Analyse | Débats des chefs : à qui la chance du débutant … – Radio-Canada.ca

Nous utilisons les témoins de navigation (cookies) afin d'opérer et d’améliorer nos services ainsi qu'à des fins publicitaires. Le respect de votre vie privée est important pour nous. Si vous n'êtes pas à l'aise avec l'utilisation de ces informations, veuillez revoir vos paramètres avant de poursuivre votre visite.Gérer vos témoins de navigationEn savoir plus
Vous naviguez sur le site de Radio-Canada
Ce qu'il faudra surveiller en cette deuxième moitié de campagne, en particulier au cours des deux affrontements télévisés.
De gauche à droite : François Legault (Coalition avenir Québec), Dominique Anglade (Parti libéral du Québec), Gabriel Nadeau-Dubois (Québec solidaire), Paul St-Pierre Plamondon (Parti québécois), Éric Duhaime (Parti conservateur du Québec).
Photo : Radio-Canada
Françoise David avait fait forte impression lors du premier débat de la campagne électorale de 2012. Face à des adversaires rompus à l'exercice, la co-porte-parole de Québec solidaire avait su apporter un vent de fraîcheur.
Des observateurs avaient fait le même constat au sujet de Mario Dumont lors du débat de 1998, ou plus récemment, de Manon Massé en 2018.
Dans son livre portant sur la dernière campagne électorale, intitulé Qui veut la peau du Parti québécois?, Jean-François Lisée décrit bien le climat qui régnait dans les jours précédant les débats des chefs.
Personne ne savait quel serait l'impact de Manon Massé au débat. Le fait d'être une femme était un avantage, mais allait-elle réussir l'exploit de Françoise David aux débats précédents, ou sa personnalité allait-elle moins coller avec l'auditeur? Mystère.
S'il ne se manifeste pas systématiquement, l'avantage dont peut jouir un chef de parti qui en est à ses premières armes en débat peut parfois être déterminant.
L'ancien chef péquiste poursuit : Le mystère ne dura pas longtemps. Juste après le premier débat, dans les rapports quotidiens, les courbes QS et Manon Massé, qui avaient nettement fléchi dans les jours précédents, commencèrent à prendre du mieux.
Pour la première fois dans l'histoire du Québec, les deux débats prévus cette année opposeront cinq adversaires, dont quatre en seront à leur première expérience.
Dans ce contexte, difficile de savoir qui saura bénéficier de la chance du débutant, mais plusieurs s'attendent à ce que Gabriel Nadeau-Dubois et Éric Duhaime volent la vedette. Il est vrai que le co-porte-parole de Québec solidaire s'est avéré un adversaire des plus coriaces pour François Legault à l'Assemblée nationale.
Ce dernier ne semble d’ailleurs pas dédaigner un bon affrontement avec le chef de QS. C’est même devenu, pourrait-on dire, son adversaire préféré, comme l'illustrent ses sorties récentes sur les taxes orange.
Quant à Éric Duhaime, on n'a qu'à voir la facilité avec laquelle il évite les nombreux pièges qu'on lui tend pour se convaincre de ses talents de rhétoricien. Il est vrai que le chef conservateur a un peu perdu de sa superbe ces derniers jours, avec ses histoires de comptes de taxes impayés, mais une bonne performance dans les débats constituerait la meilleure des diversions.
Le défi consistera, à la fois pour Gabriel Nadeau-Dubois et pour Éric Duhaime, à bien doser leurs attaques afin d'éviter de donner l'impression d’avoir la critique pour seul argument.
L'ouvrage de Jean-François Lisée nous apprend toutefois que ce n'est pas de ceux dont on connaît le talent qu'il faut le plus se méfier :
[Manon Massé] bénéficierait du fait que, personne ne la percevant comme une menace, personne n'allait la contredire. Ses arguments n'allaient avoir à franchir aucun obstacle sérieux, ce qui, dans un débat, est une situation avantageuse.
Dans le contexte, Dominique Anglade et Paul St-Pierre Plamondon pourraient donc eux aussi surprendre. C'est que les attentes sont plus basses à leur égard.
Il est vrai qu’on pourrait difficilement imaginer un début de campagne plus difficile pour la cheffe libérale. À quatre jours de l’échéance, une quarantaine de candidats n’ont toujours pas officiellement déposé leur bulletin auprès d’Élections Québec. Sans parler de l’erreur de 16,3 milliards identifiée mercredi au cadre financier du parti. En dépit de toute cette adversité, Dominique Anglade a toutefois fait preuve d’une grande résilience jusqu’ici, ce qui pourrait bien la servir.
Quant au chef du Parti québécois, même s’il n’a pas galvanisé les foules jusqu’à présent, il a su étonner par la clarté de son message et la sincérité de ses convictions, notamment à l'émission Cinq chefs, une élection (Nouvelle fenêtre). Considérant sa faible notoriété, il a tout à gagner à se faire connaître — et rien de tel qu’une séquence de deux débats pour y parvenir.
Notre analyse de la performance des chefs à l'émission Cinq chefs, une élection
Face à autant d'adversaires, les deux débats qui s’en viennent risquent d'être éprouvants pour François Legault. Non seulement l'exercice est-il souvent plus difficile pour un premier ministre sortant, mais le chef de la CAQ a aussi la fâcheuse tendance à mettre les pieds dans le plat, comme on l’a vu ces derniers temps.
Le défi consistera pour lui à répondre à chacun de ses adversaires sans faire preuve d’arrogance et sans donner l'impression d'être constamment sur la défensive. Il devra, pour ce faire, trouver le bon dosage entre répliquer, attaquer et proposer. Ses critiques récentes contre ses vis-à-vis nous donnent d'ailleurs un indice de la manière dont il compte s'y prendre pour se démarquer. Pensons notamment à la question de l'immigration.
En toute justice, il faut préciser que l'exercice du débat a déjà souri à François Legault. En 2014, le chef de la CAQ était parvenu à remettre sur pied une campagne chancelante grâce à sa performance énergique lors du second débat.
La chance du débutant ne se manifeste d'ailleurs pas toujours. Parlez-en à Andrew Scheer, à Erin O'Toole ou à Jagmeet Singh, qui n'ont pas réussi à tirer leur épingle du jeu face à un Justin Trudeau qui, au pouvoir depuis 2015, ne pouvait pourtant plus jouer la carte de la nouveauté.
La campagne électorale n'a pas jusqu'ici soulevé de grandes passions, mais les deux débats prévus pourraient la rendre un peu plus excitante.
Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !
ImportantAfin de favoriser des discussions riches, respectueuses et constructives, chaque commentaire soumis sur les tribunes de Radio-Canada.ca sera dorénavant signé des nom(s) et prénom(s) de son auteur (à l’exception de la zone Jeunesse). Le nom d’utilisateur (pseudonyme) ne sera plus affiché.
En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio-Canada a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit.
Vous avez repéré une coquille?
Vous êtes témoin d’un événement?
Vous avez des questions sur notre travail?
Les élections provinciales sont pour le moment prévu le 2 octobre 2023.
Les 12 derniers mois auront été mouvementées sur le plan de la politique ontarienne. Les élections provinciales, l'adoption de nombreux projet …
Un analyste pense que ce sera un défi de taille pour les progressistes-conservateurs de renverser la vapeur.
Yvon Grenier, professeur de science politique à l'Université Saint-Francis-Xavier, fait le bilan de l'année politique 2022.
Le chef de police de Saskatoon doute des champs de compétences du nouveau service de police provinciale.
L'AFMNB se dit satisfaite par la mise en œuvre rapide de la réforme municipale, malgré les défis.
Des critiques ont été formulées à l'égard de la structure du SCRS pendant la commission Rouleau.
En novembre 2021, la ministre de la Défense avait ordonné le transfert de ces dossiers aux autorités civiles.
Les salaires peu élevés n'aident pas au recrutement d'éducateurs.
« Je pense à vous, on va être là pour vous aider », a soutenu le premier ministre.
Un groupe de lanceurs d'alerte s'inquiète notamment de problèmes d'indépendance des membres du comité.
Certains parents doivent se démener pour trouver une garderie.

source

bilan professionnel Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan pro Poitiers tours

pourquoi faire un bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

contenu d’un bilan de compétences Poitiers tours

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire