Au moins 23 morts dans une frappe dans le sud de l'Ukraine – lfm.ch

Publié
le
De
L’Ukraine a accusé vendredi la Russie d’avoir tué 23 personnes, des civils faisant la queue pour recevoir de l’aide humanitaire, au cours d’un bombardement dans la région de Zaporijjia (sud) que les Russes occupent en partie. L’attaque a fait près de 30 blessés.
« L’ennemi a lancé une attaque à la roquette contre un convoi humanitaire de civils, les gens faisaient la queue pour se rendre dans la zone temporairement occupée, aller à la rencontre de proches, recevoir de l’aide », a indiqué sur Telegram le gouverneur régional ukrainien, Oleksandre Staroukh, « il y a 23 morts et 28 blessés ».
Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp
France: le manque de compétences coûte 140 milliards d’euros par an
Au moins 15 morts dans une frappe sur un immeuble dans l’Est de l’Ukraine
Ukraine: 27 morts dans une frappe russe, Zelensky implore d’aider à « arrêter cette guerre »
Poutine dit Marioupol « libérée », Biden augmente son aide militaire
20’000 morts à Marioupol, l’étau se resserre sur l’est de l’Ukraine
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *






Publié
le
De
La croissance de la productivité ralentit plus vite en France qu’en Allemagne et aux Etats-Unis: ce décrochage coûte 140 milliards d’euros (134 milliards de francs) par an, selon une étude publiée jeudi par le Conseil d’analyse économique (CAE).
La raison principale en est une insuffisance de compétences en mathématiques et sur le plan socio-comportemental, c’est-à-dire la capacité à travailler en équipe, à s’organiser et à s’adapter.
Ce décrochage « est un problème économique important » dont on parle peu, tandis que « les compétences et l’orientation des talents vers les filières qui contribuent à la productivité sont un levier central » pour combler ce retard, a expliqué lors d’une présentation à la presse l’économiste Xavier Jaravel, co-auteur de la note.
Par rapport à l’Allemagne, l’écart de productivité s’est soldé par un écart de quatre points de PIB en 15 ans, tandis que les Etats-Unis, qui partaient d’un niveau plus faible que la France, ont gagné six points par rapport à l’hexagone sur la même période, détaille la note du CAE, un organisme rattaché à Matignon chargé d’éclairer le gouvernement sur sa politique économique.
Dans les années 2000, l’Allemagne s’était donné les moyens de combler son propre retard à la suite du « choc PISA » qui avait vu décrocher la première puissance économique européenne dans les classements internationaux de compétences scolaires.
Faire un effort analogue en France conduirait à une « hausse de la croissance annuelle par habitant d’environ 0,2 point », ce qui permettrait de gagner trois points de PIB, soit 75 milliards d’euros par an au bout de 15 ans, ont calculé les auteurs de la note.
Centrer l’effort autour des mathématiques et du savoir-être socio-comportemental, appelé soft skills en anglais, est nécessaire dans la mesure où les emplois faisant appel à ces compétences sont de plus en plus nombreux, tandis que la part de ceux qui ne les réclament pas baisse.
Selon les chercheurs qui citent plusieurs travaux sur le sujet, on assiste à « une dégradation continue du niveau moyen des jeunes Français en mathématiques depuis 30 ans, aussi bien parmi les meilleurs élèves que parmi les moins bons ».
Pour y remédier, ils préconisent de fixer des « objectifs ambitieux » en maths, les exemples allemand et aussi portugais montrant « qu’il est possible de faire des progrès importants en seulement un quinquennat ».
Ils recommandent par ailleurs la mise en place d’un « système d’évaluation régulière des compétences socio-comportementales », aujourd’hui inexistant.
« En France, la formation et la culture générale à l’école ne permettent pas le développement de ces compétences », selon Maria Guadalupe, co-autrice de la note.
Le deuxième levier pour combler le retard français est d’offrir un meilleur accès aux carrières de l’innovation, qui sont aujourd’hui en grande partie l’apanage des hommes de milieux favorisés issus d’un nombre limité de territoires.
Ouvrir davantage ces carrières aux femmes, aux jeunes de milieux moins favorisés et venus de territoires plus nombreux aurait « le potentiel d’augmenter la croissance économique de l’ordre de 0,2 point », c’est-à-dire là aussi d’augmenter le PIB de 75 milliards au bout de 15 ans.
Les chercheurs proposent pour y arriver la création d’une « stratégie nationale d’innovation par tous » pour sensibiliser les jeunes aux carrières de l’innovation et de la science, dotée d’un budget de 100 millions d’euros.
La note veut enfin réorienter le crédit impôt recherche (CIR), qui bénéficie aujourd’hui « de manière disproportionnée aux grandes entreprises », alors que ce sont les PME qui sont « les plus innovantes ». A budget constant, le taux de subvention passerait de 30% à 42% et le dispositif serait plafonné à 20 millions, préconisent les économistes.
Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp
Publié
le
De
Star des Dolphins de Miami, Tua Tagovailoa a été hospitalisé jeudi, quatre jours après avoir passé un protocole commotion cérébrale lors d’une autre rencontre.
Touché à la nuque et à la tête lors d’un match de NFL à Cincinnati, le quarterback « est conscient et peut bouger ses membres jusqu’à leurs extrémités », a déclaré la franchise de Miami dans un tweet se voulant quelque peu rassurant.
Peu avant la pause, Tagovailoa a été « saqué » (plaqué) au niveau des jambes par un défenseur des Cincinnati Bengals. L’action a paru plutôt anodine, mais le QB des Dolphins a mal chuté sur ses cervicales, sa nuque et l’arrière de son crâne. L’image est apparue bien plus impressionnante au ralenti, en voyant soudainement ses doigts des deux mains se raidir de façon incontrôlée.
Le corps médical de son équipe est vite allé s’occuper de lui, une minerve a été posée et il a été évacué sur une civière.
Cette blessure survient quatre jours après une autre subie contre les Buffalo Bills, quand un défenseur des Bills l’a plaqué, sa tête cognant violemment le sol. Tagovailoa s’était immédiatement levé mais n’avait pu marcher seul et s’était de nouveau effondré. Entré au vestiaire au deuxième quart-temps, il est revenu après la pause finir la rencontre après avoir passé sans encombre le protocole commotion cérébrale imposé dans ce type de situation.
Tagovailoa s’est alors montré décisif dans la victoire des Dolphins contre les Bills (21-19). Des critiques ont néanmoins plu sur la décision de l’équipe floridienne de le faire reprendre la partie après cette action dangereuse, bien que la franchise, par la voix de son entraîneur Mike McDaniel, a évoqué « une blessure au bas du dos » et non à la tête.
Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp
Publié
le
De
La demande pour les articles de sport de Nike, les baskets Jordan et les Converse, reste solide, mais les profits de la maison mère sont érodés par les grosses remises destinées à écouler ses stocks gonflés par des aléas logistiques, et la hausse du dollar.
Dans un marché très nerveux, l’action du groupe a lâché plus de 10% après la publication de ses résultats trimestriels jeudi soir.
Le chiffre d’affaires de Nike est pourtant reparti à la hausse, augmentant de 4% de juin à août, période correspondant à son premier trimestre comptable, pour atteindre 12,7 milliards de dollars (12,4 milliards de francs).
Il a augmenté dans toutes les régions, sauf dans la zone regroupant la Chine continentale/Hong Kong/Macao/Taïwan, soumis à des confinements stricts à cause du Covid-19 pendant la période.
Si les effets de change n’étaient pas pris en compte, les ventes totales seraient en hausse de 10%.
Mais le bénéfice net du groupe a, de son côté, reculé de 22% à 1,5 milliard de dollars.
La marge brute du groupe pâtit notamment de dépenses de fret et logistiques élevées, a expliqué Nike.
L’entreprise a parallèlement dû proposer de grosses réductions sur les prix de certains produits qu’elle vend directement dans ses magasins ou en ligne.
Nike a en effet vu ses inventaires bondir au total de 44% par rapport à la même période en 2021, en raison surtout d’un important nombre de cargaisons actuellement en transit, a expliqué le directeur financier Matt Friend lors d’une conférence téléphonique.
L’an dernier à la même époque, plusieurs usines au Vietnam et en Indonésie avaient dû fermer à cause de pics de Covid, y suspendant la production et donc les exportations. De nombreux distributeurs ont aussi décidé cette année de passer plus tôt qu’habituellement les commandes pour les fêtes de fin d’année tandis que les temps de livraison sont plus imprévisibles.
Or le groupe veut s’assurer d’avoir dans les rayons les dernières nouveautés et procède pour se faire à de grosses démarques pour écouler les stocks en place. Une stratégie accentuée par la nécessité de s’aligner avec les promotions effectuées actuellement par d’autres grands groupes vendant des vêtements.
Autre source de pression: la forte montée du dollar ces derniers mois, qui abaisse la valeur des ventes effectuées dans d’autres monnaies.
Le groupe s’attend à ce que, sur l’ensemble de l’année, les effets de taux de change affectent son chiffre d’affaires à hauteur de 4 milliards de dollars.
Evoquant les mois à venir, « nous n’avons pas encore vu de ralentissement de la demande », a répété le directeur général, John Donahoe, lors de la conférence téléphonique.
« Ceci dit, nous n’avons pas de boule de cristal sur les facteurs externes, qu’il s’agisse du marché des devises, de l’inflation ou de l’impact des prix de l’énergie sur les dépenses de consommateurs », a-t-il ajouté.
Pour Neil Saunders, spécialiste du secteur de la distribution pour GlobalData, « bien qu’elle ne soit pas à l’abri des défis économiques, l’entreprise prouve qu’elle peut gérer avec succès les changements de la demande ». « Cependant, le prix de son agilité se fait au détriment du profit », ajoute-t-il dans une note.
Le groupe va continuer à faire face dans les prochains mois aux éléments pesants sur ses marges. La question désormais est de savoir si les consommateurs vont maintenir leurs dépenses, en particulier en Amérique du Nord, estime M. Saunders.
Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp
Publié
le
De
« Menteur, ancien détenu, traître de la patrie! »: le président d’extrême droite Jair Bolsonaro, a attaqué violemment l’ex-chef d’Etat de gauche Luiz Inacio Lula da Silva dès le début du dernier débat télévisé de la présidentielle jeudi soir.
« Le peuple va te renvoyer chez toi le 2 octobre! », a rétorqué Lula, à qui les sondages prédisent une victoire possible dès dimanche. Ce débat auquel assistent des dizaines de millions de téléspectateurs sur TV Globo, la chaîne la plus regardée du pays, a donné dès les premières minutes l’occasion d’échanges haineux entre les deux favoris de l’élection la plus polarisée depuis des décennies.
Dès sa première prise de parole, Jair Bolsonaro, 67 ans, a accusé Lula, 76 ans, d’avoir été le chef de file d’une bande de « voleurs », quand la gauche a dirigé le pays de 2003 à 2016. Une allusion au scandale de corruption de Petrobras, pour lequel l’ancien syndicaliste a été incarcéré pendant 18 mois en 2018 et 2019, avant de voir ses condamnations annulées pour vice de forme par la Cour suprême.
Le président d’extrême droite est sorti de ses gonds à plusieurs reprises et a dû être rappelé à l’ordre par le médiateur.
Lula l’a traité à son tour de « menteur » et l’a aussi accusé de corruption. « Comment peux-tu te regarder dans le miroir, quand on voit ce qui s’est passé sous ton gouvernement? », a-t-il déclaré, citant notamment un scandale au ministère de l’Education et des soupçons de détournements de fonds de Flavio Bolsonaro, fils aîné du président.
Selon la dernière enquête d’opinion publiée par l’institut Datafolha peu avant ce troisième débat télévisé, Lula conserve un avantage confortable sur Bolsonaro, avec 48% des intentions de vote contre 34%. Pour être élu pour un troisième mandat dès dimanche, l’icône de la gauche doit obtenir plus de 50% des votes exprimés (sans les nuls ni les blancs).
D’après Datafolha, il est justement crédité de 50% de ces votes exprimés, dans la marge d’erreur du sondage (plus ou moins 2 points de pourcentage). Chaque camp espérait pouvoir convaincre les derniers indécis lors de la grand-messe de TV Globo. « C’est le débat qui peut faire changer les choses », avait dit à l’AFP une source de la campagne de Bolsonaro.
Selon Datafolha, 14% des Brésiliens n’ont pas encore décidé pour qui voter dimanche.^Le Parti des Travailleurs (PT) de Lula fait campagne auprès des Brésiliens pour le « vote utile » afin d’accorder leur voix au vieux lion de la politique brésilienne dès ce premier tour.
Une source de la campagne du PT a assuré à l’AFP, sous couvert de l’anonymat, que l’équipe était « confiante, tout en étant prête pour un deuxième tour ». Au-delà des deux grands favoris, le débat voit s’affronter au total sept candidats, sur les 11 en lice.
Le candidat de centre gauche Ciro Gomes, troisième dans les sondages et crédité de 6% des intentions de vote, a été sous pression pour se retirer afin de faciliter la victoire de Lula. Mais M. Gomes a assuré qu’il irait jusqu’au bout.
La sénatrice de droite Simone Tebet, en quatrième position dans les sondages et dont la performance lors du premier débat avait été saluée, recueille 5% des intentions de vote et représente également un réservoir d’électeurs potentiels.
Lors des deux précédents débats télévisés, le président Bolsonaro avait essuyé une pluie de critiques après ses attaques sexistes envers l’une des journalistes l’ayant interrogé. De nouveaux propos misogynes pourraient lui coûter cher à trois jours du scrutin, alors que l’électorat féminin le fuit. Mais il a obtenu un soutien de poids jeudi: Neymar, superstar du football brésilien, qui a ouvertement déclaré sa préférence dans une vidéo publiée sur TikTok.
Après une performance jugée décevante par les commentateurs lors du premier débat – il n’avait notamment pas su se défendre des accusations de corruption lancées par Jair Bolsonaro – Lula n’avait pas participé au deuxième débat, invoquant un emploi du temps déjà très chargé. La campagne électorale à la radio et télévision doit prendre fin ce jeudi à minuit, mais les meetings et la distribution de tracts resteront autorisés jusqu’à samedi soir, veille du scrutin.
Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp
Publié
le
De
La dévastation était le maître mot en Floride jeudi après le passage de l’ouragan Ian qui a laissé dans son sillage des villes ravagées et un bilan humain potentiellement « substantiel ». Il se dirige à présent vers le sud-est des Etats-Unis.
Rétrogradée en tempête tropicale après son passage sur les terres, Ian s’est de nouveau renforcée au point d’être recatégorisée en ouragan par le Centre national des ouragans (NHC). Ian filait jeudi en fin de journée vers la Caroline du Nord, la Caroline du Sud, et la Géorgie.
Alors que se multipliaient les images de rues transformées en canaux d’eau trouble, de bateaux projetés à terre comme de simples jouets, de maisons fracassées, le dernier bilan en Floride faisait état d’au moins 12 morts. « Cela pourrait être l’ouragan le plus meurtrier de l’histoire de la Floride », a dit le président américain Joe Biden lors d’une visite des locaux de l’agence fédérale qui lutte contre les catastrophes naturelles, la Fema.
« Les chiffres (…) ne sont pas encore clairs mais nous recevons de premières informations faisant état de pertes humaines qui pourraient être substantielles », a-t-il ajouté, assurant vouloir se rendre dès que possible dans l’Etat du sud, mais aussi sur le territoire américain de Porto Rico, île meurtrie récemment par l’ouragan Fiona.
Lors d’une conférence de presse jeudi soir, le gouverneur de Floride Ron DeSantis a indiqué s’attendre à un certain nombre de morts en raison de l’ouragan. L’élu n’a pour autant pas avancé de chiffre provisoire, préférant attendre que le bilan soit confirmé « au cours des prochains jours »
« Plus de 700 sauvetages confirmés ont eu lieu, et il y en aura sûrement bien plus lorsque davantage de données arriveront », a également déclaré le gouverneur.
Un responsable du comté de Charlotte, dans l’ouest de la Floride, a confirmé à la chaîne CNN la mort d’au moins « huit ou neuf personnes », sans donner plus de détails. Un porte-parole du comté de Volusia, sur la côte est, a annoncé avoir recensé « un premier décès lié à l’ouragan Ian », un homme de 72 ans, « sorti vider sa piscine pendant la tempête ».
Un responsable du comté d’Osceola, dans le centre-est de l’Etat, a lui indiqué à CNN la mort d’un résident d’une maison de retraite. Une porte-parole du shérif du comté de Sarasota a également indiqué à la chaîne américaine la mort de deux personnes dans son comté.
Parallèlement, les recherches se poursuivaient pour retrouver 18 passagers d’un bateau de migrants qui a chaviré mercredi près de l’archipel des Keys, neuf autres ayant pu être secourus. Après une nuit d’angoisse, les habitants commençaient l’état des lieux jeudi.
Dans le village de Iona, Ronnie Sutton, qui n’a toujours pas pu revenir chez lui, se disait persuadé que l’eau avait tout détruit. « C’est terrible. J’imagine que c’est le prix à payer quand on vit au niveau de la mer. Parfois ça se retourne contre toi », regrettait-il.
A Fort Myers, la crue a submergé certains bateaux, en poussant d’autres jusque dans les rues du centre-ville. « C’étaient des bruits terrifiants, avec des débris qui volaient partout, les portes en l’air », a témoigné un habitant témoin de la destruction, Tom Johnson.
Ian a touché terre mercredi après-midi en tant qu’ouragan de catégorie 4 (sur une échelle de 5) dans le sud-ouest de la Floride, avant de continuer son passage à travers l’Etat, charriant des vents violents et des pluies torrentielles.
Jeudi soir, plus de 2,3 millions de foyers ou commerces restaient privés d’électricité, sur un total de 11 millions, selon le site spécialisé PowerOutage. Punta Gorda, petite ville côtière située sur la trajectoire de l’ouragan, s’est réveillée sans courant.
Ian a déraciné certains arbres et renversé poteaux électriques et panneaux de signalisation. Ses pluies ont inondé les rues de la marina, où l’eau arrivait encore jusqu’aux mollets jeudi matin. « C’était incessant, ça soufflait sans cesse au-dessus de nos têtes. On entendait le métal frapper contre le bâtiment. Il faisait sombre. On ne savait pas ce qu’il se passait dehors », a relaté un habitant, Joe Ketcham.
Face à l’ampleur des dégâts, Joe Biden avait déclaré jeudi matin l’état de catastrophe naturelle majeure, une décision permettant de débloquer des fonds fédéraux additionnels pour les régions touchées. Avec le réchauffement de la surface des océans, la fréquence des ouragans les plus intenses, avec des vents plus violents et des précipitations plus importantes, augmente, mais pas le nombre total d’ouragans.
Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp
Derniers titres
L’info en continu
L’Ukraine a accusé vendredi la Russie d’avoir tué 23 personnes, des civils faisant la queue pour recevoir de l’aide humanitaire,…
Le groupe électrotechnique ABB se retire de sa coentreprise avec Hitachi dans le domaine des…
La croissance de la productivité ralentit plus vite en France qu’en Allemagne et aux Etats-Unis:…
Votre Horoscope
Ne laissez pas tout tomber à la première embûche. Votre persévérance sera votre plus grande alliée.
Voir tous les signes
Première pierre pour une installation de biogaz à Courtemelon (JU)
Le groupe Muse en concert à Bernexpo en 2023
Primes maladie 2023 – Les primes maladie vont augmenter de 6,6% en moyenne l’an prochain
Votation à Aigle sur la hausse de la taxe sur l’électricité
Le MarCHethon de Lausanne a lieu ce samedi à Dorigny
Magie et Rome antique à l’ArchéoLab de Pully
Une recherche vaudoise pour prendre le pouls des acteurs de la santé
Une nouvelle date pour le faire-part de naissance de la radio
Radio LFM – Avenue de la Gare 4 – CH-1003 Lausanne
Standard : 021 341 11 11 – Antenne : 0842 00 10 33 – WhatsApp : 079 842 10 33 – Contactez-nous: sav@lfm.ch

© Copyright 2021 – Media One Group

source
https://https://www.a2forces.fr/bilan-de-competenc…

bilan de compétences Poitiers tours

bilan professionnel Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan pro Poitiers tours

pourquoi faire un bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

contenu d’un bilan de compétences Poitiers tours

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire