Analyse | Le nouveau maire de Québec est ambitieux, mais quelle vision pour Québec? – Radio-Canada.ca

Nous utilisons les témoins de navigation (cookies) afin d'opérer et d’améliorer nos services ainsi qu'à des fins publicitaires. Le respect de votre vie privée est important pour nous. Si vous n'êtes pas à l'aise avec l'utilisation de ces informations, veuillez revoir vos paramètres avant de poursuivre votre visite.Gérer vos témoins de navigationEn savoir plus
Vous naviguez sur le site de Radio-Canada

Le maire de Québec fait le bilan de sa première année à la tête de la Ville de Québec.
Photo : Radio-Canada / Steve Breton
Bruno Marchand a créé beaucoup d'attentes, mais ses objectifs pour la Ville semblent modestes.
Après un an de pouvoir, il reste difficile de voir qu'elle est la vision du maire Marchand pour sa ville. Il est ambitieux. Il le répète à qui veut l'entendre depuis son élection. Mais quand on lui demande ce qu'il veut réaliser dans le premier mandat, il semble porté par des idées sans grande envergure.
En entrevue éditoriale avec Radio-Canada, Bruno Marchand parle de bonne gestion des finances, de dialogue avec les citoyens ou encore d'une ville qui s'adapte aux changements climatiques.
Il ne pense pas en termes de grands projets comme son prédécesseur. Il entend réaliser le tramway, mais aurait-il eu la détermination qu'il faut pour lancer le projet si l'occasion s'était présentée sous son administration? Il répond plutôt qu'il n'aurait pas hésité à y mettre fin s'il avait découvert que le projet avait été mal préparé.
Le maire de Québec, Bruno Marchand, répond aux questions de Radio-Canada.
Photo : Radio-Canada / Steve Breton
Il ne pense pas non plus à un projet phare qui pourrait porter sa signature. Pas parce qu'il est encore trop tôt pour parler d'un legs, mais parce qu'il n'y voit pas d'intérêt.
Il n'est pas non plus en mesure de dire en quoi le budget qui sera déposé dans les prochaines semaines portera le seau de Québec forte et fière, son parti. Il ne souhaite pas être en rupture avec l'administration précédente. Il est convaincu que faire de la politique autrement ce n'est pas de tout jeter à la poubelle pour tout recommencer. C'est poursuivre sur les traces de son prédécesseur.
Il affirme qu'il y a peu de marge de manoeuvre dans un budget municipal. Il souligne que les dépenses courantes viennent gruger une bonne partie des revenus.
Régis Labeaume ne s'en est jamais formalisé. Pour avoir les moyens de ses ambitions, il a instauré une politique de gestion de la dette, il a amélioré la cote de crédit de la Ville et a inclus le paiement comptant des immobilisations.
L'ancien maire a maintenu les investissements à un niveau record, année après année, pour réparer les rues et assurer la pérennité des infrastructures tout en construisant un amphithéâtre, en misant sur les grands événements et sur des événements sportifs internationaux.
Quand le maire Marchand a été élu il y a un an, il avait un objectif bien précis en tête : se faire connaître et faire oublier son prédécesseur. Porté par les dossiers chauds, il a rapidement réussi à s'imposer. Sa gestion de la crise au SPVQ après des arrestations musclées et son appel au calme lors des manifestations des camionneurs anti-mesures sanitaires lui ont permis d'avoir beaucoup d'attention, bien au-delà des frontières de la ville.
Son véritable tour de force, c'est d'avoir tenu tête au gouvernement du Québec et aux élus caquistes de la région dans le dossier des rues partagées du projet de tramway. En l'espace de quelques jours, il est passé du ton plus conciliant à celui plus tranchant. Du même coup, il a réussi à rallier les maires des grandes villes du Québec sur une question de compétence municipale. Ce jour-là, il a probablement sauvé le projet de tramway du naufrage.
Les ministres François Bonnardel et Geneviève Guilbault ont annoncé en avril dernier que les décrets pour le projet de tramway de la Ville de Québec avaient été adoptés.
Photo : Radio-Canada
Dans les premiers mois de son mandat, le maire a donné cette impression qu'il savait exactement ce qu'il faisait et où il voulait aller. Tandis qu'il éteignait des feux, il a pu compter sur une administration qui avait toute la compétence et la flexibilité qu'il fallait pour répondre aux imprévus, gracieuseté de son prédécesseur qui avait laissé la maison en ordre.
Que ce soit dans le dossier de la qualité de l'air dans Limoilou ou encore de l'itinérance, le maire fait des promesses qu'il n'arrive à tenir qu'en partie. Ce n'est pas faute d'avoir essayé. De son propre aveu, il met toute la pression qu'il faut pour s'assurer que la machine comprenne bien les enjeux, quitte à rater la cible de peu. Il faut brasser la cage si on veut faire avancer les dossiers. Ce n'est qu'une question d'échéancier, selon lui.
Bruno Marchand dirait qu'il préfère l'imperfection au néant. En entrevue avec Radio-Canada, il reconnaît toutefois que cette façon de faire pourrait finir par lui jouer de mauvais tours. L'opposition officielle l'a bien compris. La lune de miel est terminée avec Québec d'abord.
Ces petits contretemps sont devenus, au fil des derniers mois, de petits cadeaux inespérés pour le jeune parti de Claude Villeneuve. Québec d'abord répète que M. Marchand n'est pas capable de tenir ses promesses. Claude Villeneuve va même jusqu'à dire que le maire risque de perdre en crédibilité.
Claude Villeneuve, chef de l’opposition officielle à la Ville de Québec, croit que le maire Marchand joue gros en ne tenant pas ses promesses.
Photo : Radio-Canada / Marc Andre Turgeon
La lune de miel est également terminée avec les détracteurs du projet de tramway. Plusieurs avaient compris en campagne électorale, l'automne dernier, que M. Marchand allait effectuer des modifications au projet qui ne sont pas matérialisées. L'enfouissement des fils, l'aménagement de la plateforme de béton au centre de la chaussée et le tracé sont restés comme prévu au projet initial.
Il ne suffit pas de promettre de collaborer avec les adversaires pour s'assurer de leur allégeance. Bruno Marchand a fait campagne sur le changement de ton qu'il allait imposer s'il était élu. Mais depuis, il a fait quelques mécontents.
Son modèle hybride à l'hôtel de ville a atteint sa limite. Au comité exécutif, il ne reste qu'un seul conseiller associé, Jean-François Gosselin, qui siège aussi comme indépendant. Au conseil municipal, son parti a presque la majorité après avoir accueilli trois conseillers de l'opposition officielle.
Dans la foulée des discussions pour Le Local, le maire s'est mis à dos des groupes communautaires qui ne font plus partie de l'équation pour trouver une solution permanente.
Il n'a pas su trouver non plus un compromis dans le dossier des quotes-parts avec les villes défusionnées. Les maires de L'Ancienne-Lorette et de Saint-Augustin-de-Desmaures ont repris leur contestation devant les tribunaux.
Bruno Marchand a aussi réussi à créer de la grogne auprès de quelques maires de la Rive-Sud en raison de sa position dans le dossier du troisième lien en plus de provoquer des frictions avec l'ancienne ministre responsable de la région, Geneviève Guilbault.
La nomination de Jonatan Julien à ce titre annonce des relations plus harmonieuses. Le maire Marchand le croit sincère dans sa volonté de construire le tramway. On verra à l'usure.
Bruno Marchand s'est avéré être un redoutable communicateur et un excellent porteur de ballon dans sa première année à la tête de la Ville.
Il dit en rétrospective que si son bilan se limitait à la première année de son mandat, il ne serait pas satisfait. Il sait que les gens de Québec veulent des résultats.
Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !
ImportantAfin de favoriser des discussions riches, respectueuses et constructives, chaque commentaire soumis sur les tribunes de Radio-Canada.ca sera dorénavant signé des nom(s) et prénom(s) de son auteur (à l’exception de la zone Jeunesse). Le nom d’utilisateur (pseudonyme) ne sera plus affiché.
En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio-Canada a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit.
Vous avez repéré une coquille?
Vous êtes témoin d’un événement?
Vous avez des questions sur notre travail?
Un an après l'entrée du nouveau programme de procréation assistée, les cliniques de fertilité débordent.
Un autre incendie est survenu dans la nuit de dimanche à lundi à Saint-Georges.
Les membres réclament plus de 18 % d'augmentations salariales en trois ans.
Un virus hautement contagieux qui s'attaque aux tomates fait son apparition dans les serres du pays et cause d'importantes pertes pour les …
La SAAQ refusait d'indemniser une famille dont un proche s'est suicidé au volant.
Les défis ne manquent pas pour le maire de Québec.
Le nouveau dépouillement aura lieu le mardi 23 novembre au centre communautaire de la municipalité.
En plus du vote extrêmement serré qui est contesté, la COVID-19 s'est invitée dans le processus.
Le maire sortant Régis Labeaume a imposé sa décision et freiné du même coup l'ascension de sa dauphine.
Le maire de Lévis n’exige pas de dépouillement judiciaire dans le district de Saint-Étienne.
Radio-Canada explique son erreur par « l’ampleur du vote par anticipation » et « un changement de tendance ».
Le maire élu revient sur une soirée rocambolesque où il a été déclaré perdant avant d'être donné gagnant.

source

bilan professionnel Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan pro Poitiers tours

pourquoi faire un bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

contenu d’un bilan de compétences Poitiers tours

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire