Au Lesotho, les folles courses à cheval dans les montagnes – Arabnews fr

https://arab.news/cnygf
SEMONKONG : Sur leur monture élancée, les cavaliers des villages isolés des somptueuses montagnes du Lesotho ont convergé samedi vers les sommets. Dans le royaume reculé d’Afrique australe, la course à cheval est une tradition centenaire, perpétuée par le peuple de bergers.
A plus de 2 200 mètres d’altitude, sur les hauts plateaux de Semonkong, la nature intacte est perpétuellement plongée dans la brume. Les impressionnantes chutes de Maletsunyane, parmi les plus grandes d’Afrique, créent un brouillard permanent avec des eaux tombant d’une montagne de 192 mètres dans une gorge spectaculaire.
C’est ici, sous le soleil pâle de midi, que les pâtres sotho, la plus grande ethnie du pays enclavé de 2,2 millions d’habitants, ont décidé de faire s’affronter leurs puissants chevaux. Les équidés sont arrivés au XIXe siècle avec les colons européens dans l’ancien protectorat britannique, indépendant depuis 1966.
Les bergers ont adopté ces montures, réputées pour leur endurance, pour conduire moutons et chèvres à flanc de montagne. La race a été baptisée « poney basotho », bien que ces chevaux aient une taille moyenne.
Dans les montagnes vertes en spirales aux paysages ponctués de maisonnettes en pierres à toit de chaume, les hommes se déplacent partout à cheval dans les chemins caillouteux. Certains villages à l’accès abrupt ne sont pas accessibles autrement. Les ânes transportent les marchandises.
« C’est une nécessité absolue dans la vie de tous les jours. Il y a des endroits où vous ne pouvez pas aller autrement », explique Motlatsi Manaka, un éleveur de 45 ans.
Enveloppés dans de lumineuses couvertures traditionnelles, les groupes de plusieurs dizaines d’hommes affluent. Les bêtes sont brossées, leur crinière tressée, parfois taillée. Certains scandent des litanies vantant les mérites de leurs montures entraînées pendant des mois, voire des années: « Mon cheval sera vainqueur, aucun adversaire ne peut lui résister ».
Pas froid aux yeux
La course la plus prestigieuse est organisée en juillet, pour l’anniversaire du roi Letsi III, monarque sans pouvoir dans la petite monarchie constitutionnelle.
Mais dans les montagnes, hors temps de Covid, les courses ont lieu tout au long de la saison sèche correspondant de mai à septembre à l’hiver austral.
« L’annonce d’une prochaine course s’est propagée comme une traînée de poudre de village en village », indique Jonathan Halse, 52 ans, qui tient une auberge dans ce coin où beaucoup de choses fonctionnent au bouche-à-oreille.
Il a mis l’équivalent de 280 euros sur la table pour sponsoriser la compétition, divisée en plusieurs catégories selon l’âge des chevaux. Les prix vont de 72 à 135 euros, plus les mises. Dans la foule de quelques centaines de personnes assises sur de grosses pierres, des paquets de billets passent de main en main, les paris vont bon train.
Au Lesotho, pays parmi les plus pauvres de la planète où le salaire moyen est inférieur à 150 euros, ces courses sont une bonne source de revenus pour les éleveurs.
La plupart des propriétaires de chevaux sont des bergers qui gagnent leur vie en vendant la laine de leurs troupeaux. La saison annuelle de la tonte vient d’ailleurs de commencer. La laine est triée dans une grange de la région, sur des tables grillagées, selon la longueur et l’épaisseur de la fibre. Les bergers reçoivent en moyenne l’équivalent de 3 euros par kg.
Les jockeys sont sélectionnés parmi les jeunes garçons des villages. La plupart n’ont pas 20 ans, un corps léger et pas froid aux yeux.
« Je peux aller vite, très vite », lance avec un air de défi Tsaeng Masotsa, 17 ans, avant de rejoindre la ligne de départ. Il est payé un peu plus de 5 euros par un propriétaire pour courir sur une jument de trois ans.
Lancés à une vitesse folle, les chevaux ont la silhouette qui s’allongent au loin, sur le parcours en courbe. Les cavaliers cravachent, certains frappent l’encolure de la main. Le tracé sur un chemin de terre est long d’un peu plus d’un kilomètre.
Derrière la ligne d’arrivée marquée par un tas de pierres, la foule exaltée siffle et crie.
https://arab.news/mp45d
LONDRES: D’un point de vue militaire, l’invasion française de l’Égypte en 1798, qui visait à perturber le commerce et l’influence britanniques en Afrique du Nord et en Inde, a été un échec total. Cependant, elle semble avoir accidentellement permis de comprendre 3 000 ans d’histoire de l’Égypte ancienne.
Une armée de 50 000 hommes sous le commandement de Napoléon Bonaparte a débarqué à Alexandrie le 2 juillet 1798. Au cours des trois années qui ont suivi, les troupes françaises ont connu une série de victoires, et parfois des défaites, en Égypte et en Syrie.
Mais, après que la marine britannique a fait échouer la flotte de Napoléon dans la baie d’Aboukir lors de la bataille du Nil, le 25 juillet 1799, l’armée française, affaiblie et ravagée par la maladie, tourmentée par les forces ottomanes et britanniques, s’est retrouvée piégée dans une terre hostile et étrangère. Sans issue et sans possibilité de renfort, la fin était inévitable.
Napoléon le savait et, dans la nuit du 22 août 1799, il a abandonné ses troupes, a regagné Paris et connu son ultime destin : en 1804, il sera couronné empereur des Français.
Ceux qui restaient de son armée en Égypte ont tenu bon, même après l’assassinat du commandant successeur de Napoléon, et se sont finalement rendus aux Britanniques à Alexandrie le 2 septembre 1801.
Dans le cadre de l’expédition, Napoléon avait ordonné le pillage massif d’antiquités qui devaient être ramenées en France. Mais, après la capitulation française, la plupart de ces objets sont tombés entre les mains des Britanniques. Parmi le butin ramené au British Museum figurait un bloc de pierre polie sur lequel était gravée une écriture en trois langues différentes – grec ancien, démotique et hiéroglyphes égyptiens.
Découvert en juillet 1799 par un ingénieur de l’armée française qui renforçait les défenses d’un fort ottoman du XVe siècle capturé près de Rosette, sur la rive occidentale du Nil, l’objet est connu sous le nom de «la pierre de Rosette».
Ainsi, cet objet se révèlera être la clé de la compréhension des hiéroglyphes de l’Égypte ancienne.
Bien que de nombreux érudits européens maîtrisent le grec ancien, il a fallu attendre plus de deux décennies pour qu’ils parviennent à déchiffrer le code de la pierre de Rosette. Cette découverte a marqué un tournant dans l’histoire de l’égyptologie, que le British Museum célèbre ce mois-ci avec une nouvelle exposition majeure réunissant une collection de plus de 240 objets, dont la pierre de Rosette.
L’exposition intitulée «Hiéroglyphs: Unlocking Ancient Egypt» (Hiéroglyphes: la découverte de l’Égypte ancienne), coïncide avec le 200e anniversaire de la dernière découverte réalisée par le philologue et orientaliste français, Jean-François Champollion en 1822.
« Le déchiffrage des hiéroglyphes de la pierre de Rosette a permis de découvrir 3 000 ans d’histoire égyptienne», a déclaré Ilona Regulski, conservatrice de la culture écrite égyptienne au British Museum, à Arab News.
« Jusqu’alors, personne ne savait jusqu’où remontait la civilisation égyptienne antique, ni combien de temps elle avait duré. Mais après sa découverte, Champollion a pu traduire les noms des rois et établir une chronologie royale qui remontait bien plus loin dans le temps que ce à quoi l’on s’attendait ».
« Très vite, on a aussi compris qu’il s’agissait d’une civilisation complexe qui entretenait des relations avec ses voisins, parfois pacifiques, parfois violentes, et petit à petit, nous avons mieux compris cette société ».
« Grâce aux historiens grecs qui ont rapporté certaines pratiques qu’ils ont vues, nous avons appris que les anciens Égyptiens momifiaient leurs morts. Mais nous ne comprenions pas vraiment comment ces gens vivaient et découvraient leur univers ».
Décrypter le code de la pierre de Rosette était une tâche complexe qui a mis à l’épreuve l’esprit des universitaires européens. Bien que la pierre présente trois traductions du même décret, elles ne sont pas littéralement identiques.
« Champollion et ses compagnons ont commencé par examiner le texte grec et identifier les mots qui revenaient souvent, comme par exemple le mot désignant le temple, ou le titre de basileus (terme désignant le monarque) », explique Regulski. « Ils ont regardé le texte démotique pour voir s’il y avait un groupe de signes qui apparaissaient plus ou moins au même endroit ».
C’était un début raisonnable, mais un processus entravé par une réalité dont on n’avait pas conscience au départ : ni l’égyptien ancien ni le démotique n’étaient des écritures basées sur un alphabet, et un même mot pouvait être orthographié de plusieurs manières différentes dans un même document.
Une liste de signes, une sorte de dictionnaire égyptien ancien, a fini par être créée, « mais ce n’était pas suffisant pour comprendre l’ensemble du texte, ni pour l’utiliser afin de lire d’autres objets inscrits », a expliqué Regulski.
C’est Champollion qui a finalement compris que les hiéroglyphes étaient un système hybride.
« Il y a des signes alphabétiques, mais aussi des signes simples qui représentent deux ou trois lettres, ou même des mots entiers », a-t-il précisé. « Et certains sont des signes silencieux, ce que nous appelons des ‘déterminatifs’ en égyptologie. On ne les lit aucunement, mais ils indiquent le sens du mot précédent et permettent de savoir s’il s’agit d’un verbe ou d’un nom ».
En fait, les hiéroglyphes « semblent être un langage très simple, basé sur des symboles, mais c’est beaucoup plus compliqué que cela, et beaucoup plus complexe qu’une écriture alphabétique, et il a fallu beaucoup de temps pour comprendre cela ».
L’écriture sur la pierre de Rosette s’est avérée être un décret rédigé en 196 avant J.-C. par des prêtres de Memphis, reconnaissant l’autorité du pharaon ptolémaïque Ptolémée V. Il aurait été rédigé à l’origine sur papyrus, avec des copies distribuées dans tout le royaume afin que le texte puisse être gravé sur des dalles de pierre, ou « stèles », pour être exposé dans les temples de toute l’Égypte.
Au cours des décennies qui ont suivi, neuf autres copies partielles du décret ont été découvertes dans divers sites égyptiens. Mais la pierre de Rosette est la plus complète et, sans elle, «la découverte de la tombe de Toutankhamon », fouillée par l’archéologue britannique Howard Carter en 1922, « aurait par exemple eu un aspect très différent», a dit Regulski.
« Il aurait été difficile pour Carter d’identifier le roi, ce qui est tout à fait crucial, et sa place dans le contexte de la chronologie de la 18e dynastie. Nous nous serions contentés de disposer d’une belle tombe avec de belles choses ».
Selon les critères de l’Égypte ancienne, la pierre de Rosette n’est pas si ancienne. « Pour nous, égyptologues», a poursuivi Regulski, «la pierre, qui date d’environ 200 avant J.-C., arrive très tard dans l’histoire des hiéroglyphes, un système d’écriture qui a été utilisé pour la première fois vers 3 250 avant J.-C.»
Et en 200 avant J.-C., les hiéroglyphes étaient déjà en voie de disparition.
« Le premier grand changement en Égypte a été l’utilisation du grec comme langue administrative ».
« Quand Alexandre le Grand a conquis l’Égypte en 332 avant Jésus-Christ, les gens parlaient déjà le grec ; la langue circulait depuis le VIIIe siècle à cause du commerce et parce qu’il y avait beaucoup de mercenaires grecs qui combattaient dans l’armée égyptienne et s’installaient dans le pays ».
« Mais depuis Alexandre le Grand, et surtout à l’époque ptolémaïque, le grec devient la langue de l’administration et évince peu à peu l’égyptien.»
Indépendamment du contexte historique de la découverte de la pierre de Rosette et de sa saisie par les Britanniques, « pour le domaine de l’égyptologie et pour l’Égypte, c’est vraiment quelque chose à célébrer », a affirmé Regulski.
« Aujourd’hui, il y a beaucoup d’égyptologues dans le monde, y compris nos collègues en Égypte, et nous travaillons tous ensemble. Nous formons une énorme communauté et essayons d’affiner nos connaissances sur l’Égypte ancienne, qui sont toutes issues de cette seule entreprise ».
Regulski, qui a travaillé pendant deux ans aux côtés de collègues égyptiens au Musée égyptien du Caire, n’a pas pu se prononcer sur la question controversée du retour de la pierre de Rosette dans son pays d’origine.
Plus de 100 000 objets issus du riche passé de l’Égypte seront conservés au Grand Musée égyptien, actuellement en cours de finalisation sur un site à l’ouest du Caire, près des pyramides de Gizeh.
Parmi ces objets figurent les 5 400 trésors enterrés avec Toutankhamon il y a plus de 3 300 ans, y compris son emblématique masque mortuaire. Après avoir fait le tour du monde pendant des décennies, ces trésors seront enfin déposés là où ils doivent l’être.
Toutefois, la pierre de Rosette – la clé pour tout comprendre – restera en Grande-Bretagne.
Le général britannique qui a ramené la pierre en Grande-Bretagne en 1801, après qu’elle a été prise aux Français, a choisi de la considérer, ainsi que 20 autres pièces, non pas comme un butin, mais comme « un fier trophée des armes de la Grande-Bretagne – non pas pillées à des habitants sans défense, mais honorablement acquises par la fortune de la guerre ».
L’exposition du British Museum présentera l’acte de capitulation français, prêté par les Archives nationales du Royaume-Uni et exposé pour la première fois. Selon un porte-parole du British Museum, il s’agit de « l’accord juridique qui prévoyait le transfert de la pierre de Rosette à la Grande-Bretagne, en tant que cadeau diplomatique, signé par toutes les parties, à savoir les représentants des gouvernements égyptien, français et britannique ».
Aujourd’hui, un gouvernement égyptien pourrait à juste titre s’opposer à l’idée de décrire un officier de l’armée ottomane comme le gardien légitime du patrimoine égyptien.
À l’époque, on ne s’est certainement pas demandé si la pierre de Rosette et d’autres antiquités devaient rester en Égypte. C’est une question qui se pose avec de plus en plus d’acuité aujourd’hui, à une époque où les institutions occidentales telles que le British Museum sont soumises à une pression croissante pour restituer le butin des guerres et aventures impériales.
« Étant donné que j’ai travaillé en étroite collaboration avec les conservateurs égyptiens du musée, je dirais que [cette restitution] n’est pas une priorité pour beaucoup d’entre eux », a révélé Regulski. « Je trouve un peu triste que notre relation soit définie par la restitution ou non des objets, parce que notre relation avec nos collègues égyptiens est tellement plus importante que les objets individuels qui sont passés à tel ou tel autre endroit ».
« Il s’agit de célébrer l’Égypte ancienne, et il y a encore tellement de choses à faire en Égypte, tellement de choses à apprendre, à rechercher en collaboration, et c’est sur cela qu’il convient de se focaliser ».
La fascination du public pour l’Égypte ancienne trouve son origine dans la découverte de la pierre de Rosette, l’objet le plus visité du British Museum, et « dans une culture qui a laissé derrière elle un témoignage monumental de son existence, si bien préservé, et qui possède également un attrait visuel si puissant, que l’on ne retrouve pas dans d’autres cultures anciennes ».
« Je pense que toute personne qui visite le musée est attirée par cette culture très visuelle et artistique, y compris le système d’écriture en soi. Si vous le comparez au cunéiforme, par exemple, vous serez davantage attirés par les hiéroglyphes, car ils sont si beaux, si visuellement attrayants. Je pense que c’est ce qui accroche les gens et les incite à vouloir en apprendre davantage sur cette culture ».
Le British Museum s’attend à ce que l’exposition, qui retrace l’histoire du déchiffrement des hiéroglyphes depuis les premiers efforts des voyageurs arabes médiévaux et des érudits de la Renaissance jusqu’au triomphe de Champollion en 1822, soit l’une des plus populaires à ce jour.
L’exposition «Hieroglyphs: Unlocking Ancient Egypt» est au British Museum du 13 octobre 2022 au 19 février 2023.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
 
https://arab.news/v7yrc
ABU DHABI: A la veille de son cinquième anniversaire en novembre, le Louvre Abu Dhabi offre aux amoureux de peinture une exposition unique « Impressionnisme : la modernité en mouvements ». Une première dans la région.
«Un cadeau», c’est ainsi que Manuel Rabaté, directeur du Louvre Abu Dhabi, décrit l’arrivée des 150 oeuvres d’art toutes inscrites dans le courant impressionniste. 
De Manet à Degas, en passant par Cézanne, Monet, Renoir, Sisley, Caillebotte, Morisot… des trésors sortis de la collection du musée parisien d’Orsay, partenaire de l’exposition aux cotés de France Museums. Au total plus de 100 peintures sont exposées sous la majestueuse coupole de Jean Nouvel, ainsi que des arts graphiques et des photographies, des extraits des films, des costumes et une installation contemporaine.
Pour arriver à ce résultat, il a fallu « une relation forte avec le Musée d’Orsay », confie Manuel Rabaté, dans un entretien accordé à Arab News en français.
« Femmes au jardin » de Claude Monet, « Le Balcon » d’Edouard Manet, « Les Raboteurs » de Caillebotte, ou encore « Les jeunes filles au piano » de Renoir sont des œuvres reproduites dans tous les livres d’histoire de la peinture occidentale du XIXe siècle. « Les plus belles œuvres impressionnistes qui n’ont jamais voyagé», affirme pour sa part Christophe Leribault, président du musée d’Orsay et du musée de l’Orangerie. « Jamais on n’a prêté autant de chefs-d’œuvre en même temps », confie à Arab News en français l’homme qui détient les clés de l’une des plus importantes collections impressionnistes au monde. Elles dialoguent jusqu’au 5 février 2023 avec celles du musée abu dhabien, dont une récente acquisition: « La Tasse de chocolat » de Pierre-Auguste Renoir, qui est dévoilée pour la première fois aux yeux des visiteurs.
Mais au-delà d’une exposition des chefs-d’œuvre, « il était important ici d’avoir une approche scientifique et pédagogique », ajoute Christophe Leribault. « C’est la mission du Louvre Abu Dhabi ».
Allant du milieu des années 1850 jusqu’à la fin du 19e siècle, le mouvement impressionniste accompagne et met en lumière l’émergence d’un nouveau monde et les bouleversements sociaux-économiques et technologiques dont il est le témoin. « Il était important pour nous avec les commissaires, de montrer comment les artistes ont introduit cette grande modernité dans la peinture et de proposer un regard renouvelé sur les impressionnistes, en montrant aussi quelques œuvres d’artistes qui les ont précédés, comme Courbet, et qui forment une sorte de contrepoint», ajoute Christophe Leribault. 
« Les impressionnistes ont changé drastiquement notre approche à la nature, à la ville. Ils ont vu l’industrialisation et le développement des métropoles, les transformations du marché de l’art », explique Sylvie Patry, conservatrice générale du musée parisien.
Pour Manuel Rabaté, cette émergence de modernité trouve écho dans la région du Golfe, elle aussi, en pleine transformation. De plus, « il y a une sorte de résonance entre une scène artistique locale en plein épanouissement et le cheminement des impressionnistes qui ont voulu changer de méthodologie, de sortir des ateliers, d’expérimenter. C’est intéressant de comprendre comment s’est déroulée l’aventure d’un mouvement aussi important ».
Un big-bang conceptuel
Inauguré il y a cinq ans par le président français Emmanuel Macron, le Louvre Abu Dhabi est né d’un accord inter-gouvernemental signé en 2007 entre la France et les Emirats. Cet accord a été d’ailleurs prolongé de dix ans (jusqu’à 2047), lors de la visite du président français en décembre 2021 aux Emirats.
Imaginé comme une sorte de laboratoire pour la matière muséale, c’est aussi le premier musée universel dans la région. « Nous avons mis en orbite un musée exceptionnel et nous avons inventé une nouvelle manière de raconter le musée universel au cœur du monde arabe, au carrefour de l’Asie et de l’Ouest, nous avons reconnecté l’histoire. C’était très fort et je pense qu’il y a eu une sorte de big-bang conceptuel », affirme Manuel Rabaté . 
Or « raconter ce qu’est l’universel dans la péninsule arabique au XXIe siècle était un vrai défi », selon Hervé Barbaret, directeur général de France Museums. « Et le dialogue entre les Emiratis et les Français a permis de construire cette nouvelle approche ». La difficulté venait du fait que le modèle universel au XXIe siècle n’est pas celui qui a été construit en France à l’époque de la philosophie des lumières au 18e siècle. « Avec, soyons honnêtes, une dimension assez occidentalo-centrée ».  
Pour construire le projet du Louvre Abu Dhabi il a fallu donc « renverser la table et se dire que le dialogue des cultures est un dialogue d’égal a égal. », constate Hervé Barbaret.
Bilan et perspectives
Cette nouvelle façon de raconter l’Histoire partagée de l’humanité à travers l’histoire de l’art se traduit par le partage des œuvres à travers les collaborations avec les établissements étrangers et locaux à l’instar de ceux de la Jordanie, de l’Arabie saoudite, d’Oman ou encore des autres émirats. Et un besoin de construire une collection qui reflète le caractère unique du musée. Le Louvre Abou Dhabi possède aujourd’hui environ mille objets dans sa collection propre.
Bien que l’accord franco-émirati prévoit les prêts des musées français, ils vont décroître aux fur et à mesure des années. Dans huit ans, « le Louvre Abou Dhabi doit être capable de voler de ses propres ailes », affirme Hervé Barbaret.
En cinq ans d’existence, le musée a enregistré 3 millions de visiteurs, malgré les trois années de Covid. Pour Manuel Rabaté, le premier bilan est positif, même s’il est écorné par la pandémie.
« Nous avons réussi à être résilients. On a fermé le musée pendant cent jours seulement et nous avons réussi à maintenir notre exigence de qualité pour les expositions et les galeries permanentes, et dans les programmations pour le public », se félicite le directeur. « Nous avons joué notre rôle dans les stratégies touristiques et éducatives, nous avons participé au côté « vivre ensemble » des communautés. Maintenant nous sommes en train de reconquérir notre jeune public, celui des écoles. Cela nous manquait et c’était très frustrant car nous avons une mission de transmission. »
Recherche sur la matérialité des œuvres
La Covid-19 a mis en pause plusieurs projets du musée, dont celui de l’Académie Louvre Abu Dhabi avec une offre des formations en histoire de l’art a destination du grand public. Maintenant que la pandémie s’estampe, « nous souhaitons labelliser le fait que l’on est un lieu de formation et d’excellence », affirme le directeur. Ainsi, sous les pieds du visiteur, se sont construits un laboratoire de recherche et un centre de documentation. « Nous menons des projets de recherche sur la matérialité des œuvres et sur les histoires inter-connectées », ajoute Manuel Rabaté. « Nous avons signé plusieurs accords avec les universités pour justement s’interfacer avec le système académique ». Enfin, dans le cadre du transfert des compétences, des jeunes Emiraties et Emiratis sont formés aux métiers de musée tels que conservateur, collection manager ou en médiation. 
Situé sur l’île de Saadiyat, le futur quartier culturel de la capitale des Emirats, le Louvre Abou Dhabi est le premier déjà réalisé, des cinq méga projets culturels, actuellement en construction. Ce nouveau paysage culturel représente un nouveau défi : il va rebattre les cartes et obligera à se ré-inventer. « Nous serons entourés par des lieux impressionnants tels que Zayed National Museum, Guggenheim Abou Dhabi, Musée de l’histoire naturelle, et même la maison Abrahamique. On va devoir être original à l’intérieur d’une scène qui se développe. », ajoute Manuel Rabaté. Ainsi, la stratégie doit s’articuler à l’intérieur de cet écosystème culturel et autour d’un accroissement de l’offre. « On va avoir besoin de penser à la programmation et de trouver des synergies avec les autres musées. Le but, c’est de ne pas se cannibaliser, mais bien sûr de grandir ensemble ».
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
https://arab.news/9wpgn
DHAHRAN: La musique nostalgique du Caire a élégamment résonné sur la scène de Dhahran dans le cadre des concerts d’hommage à Abdel Halim cette semaine.
Depuis le 11 octobre, le cinéma Ithra, en collaboration avec le Festival international de Baalbek, transporte les spectateurs au Caire. Cinquante musiciens, dirigés par Hicham Gabr, ainsi que le chanteur Mohammed Chawki, ont ému le public par leur interprétation de douze classiques de la légende égyptienne Abdel Halim Hafez, notamment Gana el Hawa, Ahwak et Wehyat Albi.
Abdel Halim aurait certainement apprécié ces performances, lui qui était fan des concerts en direct. Il a rarement sorti des albums studio au cours de sa vie, et il était connu qu’il préférait présenter ses morceaux devant un public. Ses concerts affichaient toujours complet, tout comme ceux du cinéma Ithra aujourd’hui.
Bien qu’il soit décédé il y a quarante-cinq ans, les spectateurs sont venus spécialement pour voir des images d’Abdel Halim et des clips de son répertoire de plus de 30 films défiler sur un écran, pendant que sa musique est jouée en direct. Un homme, vêtu d’un thobe (l’équivalent d’une robe blanche qui va jusqu’aux chevilles) et d’un shemagh, a gardé une pose stoïque tout le long d’un des concerts. Il ne semblait ni applaudir ni réagir, mais à la fin, il a lancé à voix basse, ne s’adressant à personne en particulier: «Qu’il repose en paix, mais la voix du chanteur sur scène est plus belle que celle d’Abdel Halim!»
Les spectateurs étaient de tous âges, de la génération Z aux baby boomers.
Lina Aljaber, en dernière année d’université, est arrivée au concert une heure à l’avance. Son enthousiasme n’a cessé de grandir au fur et à mesure que la file d’attente s’allongeait. Elle a été ravie de découvrir qu’un aussi grand nombre de personnes – dont beaucoup de jeunes – étaient venus rendre hommage à l’un de ses artistes préférés, une légende dans le monde arabe. Elle se souvient des étés passés au Caire avec son grand-père, décédé depuis, et elle a participé à l’hommage à Ithra en sa mémoire.
«J’ai grandi en écoutant Abdel Halim, donc c’est un souvenir spécial dans ma mémoire parce que chaque fois que je voyageais en Égypte – ma famille et moi formons un grand groupe – et je me souviens toujours des moments où je m’asseyais au balcon avec mon grand-père. Il passait les chansons d’Abdel Halim, nous nous asseyions et admirions la vue sur le Nil», raconte Mme Aljaber à Arab News. «Ce souvenir est resté gravé en moi et je m’en souviendrai toute ma vie. J’adore Abdel Halim comme chanteur, acteur et auteur-compositeur. Il est tellement passionné, et sa voix est magnifique. Je ne pense pas avoir entendu une voix comme la sienne.»
Rim, une jeune femme de la région, s’est rendu au concert après une longue journée de travail. «C’est la première fois de ma vie que j’assiste à un concert! Franchement, j’ai aimé que les spectateurs soient tous tirés à quatre épingles. Nous ne sommes pas habitués à voir ça en dehors de ce genre d’endroits. La seule chose que je n’ai pas aimée est que les spectateurs n’avaient pas mémorisé les chansons avant de venir!», confie-t-elle à Arab News.
La jeune femme était accompagnée de ses proches et d’une amie, et ils ont tous chanté avec enthousiasme et savouré l’atmosphère. Avant le concert, ils ont dîné à Zooba, un restaurant venu tout droit du Caire et qui a récemment ouvert ses portes. Il sert les plats égyptiens favoris avec une touche moderne et offre à chaque détenteur de billet un coupon pour un riz au lait gratuit afin de débuter ou de terminer la soirée en douceur.
Le concert d’hommage à Abdel Halim commence à 20h et dure environ une heure et demie. Le dernier concert aura lieu le 15 octobre.
Les billets coûtent 250 riyals saoudiens (1 riyal = 0,27 euro) et peuvent être achetés sur l’application d’Ithra, sur son site Web ou sur place.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

source

bilan professionnel Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan pro Poitiers tours

pourquoi faire un bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

contenu d’un bilan de compétences Poitiers tours

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire