Automobile. Toyota Camry et Lexus ES300h : les taxis les adorent et on sait pourquoi ! – Le Progrès

Pour soutenir votre journalisme local, abonnez-vous !
Pourquoi voyez-vous ce message ?
Vous avez choisi de refuser le dépôt de cookies, vous pouvez à tout moment modifier votre choix, ici.
Le contenu de ce site est le fruit du travail de journalistes qui vous apportent chaque jour une information locale de qualité, fiable, complète, et des services en ligne innovants. Ce travail s’appuie sur les revenus complémentaires de la publicité et de l’abonnement.
Déjà abonné ?
Lyon – Villeurbanne – Caluire
ven. 30/09/2022
Si vous voyez ce champ, ne le remplissez pas
Le Progrès, en tant que responsable de traitement, recueille dans ce formulaire des informations qui sont enregistrées dans un fichier informatisé par son Service Relations Clients, la finalité étant d’assurer la création et la gestion de votre compte, ainsi que des abonnements et autres services souscrits. Si vous y avez consenti, ces données peuvent également être utilisées pour l’envoi de newsletters et/ou d’offres promotionnelles par Le Progrès, les sociétés qui lui sont affiliées et/ou ses partenaires commerciaux. Vous pouvez exercer en permanence vos droits d’accès, rectification, effacement, limitation, opposition, retirer votre consentement et/ou pour toute question relative au traitement de vos données à caractère personnel en contactant lprventesweb@leprogres.fr ou consulter les liens suivants : Protection des données, CGU du site et Contact. Le Délégué à la Protection des Données personnelles (dpo@ebra.fr) est en copie de toute demande relative à vos informations personnelles.
L’édition du soir en numérique dès 21h30 Le journal en numérique dès 5h Accédez à tous les contenus en illimité
Lyon – Villeurbanne – Caluire
ven. 30/09/2022
Retrouvez tous nos contenus et notre journal en numérique
Téléchargez gratuitement l’app
Sur le marché français, ces deux grosses berlines se font rares. Pourtant, on en croise beaucoup en agglomération, principalement aux mains de chauffeurs de taxi ou de chauffeurs privés. Pourquoi ces routières sont-elles plébiscitées par les professionnels de la route ? Peut-on vraiment remplacer un diesel avec cette technologie hybride ? Pour le savoir, nous avons fait un road-trip sur autoroute au volant de ces deux grandes berlines hybrides.
A l’intérieur de cette Lexus, tout respire le luxe.
L’instrumentation est complète et assez intuitive.
Dans Paris et les grandes villes françaises, ces voitures sont partout, remplaçant souvent les Toyota Prius vieillissantes dans le parc automobile des flottes de taxis ou de chauffeurs privés. En dehors de cette clientèle bien ciblée, point de salut.
Les clients particuliers pour les Lexus ES 300 h et Toyota Camry se font rares. Pourtant, cette dernière se classe régulièrement première berline vendue aux Etats-Unis. Un gros rouleur français peut-il trouver son bonheur dans ces grosses berlines ?
Pour le savoir, nous avons soumis ces deux japonaises à un road-trip autoroutier aller-retour entre Paris et la plage d’Omaha Beach en Normandie.
Comme pour la Camry, cette ES 300h mise tout sur sa motorisation hybride, la marque de fabrique du groupe Toyota, avec plus de quinze ans d’expérience et plus de cinq millions d’unités produites. Les lignes sont classiques mais pas dénuées de charme.
A l’intérieur, on découvre un habitacle chic et bien fini. Le cuir camel de notre modèle d’essai est de toute beauté et les commandes sont soignées.
La régulation de la température s’effectue à l’aide d’une barrette chromée, le système multimédia est dans la moyenne mais assez intuitif et l’instrumentation présente un dessin raffiné.
Mais la vraie originalité vient des écrans faisant office de rétroviseurs. C’est efficace, sécurisant et agréable à l’usage.
La Toyota de son côté présente des lignes un peu plus mollassonnes. A l’intérieur, la finition se montre très honnête mais plus pragmatique que dans le Lexus. La laque noir recouvrant la console et la présentation générale commencent à dater mais tout est à sa place.
Les sièges se montrent très généreux et accueillant, témoignant de la cible visée, l’américain moyen. Les ajustements sont précis, les matériaux doux au toucher, c’est un quasi sans-fautes.
A l’arrière, c’est byzance, avec un espace gigantesque, et des dossiers inclinables pour les passagers. Côté coffre, avec 500 litres, on comprend pourquoi les taxis sont les premiers fans de ce modèle.

Après quelques kilomètres dans les bouchons de l’aéroport Charles De Gaulle au volant de notre Lexus ES 300 h, un premier constat s’impose. La voiture est très douce, silencieuse, et agréable à mener sur un filet d’accélération. Une conduite coulée qui lui va à merveille.
C’est également le cas de la Toyota Camry, qui dispose de la même technologie. Dans ces conditions, nos deux berlines profitent à fond de leur motorisation hybride. Bilan après 50 kilomètres : elles se positionnent toutes les deux sous les 5 litres au cent.
Une belle performance dans des conditions idéales. Mais qu’en est-il sur autoroute, terrain beaucoup moins favorable à l’hybridation ?
Calés à 130 km/h chrono sur la voie de droite, nos deux berlines ne roulent jamais en mode thermique seul. L’électricité veille au grain pour préserver une consommation correcte. Magistrale sur ce type de terrain, la Lexus nous fait profiter d’un équipement audio très efficace.
Associée à une insonorisation de premier plan, cette ES 300 h se transforme en auditorium. De son côté, la Toyota ne démérite pas.
Le confort est royal. Tout juste regrette-t-on l’emballement de la mécanique en sortie de péage ou sur les voies d’accélération. Une caractéristique commune à toutes les Toyota hybrides, toutefois largement atténuée ici sur cette grosse motorisation.
Après 303 kilomètres parcourus au volant de nos deux berlines dont environ 250 sur autoroute à 130 km/h, l’heure du bilan a sonné pour nos deux “voitures de taxis”. Et c’est avec surprise que nous constatons le très beau score de la Toyota Camry, dont l’ordinateur de bord indique une consommation moyenne de 5,6 litres au cent seulement.
Côté Lexus, pas de surprise, les deux voitures partageant le même groupe motopropulseur de 218 chevaux. Le résultat est très proche avec 5,8 litres au cent. Une performance admirable sur autoroute, très proche des chiffres constructeurs, obtenue avec une éco-conduite finalement peu contraignante sur ce type de parcours.

A l’heure où chaque litre compte, la consommation sur autoroute de nos deux berlines japonaises interpelle. Avec un litre de sans plomb 95 plus bas que le litre de gasoil, le système hybride de Toyota présente une alternative très intéressante comparé à un gros diesel.
On comprend pourquoi ces voitures sont les préférées des taxis, en alliant habitabilité de premier plan, confort et économies. A noter que nombre de ces chauffeurs convertissent désormais les Toyota hybrides à l’Ethanol E85, pour optimiser encore le coût au kilomètre.
Fiche technique Toyota Camry
Moteur : Essence, 4 cylindres
Cylindrée (cm3) : 2 487
Puissance (ch à tr/min) : 177 à 5 700
Couple (Nm à tr/min) : 221 à 3 600
Moteur  : électrique, synchrone à aimants permanents
Puissance (kW-ch) : 88-119
Couple (Nm) : 202
Puissance cumulée (ch) : 218
Transmission : traction avant
Boîte de vitesses  : automatique, CVT à variateur
Poids à vide (kg) : 1 660
Vitesse maxi (km/h) : 180
Longueur : 4,89 m
Largeur : 1,84 m
Hauteur : 1,45 m
Empattement : 2,83 m
Volume du coffre : 500 l
Tarif : à partir de 39 850 €
Fiche technique Lexus ES 300 h
Moteur : Essence, 4 cylindres
Cylindrée (cm3) : 2 487
Puissance (ch à tr/min) : 177 à 5 700
Couple (Nm à tr/min) : 221 à 3 600
Moteur  : électrique, synchrone à aimants permanents
Puissance (kW-ch) : 88-119
Couple (Nm) : 202
Puissance cumulée (ch) : 218
Transmission : traction avant
Boîte de vitesses  : automatique, CVT à variateur
Poids à vide (kg) : 1 680
Vitesse maxi (km/h) : 180
Longueur : 4,98 m
Largeur : 1,87 m
Hauteur : 1,45 m
Empattement : 2,87 m
Volume du coffre : 454 l
 
Tarif : à partir de 51 690€

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire