent d’ajouter : « Il faut faire écla­ter ce scan­dale. En tout cas, il faut mettre [les indus­triels] sur la défen­sive : quand on les met sur la défen­sive, on avance. »
[Mercedes Cervantes, novembre 2019, par Stéphane Burlot | Ballast]
Bien qu’elles paraissent d’une autre époque, les condi­tions de tra­vail dans les ver­re­ries ont peu évo­lué au cours des der­nières décen­nies. Les pro­duits uti­li­sés aujourd’hui sont peu ou prou iden­tiques, bien sou­vent employés dans des cir­cons­tances simi­laires… Une cer­ti­tude : les mêmes causes pro­dui­ront ailleurs les mêmes effets. Pascal Marichalar expose dans son livre la double menace qui pèse sur les sala­riés : « Tiraillée entre la défense de l’emploi et la pré­ser­va­tion de la san­té, la condi­tion sala­riale a sou­vent, aujourd’hui, la struc­ture d’un piège. » Un piège qu’il serait donc grand temps de défaire.
Nous quit­tons le local et mar­chons le long du Gier avec Christine et Laurent. À proxi­mi­té de l’ancien site indus­triel, Laurent pointe du doigt un gros tuyau d’évacuation qui se jette dans la rivière. Les jours de pluie, l’eau qui en sort est noir­cie. L’ensemble du sol est extrê­me­ment pollué8 ; la ver­re­rie laisse aus­si ses marques sur l’environnement. Les rayons du soleil percent les nuages et illu­minent l’ancienne che­mi­née vers laquelle nous nous diri­geons. Elle n’a pas été détruite, afin de conser­ver un ves­tige indus­triel dans la ville — du moins est-ce l’explication offi­cielle. L’autre rai­son est qu’elle est entiè­re­ment conta­mi­née : le déman­tè­le­ment et le trai­te­ment des déchets repré­sen­te­raient un coût consi­dé­rable. Aux abords de la che­mi­née, deux plaques com­mé­mo­ra­tives ont été mises en évi­dence. La plus récente, qui date d’octobre 2019, est une pho­to de l’ancienne ver­re­rie, per­chée sur un pied en métal qui titre « À la mémoire des ver­riers de Givors 1749–2003 ». Sa pose a ras­sem­blé plus d’une cen­taine de per­sonnes, signe de « cette soli­da­ri­té qui demeure seize ans après la fer­me­ture », comme le sou­ligne Laurent. L’autre plaque, ins­tal­lée à l’initiative de l’association en 2014, est fixée sur la che­mi­née. Le mes­sage blanc sur fond bleu est sobre, sans équi­voque : « Hommage aux ver­riers – Victimes de mala­dies pro­fes­sion­nelles non recon­nues ». Quelques mots qui rap­pellent à tout un cha­cun que le tra­vail peut rendre malade, et même tuer. Le com­bat des anciens ver­riers de Givors est loin d’être ter­mi­né : il est celui de tous les travailleurs.
Photographies de ban­nière et de vignette : Stéphane Burlot | Ballast

REBONDS
☰ Lire notre entretien avec Renaud Bécot : « Au croisement des luttes environnementales et sociales », février 2022
☰ Lire notre entretien avec Gérald le Corre, inspecteur du travail : « On laisse des travailleurs crever au boulot ! », juillet 2021
☰ Lire notre entretien avec Matthieu Lépine : « Les accidents du travail ne sont pas des faits divers », juin 2021
☰ Lire notre témoignage « « On veut être respectés » : faire grève en pleine pandémie », avril 2020
☰ Lire notre témoignage « Montrer que la lutte paie », juillet 2018
☰ Lire notre témoignage « À l’usine », juin 2018
Découvrir d’autres articles de




Nos auteur·es
Faire un don
Mon compte
Contact
Liens
Nous récol­tons des don­nées de visite ano­ny­mi­sées sans ser­vice tiers (Matomo auto-hébergé).
Opt-out complete; your visits to this website will not be recorded by the Web Analytics tool. Note that if you clear your cookies, delete the opt-out cookie, or if you change computers or Web browsers, you will need to perform the opt-out procedure again.
You may choose to prevent this website from aggregating and analyzing the actions you take here. Doing so will protect your privacy, but will also prevent the owner from learning from your actions and creating a better experience for you and other users.
This opt out feature requires JavaScript.
The tracking opt-out feature requires cookies to be enabled.

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire