2022: Une année d'aggravation de la crise économique et financière – wsws.org

L’année 2022 a vu un changement radical dans l’économie et le système financier mondiaux, mettant en mouvement des tendances qui se poursuivront et s’approfondiront en 2023.
Le changement le plus important dans le paysage économique et financier a été le développement de l’inflation mondiale à son plus haut niveau en quatre décennies et la réponse des banques centrales, dirigées par la Réserve fédérale américaine.
Au nom de la «lutte contre l’inflation», elles ont entrepris la plus forte hausse des taux d’intérêt depuis celle du chef de la Fed, Paul Volcker, au début des années 1980, menée dans le cadre d’une guerre contre la classe ouvrière par l’administration Reagan aux États-Unis et le gouvernement Thatcher au Royaume-Uni.
Ce changement n’a pas été lancé pour faire baisser l’inflation – les banquiers centraux comprennent bien que leurs politiques ne feront rien pour réduire les prix – mais vise à réprimer les luttes salariales de la classe ouvrière en imposant une contraction économique, voire une récession.
Il existe de nombreuses prévisions de récession l’année prochaine, tant dans les principales économies qu’à l’échelle mondiale, à mesure que l’impact de la hausse des taux d’intérêt se fera sentir.
Le Centre for Economics and Business Research de Londres a déclaré qu’il était «probable» que l’économie mondiale soit confrontée à une récession l’année prochaine. Il s’attend à ce que les banques centrales poursuivent leur régime de resserrement «malgré les coûts économiques» et il y a «des perspectives de croissance plus faible pour un certain nombre d’années à venir».
Ces conclusions sont plus pessimistes que les prévisions du Fonds monétaire international en octobre selon lesquelles plus d’un tiers de l’économie mondiale se contracterait en 2023.
Le développement de la récession, conjugué au régime de taux d’intérêt plus élevés, aura un effet significatif sur les marchés financiers.
Comme l’a noté le chroniqueur duFinancial Times, John Plender, dans un récent commentaire intitulé «Histoire d’horreur de la banque centrale»: «Un passage à la récession en 2023 pourrait révéler les fragilités financières résultant de la longue période de taux d’intérêt ultra-bas au cours de laquelle les investisseurs ont recherché le rendement, quel que soit le risque.»
Le régime de taux d’intérêt bas, renforcé en mars 2020 pour éviter un effondrement du système financier au début de la pandémie, a conduit à une nouvelle vague de spéculation qui a propulsé les marchés boursiers à des niveaux record.
Avec le changement de politique des banques centrales, ce château de cartes financier devient de plus en plus instable.
Le revirement de la Fed et des autres banques centrales n’indique aucun changement dans leur orientation de classe en tant que gardiens du capital financier. Au contraire, il est basé sur l’évaluation que le facteur le plus déstabilisant de tous est la montée mondiale des luttes de la classe ouvrière pour de meilleurs salaires, qui doit être réprimée à tout prix.
L’année s’est terminée par une légère baisse de l’inflation des biens et un léger ralentissement du taux de hausse des taux d’intérêt: la Fed a réduit l’augmentation de son taux directeur à 0,5 point de pourcentage par rapport aux quatre précédentes hausses consécutives de 0,75 point de pourcentage lors de sa dernière réunion. Cependant, les principales banques centrales ont clairement indiqué que les hausses doivent se poursuivre et ont de plus en plus invoqué le «resserrement» des marchés du travail comme raison de le faire.
La Fed a déclaré qu’elle avait «plus de travail à faire», la Banque centrale européenne a parlé de «plus de terrain à couvrir» et la Banque d’Angleterre, confrontée aux luttes de millions de travailleurs pour des revendications salariales, a insisté sur le fait qu’il fallait faire preuve «d’action énergique».
Avant même que les hausses de taux d’intérêt aient eu leur plein impact, l’effet sur les marchés financiers s’est déjà fait sentir. Cela a été particulièrement notable lors de la crise de septembre-octobre dans le système financier britannique qui a suivi le budget du gouvernement éphémère de Liz Truss.
La décision de son gouvernement d’accorder des cadeaux fiscaux massifs à la grande entreprise et aux riches en augmentant la dette a déclenché un effondrement du marché qui a menacé le financement de l’ensemble du système de retraite, estimé à 1500 milliards de livres sterling.
Les turbulences sur les marchés n’étaient pas l’expression d’une opposition à une augmentation de la richesse des super-riches, mais parce que les mesures n’étaient pas financées par des réductions importantes des dépenses et que l’augmentation de la dette n’était pas viable dans les nouvelles conditions financières produites par la hausse des taux d’intérêt.
Les fluctuations financières à Wall Street, bien qu’elles ne soient pas encore aussi violentes que celles qui ont éclaté au Royaume-Uni, n’en sont pas moins importantes. Le principal indice, le S&P 500, a chuté de près de 20 pour cent au cours de l’année, alors même que les traders continuent de spéculer sur l’hypothèse que la Fed devra commencer à réduire ses taux dans le courant de 2023.
Malgré ces attentes, du moins dans certains milieux, la direction est claire. L’un des principaux bénéficiaires de la politique monétaire ultra-bon marché, la société automobile Tesla d’Elon Musk, a subi une chute spectaculaire.
Au début de l’année, la valeur marchande de l’entreprise était de 1,200 milliards de dollars. Juste avant les vacances de Noël, sa capitalisation boursière était inférieure à 400 milliards de dollars, après que le cours de son action ait chuté de 85 milliards de dollars en une semaine, soit 18 pour cent.
Les changements rapides des conditions financières ont poussé la Fed à annuler les hausses de taux d’intérêt de peur qu’elles ne touchent l’ensemble du système financier.
Dans un article de Bill Gross dans le FT, autrefois le plus grand négociant sur le marché obligataire au monde, a appelé à un arrêt en notant les «niveaux dangereux d’endettement» signalés par la Banque des règlements internationaux (BIS) au début du mois, mais qui ne sont ni signalés ni surveillés.
«La dette hors bilan en dollars», a averti la BIS, «peut rester loin des yeux, loin du cœur, mais seulement jusqu’à la prochaine fois où la liquidité de financement en dollars sera réduite».
Selon Gross, la BIS a calculé que cette «dette cachée de la “finance de l’ombre”peut atteindre 65.000 milliards de dollars, soit plus de deux fois et demie la taille de l’ensemble du marché du Trésor et dont la majeure partie est due aux banques».
Il a noté que les taux d’intérêt mondiaux les plus bas de l’histoire avaient conduit à des «mauvaises allocations massives de capitaux», dont une grande partie «cachée dans le capital-investissement» qui finalement devra être revalorisé «nettement plus bas».
L’effondrement de la bulle de cryptomonnaie, exprimé dans la disparition de 32 milliards de dollars de la place de marché FTX appartenant à Sam Bankman-Fried, qui fait maintenant l’objet de multiples poursuites d’accusations criminelles, n’est pas une exception.
L’essor vertigineux de la cryptomonnaie a été alimenté par l’accès à l’argent pratiquement gratuit qui alimentait tous les domaines du système financier, mais qui a maintenant pris fin.
L’année se termine par un autre changement important: la décision de la Banque du Japon d’assouplir son soi-disant contrôle de la courbe des taux. La mesure consistait à racheter la quasi-totalité de la nouvelle dette publique, ce qui maintenait les taux d’intérêt à un niveau proche de zéro.
Bien que la BoJ n’ait pas encore officiellement abandonné cette politique, ses implications ne font aucun doute. Des taux japonais plus élevés signifieront le retour de l’argent précédemment investi à l’international.
Dans un article intitulé «Pourquoi le choc du Japon risque un autre resserrement mondial du crédit», le chroniqueur financier du Telegraph basé au Royaume-Uni, Ambrose Evans-Pritchard, a noté qu’avec 3600 milliards de dollars d’actifs nets à l’étranger, le Japon est le premier créancier du monde.
«Lorsque les flux s’inverseront et que les Japonais rapatrieront leur argent – comme ils l’ont fait fin 2007 et 2008 – cela peut conduire très rapidement à un resserrement systémique du crédit et à une réaction en chaîne financière.»
Il a cité les remarques d’un analyste financier qui a souligné que la politique ultra-monétaire avait maintenu les taux bas dans le reste du monde, mais que «les plaques tectoniques se déplacent».
Il est impossible de prédire le cours exact des événements, mais la tendance générale des développements est claire.
Le début de la récession mondiale, la perspective croissante d’une autre crise financière majeure et la détermination effrénée des gouvernements et des banques centrales à faire payer à la classe ouvrière l’aggravation de la crise du système de profit vont faire avancer le développement de la lutte des classes dans l’année à venir.
(Article paru en anglais le 28 décembre 2022)

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire