ASIE – DIPLOMATIE : L'APEC à BANGKOK a montré que la coopération Asie-Pacifique fonctionne ! – Gavroche Thaïlande

APEC Thaïlande
 
 
Une chronique de notre expert Ioan Voicu, ancien Ambassadeur de Roumanie en Thaïlande. Quel bilan tirer du sommet de l’APEC, sur le plan de la diplomatie ?
 
Observations préliminaires<
 
Les Dirigeants économiques de l’APEC se sont rencontrés en personne pour la première fois en quatre ans à Bangkok les 18 et 19 novembre 2022.
 
La Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) est un forum de coopération original sur la scène mondiale. De par sa composition, il s’agit d’un forum intergouvernemental regroupant 21 économies membres qui promeut le libre-échange dans toute la région Asie-Pacifique. Après un certain nombre de conférences post-ministérielles réussies de l’ASEAN, l’APEC a commencé son fonctionnement en 1989 en réponse à l’interdépendance croissante des économies de l’Asie-Pacifique et à l’avènement de blocs commerciaux régionaux dans d’autres parties du monde. Son principal objectif initial était d’établir de nouveaux marchés pour les produits agricoles et les matières premières au-delà de l’Europe.
 
L’APEC a son siège à Singapour et est aujourd’hui reconnue comme l’un des blocs multilatéraux au plus haut niveau et l’un des plus anciens forums de la région Asie-Pacifique et exerce une influence importante sur l’économie mondiale.
 
Les membres de l’APEC incluent : l’Australie ; Brunei Darussalam; Canada; Chili; la République  Populaire de Chine; Hong-Kong, Chine ; Indonésie; Japon; République de Corée; Malaisie; Mexique; Nouvelle-Zélande; Papouasie Nouvelle Guinée; Pérou; Les Philippines; la Russie; Singapour; Taipei Chinois; Thaïlande et États-Unis d’Amérique.
 
L’APEC compte également trois observateurs officiels : le Secrétariat de l’ASEAN, le Conseil de coopération économique du Pacifique et le Secrétariat du Forum des îles du Pacifique.
 
La Déclaration des Dirigeants de l’APEC 2022 a été adoptée par consensus à Bangkok le 19 novembre 2022.
Ce document diplomatique comporte 23 paragraphes et commence par rappeler que l’APEC poursuivra la mise en œuvre de la Vision 2040 de l’APEC Putrajaya, notamment à travers le Plan d’action d’Aotearoa en 2022 sous le thème APEC “Open. Connect. Balance.”. Nous analyserons intégralement ce document sans omettre aucun paragraphe, en utilisant la terminologie du texte original et en respectant les nombreuses abréviations anglaises établies par ses négociateurs et rédacteurs diplomatiques et en n’évitant pas les répétitions inévitables.
 
L’APEC fait progresser le travail à travers trois priorités : être ouvert à toutes les opportunités, connecté dans toutes les dimensions et équilibré dans tous les aspects, afin de faire progresser une croissance économique robuste, innovante et inclusive à long terme, ainsi que des objectifs de durabilité en Asie-Pacifique région.
 
Sur le fond, les Dirigeants de l’APEC 2022 déclarent : “Nous avons intensifié nos efforts pour répondre à la pandémie de COVID-19 et atténuer son impact sur nos populations et nos économies afin de promouvoir la santé et le bien-être, ainsi que d’améliorer le niveau de vie général pour tous”.
 
Une solution de compromis intéressante a été trouvée sur le libellé des formulations traitant de la guerre en Ukraine, telles qu’elles figurent dans le paragraphe suivant reproduit in extenso :
 
« Cette année, nous avons également été témoins de la guerre en Ukraine qui a encore plus d’impact négatif sur l’économie mondiale. Il y a eu une discussion sur la question. Nous avons réitéré nos positions telles qu’exprimées dans d’autres enceintes, y compris le Conseil de sécurité et l’Assemblée générale des Nations unies, qui, dans la résolution n° ES-11/1 du 2 mars 2022, telle qu’adoptée à la majorité (141 voix pour, 5 contre, 35 abstentions, 12 absents) déplore dans les termes les plus vifs l’agression de la Fédération de Russie contre l’Ukraine et exige son retrait complet et inconditionnel du territoire ukrainien. La plupart des membres ont fermement condamné la guerre en Ukraine et ont souligné qu’elle causait d’immenses souffrances humaines et exacerbait les fragilités existantes de l’économie mondiale – en freinant la croissance, en augmentant l’inflation, en perturbant les chaînes d’approvisionnement, en aggravant l’insécurité énergétique et alimentaire et en augmentant les risques pour la stabilité financière. Il y avait d’autres points de vue et différentes évaluations de la situation et des sanctions. Reconnaissant que l’APEC n’est pas le forum pour résoudre les problèmes de sécurité, nous reconnaissons que les problèmes de sécurité peuvent avoir des conséquences importantes pour l’économie mondiale ».
 
Quels sont les grands engagements de l’APEC ?
 
Ses Dirigeants répondent à cette question en réaffirmant « l’engagement de réaliser la vision de l’APEC Putrajaya d’une communauté Asie-Pacifique ouverte, dynamique, résiliente et pacifique d’ici 2040, pour la prospérité de tous nos peuples et des générations futures. Nous continuerons à promouvoir les efforts visant à renforcer le leadership et la position de l’APEC en tant que premier forum économique de l’Asie-Pacifique, ainsi qu’en tant qu’incubateur d’idées moderne, efficace et efficient. La coopération de l’APEC contribuera à des solutions pratiques aux défis communs et complétera les efforts mondiaux, y compris l’Agenda 2030 des Nations Unies pour le développement durable. À cette fin, nous décidons de donner une impulsion au travail effectué en 2022 et de coordonner nos actions à l’échelle de l’APEC en matière de durabilité par le biais des Objectifs de Bangkok sur l’économie bio-circulaire-verte (BCG) ».
 
Dans une terminologie soigneusement choisie, les Dirigeants de l’APEC résument leur position sur le commerce et l’investissement. Ils considèrent que « le commerce et l’investissement jouent un rôle essentiel et indispensable dans l’amélioration de la prospérité de notre peuple en aidant à relever les défis mondiaux et peuvent ouvrir des opportunités qui offrent des avantages tangibles. Nous soulignons l’importance du commerce international et de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour faciliter la reprise économique mondiale, la croissance, la prospérité, la réduction de la pauvreté, le bien-être de tous, le développement durable et faciliter la coopération en matière de protection et de conservation du environnement. Nous réaffirmons notre détermination à créer un environnement de commerce et d’investissement libre, ouvert, équitable, non discriminatoire, transparent, inclusif et prévisible. Nous continuerons à travailler pour garantir des conditions de concurrence équitables afin de favoriser un environnement commercial et d’investissement favorable et réaffirmer notre engagement à maintenir les marchés ouverts et à faire face aux perturbations de la chaîne d’approvisionnement ».
 
La question du commerce ne pouvait se limiter à des aspects de principe.
 
Par conséquent, la Déclaration de l’APEC continue avec un certain nombre d’éléments spécifiques. Ainsi, les Dirigeants « saluent les résultats fructueux de la douzième Conférence ministérielle de l’OMC (CM12) et sont déterminés à maintenir et à renforcer davantage le système commercial multilatéral fondé sur des règles, avec l’OMC en son centre. Nous attendons avec impatience la mise en œuvre rapide et efficace des résultats de la CM12. Nous coopérerons au sein de l’OMC pour continuer à soutenir sa réforme nécessaire pour améliorer toutes ses fonctions, afin de faire en sorte qu’elle puisse mieux relever les défis commerciaux mondiaux existants et émergents. Nous nous engageons à travailler ensemble en vue de réaliser des progrès significatifs d’ici la treizième Conférence ministérielle de l’OMC ».
 
La question du libre-échange est, comme on le sait, à l’ordre du jour diplomatique permanent aux niveaux régional, interrégional et mondial. Les Dirigeants de l’APEC n’ont pu éviter d’exprimer leur position sur la situation actuelle. Dans ce contexte, ils ont reconnu « les contributions utiles de la Déclaration de Lima et de la Feuille de route de Pékin sur la progression de l’agenda de la Zone de libre-échange de l’Asie-Pacifique (FTAAP) »
 
Dans le même temps, ils ont salué «l’avancement de ce programme cette année grâce à une conversation renouvelée sur le FTAAP dans la pandémie de COVID-19 et au-delà. Nous continuerons à tirer parti de cet élan vers des entreprises régionales complètes et de haute qualité par le biais du plan de travail de l’agenda de la FTAAP ».
 
De plus, les dirigeants de l’APEC ont décidé de « charger les responsables de rendre compte à l’AMM des progrès réalisés dans l’exécution du plan de travail au cours des années suivantes…. renforcer davantage notre engagement avec les parties prenantes, y compris le Conseil consultatif des entreprises de l’APEC (ABAC) et intensifier les dialogues entre les secteurs public et privé ».
 
Sur une note positive, les Dirigeants de l’APEC ont également évalué les réalisations passées dans le domaine considéré. Ils “notent avec satisfaction les recommandations de l’ABAC pour faire avancer les programmes de travail de la FTAAP. Nous saluons la collaboration des secteurs public et privé entre les ministres responsables du commerce (MRT) et l’ABAC, qui souligne l’accent mis par l’APEC sur la promotion d’un développement économique inclusif. Nous poursuivrons également nos efforts de renforcement des capacités pour améliorer les compétences de négociation commerciale des économies ».
 
Étant donné que la pandémie de COVID-19 a eu un fort impact négatif sur l’économie mondiale, les Dirigeants de l’APAC ont jugé approprié de soumettre des propositions adéquates. Selon eux, « afin de parvenir à une reprise économique post-COVID-19, notre priorité est de conduire une réforme structurelle axée sur la croissance, conçue pour être inclusive, durable et propice à l’innovation. Cela comprend la promotion d’un environnement propice pour les entreprises de tous types, en particulier les micro, petites et moyennes entreprises (MPME) et les start-ups, et la collaboration pour améliorer leurs opportunités d’être compétitives, spécialisées, innovantes et de se développer sur les marchés internationaux. . Nous réaffirmons notre engagement envers le Programme renforcé de l’APEC pour la réforme structurelle (EAASR) et nous nous efforçons de faire des progrès collectifs et individuels, y compris sur la facilité de faire des affaires ».
 
En outre, traitant du même domaine d’activité, les Dirigeants ont reconnu “l’urgence d’améliorer la compétitivité du secteur des services, en particulier les voyages, les transports et d’autres services qui ont été les plus durement touchés par la pandémie de COVID-19. Nous réitérons notre engagement à accélérer les travaux en réponse à l’examen à mi-parcours de la Feuille de route pour la compétitivité des services (ASCR) de l’APEC, dans le but de mettre pleinement en œuvre l’ASCR d’ici 2025. En augmentant la part mondiale de l’APEC dans le commerce des services, nous pourrons injecter dynamisme de notre économie et renforcer la position de l’APEC en tant que moteur de la croissance mondiale ».
 
Les Dirigeants font preuve de sensibilité dans leur approche des phénomènes économiques actuels affectant l’économie mondiale. Ils considèrent que « les politiques macroéconomiques et structurelles sont essentielles pour lutter contre la hausse de l’inflation, inaugurer une reprise économique soutenue et relever le niveau de vie dans la région. Nous réaffirmons l’importance du financement durable, du renforcement des capacités et de l’assistance technique pour l’innovation et la croissance ainsi que pour relever tous les défis environnementaux, y compris le changement climatique. Nous continuerons à faire progresser les outils numériques pour faciliter les activités économiques et la fourniture de services publics, y compris la fourniture d’assistance et de plans de relance à la population, et pour favoriser l’inclusion financière ».
 
Les transports et la connectivité sont des domaines d’action vitaux dans toutes les régions.
 
Cela semble être la raison pour laquelle les Dirigeants de l’APEC « saluent le travail de l’APEC sur le passage en toute sécurité, y compris dans le cadre du groupe de travail sur le passage en toute sécurité. Nous poursuivrons notre coopération pour promouvoir des voyages transfrontaliers sûrs et fluides dans notre région alors que nous sortons de la pandémie de COVID-19, y compris pour la main-d’œuvre essentielle, y compris les équipages aériens et maritimes, ainsi que pour améliorer les infrastructures et les outils, tels que l’interopérabilité des certificats de vaccination et s’assurer que la carte de voyage d’affaires APEC (ABTC) est inclusive ».
 
En ce qui concerne la connectivité, les Dirigeants de l’APEC « réaffirment notre engagement à renforcer une région Asie-Pacifique ouverte et interconnectée, notamment par la mise en œuvre du plan de connectivité de l’APEC (2015-2025). Nous renforcerons la connectivité physique, institutionnelle et interpersonnelle, tirerons parti de la connectivité numérique et intensifierons nos efforts pour promouvoir la connectivité régionale, sous-régionale et éloignée grâce au développement d’infrastructures de qualité et à des investissements. Nous allons promouvoir un tourisme régénérateur durable, inclusif et résilient, et connecter l’ensemble de l’écosystème touristique. Nous soutenons les efforts visant à favoriser des chaînes d’approvisionnement ouvertes, sécurisées et résilientes, à améliorer la connectivité de la chaîne d’approvisionnement et à minimiser les perturbations de la chaîne d’approvisionnement. Nous encourageons les économies à poursuivre leurs efforts pour éliminer les obstacles aux services liés à la logistique. Nous saluons l’approbation de la phase trois du plan d’action du cadre de connectivité de la chaîne d’approvisionnement par les ministres de l’APEC ».
 
Économie numérique
Ayant à l’esprit le développement actuel et futur de l’économie numérique, les Dirigeants de l’APEC ont décidé de proposer quelques lignes directrices utiles dans ce domaine. Selon eux, “la technologie numérique et l’innovation ont un rôle plus important à jouer pour faire progresser une croissance inclusive et durable, améliorer l’accès aux services ainsi que les opportunités de générer des revenus et d’améliorer les moyens de subsistance de notre population, notamment en encourageant la transition des acteurs économiques de l’informel à l’économie formelle. Nous approfondirons la coopération pour combler les fossés numériques entre les économies et au sein de celles-ci, notamment en facilitant l’accès à l’infrastructure numérique et en soutenant le développement des compétences numériques et de la culture numérique. Nous coopérerons pour faciliter le flux de données et renforcer la confiance des entreprises et des consommateurs dans les transactions numériques ».
 
Une attention particulière est accordée dans la Déclaration à l’impact de la transformation numérique  dans la région. « Nous encourageons l’APEC à incuber davantage d’initiatives de coopération de pointe et plus complètes sur l’économie numérique. Nous allons donc accélérer la mise en œuvre de la Feuille de route de l’APEC pour l’Internet et l’économie numérique (AIDER) afin d’exploiter les technologies nouvelles et émergentes et le plein potentiel de notre société, ainsi que de créer un écosystème numérique favorable, inclusif, ouvert, équitable et non discriminatoire pour les entreprises et les consommateurs’ ».
 
L’équilibre de l’économie mondiale
 
Sous le thème APEC 2022 « Open. Connect. Balance »  les Dirigeants de l’ APEC  affirment leur « engagement à promouvoir une croissance forte, équilibrée, sûre, durable et inclusive ». À cet égard, ils sont réalistes et « reconnaissent que des efforts plus intensifs sont nécessaires pour relever les défis actuels, notamment le changement climatique, les conditions météorologiques extrêmes et les catastrophes naturelles, la sécurité alimentaire et les transitions énergétiques durables qui réduisent les émissions de gaz à effet de serre, tout en garantissant la résilience énergétique, l’accès et la sécurité dans la région, notamment en facilitant les investissements dans les activités pertinentes ».
 
Reconnaître théoriquement ce qui doit être fait en général n’est pas suffisant. C’est pourquoi les Ddirigeants de l’APEC rappellent leur « engagement à rationaliser et à éliminer progressivement les subventions aux combustibles fossiles inefficaces qui encouragent la consommation inutile, tout en reconnaissant l’importance de fournir à ceux qui en ont besoin des services énergétiques essentiels. Pour atteindre cet objectif, nous poursuivrons nos efforts de manière accélérée. Nous continuerons également à prendre des mesures concrètes pour mettre en œuvre la feuille de route de l’APEC sur la lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN) et la feuille de route de l’APEC sur les débris marins. À cette fin, nous accélérerons les efforts pour promouvoir des politiques économiques, la coopération et la croissance qui soutiennent les actions mondiales visant à relever de manière globale tous les défis environnementaux et appelons à une collaboration approfondie avec les parties prenantes pour réaliser des progrès substantiels ».
 
Une importante décision pratique a été annoncée dans la Déclaration présentée dans ces pages. L’APEC a approuvé les Objectifs de Bangkok sur l’économie bio-circulaire-verte (BCG) en tant que cadre global pour faire avancer les objectifs de durabilité de l’APEC. À cet égard, les dirigeants de l’APEC « feront progresser les objectifs de Bangkok de manière audacieuse, réactive et globale, en s’appuyant sur les engagements et les axes de travail existants et en envisageant de nouveaux objectifs ambitieux. Nous saluons également le lancement du prix APEC BCG cette année pour reconnaître les réalisations en matière de développement durable dans la région ».
 
Faire face aux crises
 
Gardant à l’esprit que la pandémie de COVID-19 n’est pas terminée, les Dirigeants de l’APEC ont décidé de continuer à “mobiliser des ressources pour lutter contre la pandémie de COVID-19 et renforcer les systèmes existants pour prévenir, se préparer et répondre aux futures menaces pour la santé”.
 
Une annonce prometteuse a été faite à cet égard. Les Dirigeants de l’APEC sont déterminés à assurer une large immunisation de leur population contre le COVID-19 en tant que bien public mondial. Il est impératif de renforcer davantage le personnel de santé publique, en reconnaissant leurs énormes contributions à la protection de la vie des personnes et à la sauvegarde de leur santé. Les efforts doivent se poursuivre pour améliorer les solutions numériques et l’accès aux services de santé, et renforcer les systèmes de santé en vue de parvenir à la couverture sanitaire universelle.
 
Les Dirigeants de l’APEC ont réagi à la menace de crise alimentaire. Ils ont décidé de s’engager à « accélérer et intensifier les travaux visant à promouvoir le développement agricole, y compris dans les zones rurales, et à promouvoir la sécurité alimentaire à long terme en veillant à ce que les systèmes agricoles et alimentaires soient plus résilients  productif, innovants et durables, renforçant les chaînes d’approvisionnement alimentaire mondiales et réduisant les pertes et le gaspillage alimentaires.
 
En outre, les Dirigeants de l’APEC ont également réaffirmé leur « engagement à œuvrer en faveur de la gestion durable des ressources agricoles, forestières et marines et de la pêche. Ils ont salué le plan de mise en œuvre de la feuille de route pour la sécurité alimentaire à l’horizon 2030 en tant que voie vers une alimentation suffisante, sûre, nutritive, accessible et abordable pour tous.
 
Domaine social
 
Les questions sociales ne pouvaient pas être absentes de cette Déclaration, même si elle est spécifiquement axée sur les questions économiques. Les considérations des dirigeants de l’APEC dans ce domaine méritent d’être reproduites in extenso. Ils reconnaissent que la croissance économique à long terme ne peut être atteinte qu’en réalisant le plein potentiel de la société. Ils saluent les efforts continus visant à utiliser une approche d’intégration de la dimension de genre dans les processus pertinents de l’APEC et à accélérer la mise en œuvre intégrale de la feuille de route de La Serena pour les femmes et la croissance inclusive (2019-2030). Ils s’engagent à créer un environnement où tous, y compris les MPME et les femmes, sont habilités à accéder aux opportunités économiques et à contribuer à l’économie et à en bénéficier.
 
S’appuyant sur ces initiatives, les Dirigeants de l’APEC encouragent de nouveaux efforts pour élargir le travail de l’APEC avec d’autres groupes ayant un potentiel économique inexploité, tels que les peuples autochtones, le cas échéant, les personnes handicapées et celles des communautés éloignées et rurales, tout en promouvant le rôle des jeunes dans l’avancement une croissance économique inclusive et durable. L’APEC mettra un accent particulier sur le développement des ressources humaines, en particulier l’accès aux ressources, la reconversion, le perfectionnement, l’apprentissage tout au long de la vie et d’autres formes de soutien, afin de faire progresser l’emploi et le travail décent pour tous, ainsi que de permettre à la main-d’œuvre de participer et de diriger les économies numériques et vertes.
 
Les phénomènes négatifs ne sont pas omis d’être mentionnés. Les Dirigeants de l’APEC ont reconnu l’impact préjudiciable de la corruption sur la croissance économique et le développement et ils se sont engagés à prendre des mesures pratiques et à adopter une approche unie, pour lutter conjointement contre la corruption transfrontalière et refuser un refuge sûr aux coupables de corruption et à leurs avoirs illicites.
 
Futur et passé
 
Un accent particulier est mis dans la Déclaration sur certaines actions futures. Par exemple, les Dirigeants de l’APEC ont réitéré leur engagement à accélérer la réalisation de la Vision 2040 de l’APEC Putrajaya, notamment par le biais du Plan d’action d’Aotearoa. Dans cette entreprise, il est nécessaire d’améliorer la gouvernance et la structure organisationnelle de l’APEC, en vue de mettre en œuvre de manière efficace et efficiente tous les éléments de la Vision 2040 de l’APEC Putrajaya et d’approfondir l’engagement avec les parties prenantes, y compris l’ABAC, et les organisations internationales et régionales.
 
En ce qui concerne les événements passés de l’APEC, les Dirigeants se sont félicités des résultats de la réunion ministérielle de l’APEC de 2022, ainsi que des réunions ministérielles sectorielles de 2022 pour le commerce, le tourisme, la santé, la foresterie, la sécurité alimentaire, les femmes et l’économie, les petites et moyennes entreprises et finances.
 
Enfin, les Dirigeants de l’APEC ont remercié la Thaïlande d’avoir accueilli l’APEC en 2022, dans l’attente de l’APEC 2023, qui sera organisée par les États-Unis d’Amérique et ils ont également accueilli le Pérou et la République de Corée en tant qu’hôtes de l’APEC 2024 et 2025, respectivement.
 
Une question restait sans réponse dans la Déclaration. L’APEC peut-elle être élargie à l’avenir ? Des documents diplomatiques informels fournissent des informations préliminaires.
 
Les candidats actuels à l’admission à l’APEC sont : l’Inde, Bangladesh, Pakistan, Sri Lanka, Macao,  Mongolie, Laos, Cambodge, Costa Rica, Colombie, Panama et Équateur.
 
Conclusion
 
Le Président français Emmanuel Macron a eu « effectivement l’honneur d’être le premier président européen à être invité à un sommet de l’APEC, ce qui est formidable ». Aucune référence à la valeur de solidarité  ne figure pas dans la Déclaration analysée ci-dessus. Heureusement, le Président français a eu le mérite de rappeler dans sa déclaration devant les Dirigeants de l’APEC un devoir fondamental : “concevons notre ordre mondial également en termes de solidarité Nord-Sud”. Le même orateur a utilisé peut-être la meilleure formule pour décrire la nature unique de l’APEC sur l’arène mondiale. Il a dit : « les économies de l’APEC sont la matrice de la mondialisation. …Et de fait, la région représente les hubs essentiels du commerce international ».
 
Une attention particulière doit être accordée à la déclaration faite par Xi Jinping, Président de la République populaire de Chine, lors du sommet de l’APEC. Dans un discours détaillé devant tous les Dirigeants de l’APEC, il a notamment déclaré ce qui suit : « Le XXIe siècle est le siècle de l’Asie-Pacifique. Notre région, qui représente un tiers de la population mondiale, plus de 60 % de l’économie mondiale et près de la moitié du commerce mondial, est la ceinture de croissance la plus dynamique au monde. Nous, membres de cette région, avons parcouru un long chemin dans la poursuite du développement économique, et nous allons sûrement écrire un chapitre encore plus brillant dans les années à venir ».
 
Un chapitre aussi brillant ne peut s’écrire que collectivement par les contributions de tous les membres de l’APEC s’ils sont véritablement guidés par le devoir de solidarité et un sens aigu des responsabilités quant au sort de la coopération interrégionale sur notre planète.
 
Ioan Voicu

source

bilan professionnel Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan pro Poitiers tours

pourquoi faire un bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

contenu d’un bilan de compétences Poitiers tours

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire